Programme #Supercodeurs

Publié le 22/10/2019

Ruralite >

Dans le cadre du programme #Supercodeurs, Orange a déployé 3 sessions d'ateliers de 2 heures au collège Firmin Roz de Limoges. Une vingtaine de collaborateurs Orange du Limousin étaient mobilisés pour apprendre aux jeunes à coder de façon ludique. Ce programme a pour but d'ouvrir aux élèves davantage de portes vers les métiers numériques.

Lire la suite

« C’est un Boris Johnson ! »

Publié le 17/10/2019

Ruralite > Collectivités >

Plénière. Le Conseil départemental a voté une décision modificative de son budget (comprenant 3 millions de nouvelles dépenses). Les élus se sont à nouveau divisés sur l’abandon du projet de contournement est de Limoges.

À l’occasion du vote d’une décision modificative du budget, les élus du Conseil départemental, réunis en séance plénière, mardi 15 octobre, ont abordé certains sujets plus sous l’angle politique que financier.

Une motion d’urgence était tout d’abord examinée, dénonçant « la fin de l’attribution d’une couleur politique pour les candidats dans les communes de moins de 9 000 habitants ». Présentée par le groupe socialiste et apparentés, elle était reçue avec force cris par Yvonne Jardel (LR/UDI/Modem) qui jugeait la motion « parfaitement ridicule » avant de se ranger à l’avis de son collègue du même groupe, Rémy Virouleau : « C’est ma position personnelle, mais je trouve impensable que l’on puisse obliger un élu qui souhaite exprimer sa couleur politique à ne pas le faire. Je suis d’accord avec cette motion. »

Pour Sylvie Tuyeras (ADS/PC), cette « lubie » du gouvernement s’explique simplement : « Faute de trouver des candidats en nombre satisfaisant, la République en Marche supprime les étiquettes politiques pour dissimuler son incapacité à se faire correctement représenter lors de la prochaine échéance électorale. » D’après les chiffres qu’elle a donnés, en 2014, sur les 8 770 communes qui comptent entre 1 000 et 9 000 habitants, 8 300 comptaient un candidat avec étiquette, soit 95 %. La motion a été adoptée. Seul Pierre Lefort (non-inscrit) a voté contre.

Le lac de Saint-Pardoux a comptabilisé 380 000 visiteurs du 1er juin au 31 août 2019, a annoncé Jean-Claude Leblois. Sur les deux mois d’été, la piscine a accueilli 29 264 nageurs. (Ph. S. M.)

Lire la suite

Limoges Blues Party #6

Publié le 15/10/2019

Ruralite >

L’association Blues en Stock a proposé vendredi 11 octobre la 6e édition de son Limoges Blues Party. Pour l’occasion, le Memphis Blues Combo a fait la première partie. Autres invités de marque, Vincent Bucher et Dan de Vita.

Lire la suite

« France, veux-tu encore de tes paysans ? »

Publié le 11/10/2019

Agriculture >

Mobilisation. Mardi 8 octobre, la FDSEA et les JA de Haute-Vienne ont suivi le mot d’ordre national en organisant un barrage filtrant sur l’A20 à hauteur de Limoges.

Vers 10 h du matin, près de 80 adhérents de la FDSEA et des Jeunes Agriculteurs de Haute-Vienne se sont retrouvés en deux points de l’A20 : ceux du nord du département avaient rendez-vous au rond-point de Grossereix et ceux du sud à celui de Saint-Hilaire-Bonneval.

Vers 10 h 30, le convoi du sud s’ébranle direction Limoges. C’est vers 11 h que les premiers ralentissements se font ressentir. Il faudra un peu plus de temps pour que le convoi en provenance de Grossereix fasse effet. Mais vers midi, ça y est, l’autoroute est quasiment bloquée. Une douzaine de tracteurs est arrêtée sur l’autoroute, des banderoles clamant la détresse du monde agricole sont installées et deux barrages filtrants sont mis en place.

Lire la suite

Le prix de l’humour vache à Barrigue

Publié le 11/10/2019

Ruralite >

Humour. Le Salon international de la caricature, du dessin de presse et d’humour a réuni une nouvelle fois de nombreux dessinateurs du monde entier. Le prix Gérard Vandenbroucke a été décerné à Pierre Ballouhey.

Pierre Ballouhey (avec le micro) a reçu le tout premier prix Gérard Vandenbroucke des mains d’Alain Rousset, président du Conseil régional, en présence de (de g. à dr.) : Christelle Aupetit-Berthelemot, conseillère départementale, Philippe Henry, Sébastien Peaudecerf, co-présidents du Salon, Blanche Vandenbroucke, Joël Garestier, maire de Saint-Just-le-Martel, et Guy Hennequin, co-président du Salon. (Ph. S. M.)

Lire la suite

Débattre des spécificités de la ruralité

Publié le 05/10/2019

Ruralite > Collectivités >

Territoire. L’association des maires ruraux de la Haute-Vienne tenait son assemblée générale à Bellac. Autour de l’agenda rural présenté par le Gouvernement, de nombreux sujets ont été évoqués : PLU, DETR, écoles, pompiers...

Assemblée générale de l’association des maires ruraux de la Haute-Vienne, le 28 septembre à Bellac. (De g. à dr.) Bernard Deloménie, secrétaire adjoint, Jean-Pierre Romain, 2e vice-président, Corinne Hourcade-Hatte, maire de Bellac, Pascale Silbermann, sous-préfète, Daniel Boisserie, président de l’association, Christine De Neuville, 1ère vice-présidente, Guy Baudrier, secrétaire, Isabelle Barry, maire de La Meyze. (Ph. Stéphane Monnet)

La jeune association des maires ruraux de la Haute-Vienne, créée en juin  2016, tenait son assemblée générale à Bellac, samedi 28 septembre. Annonçant une cinquantaine d’adhérents à l’association, le président, Daniel Boisserie, par ailleurs maire de Saint-Yrieix-la-Perche, estimait que le chiffre encore non officiel tournait autour des quatre-vingt adhérents. « Notre association n’est pas incompatible avec l’association des maires de la Haute-Vienne, a-t-il précisé. L’association des maires ruraux aborde des sujets spécifiques. À l’association des maires, il y a bien une commission ‘‘ communes rurales ’’, mais elle n’était pas d’une efficacité extraordinaire. »

Pour appuyer son propos, le président a pris l’exemple des casernes de pompiers. Rappelant qu’en zone rurale, « c’est nous qui avons la charge des casernes, ce qui n’est pas le cas sur Limoges et l’agglo », le président s’est félicité des discussions parfois musclées avec le préfet, « qui refusait de donner de la DETR sur ce type de projets », et avec le président du Conseil départemental, pour qu’il augmente son taux de subventionnement. « Le préfet a accepté de donner de la DETR et le Conseil départemental double sa subvention. »

On reparle de la DETR

Au sujet de la Dotation d’équipement des territoires ruraux (DETR) accordée par le préfet, Daniel Boisserie a dénoncé son utilisation par des communes de Limoges Métropole : « La DETR, c’est une subvention rurale. Que cette dotation rurale soit réservée aux communes rurales, ce serait sans doute une bonne chose. » La possibilité pour les communes de la communauté urbaine de percevoir de la DETR avait déjà été pointée en d’autres occasions par d’autres maires ruraux du département, comme le maire d’Eymoutiers.

Le sénateur Jean-Marc Gabouty, présent à l’assemblée générale, ne souhaite pas une application aussi stricte de l’affectation de la DETR : « C’est la dénomination qui n’est pas bonne, mais on ne peut pas enlever la dotation de l’État à des communes juste parce qu’elles sont dans Limoges Métropole. Peut-être faudrait-il fixer un seuil d’habitants ? Donner des subventions de DETR à Panazol ou Couzeix, je comprends que cela soit choquant. »

Lire la suite

Mener de front sélection et engraissement

Publié le 23/09/2019

Agriculture > Bovins >

Portrait. Jean-Pierre Bonnet, très impliqué dans la filière aval bovin viande, est associé au sein du Gaec Bonnet-Boyer à Château-Chervix, qui met en avant la sélection mais aussi l’engraissement haute capacité.

Jean-Pierre Bonnet est bien connu du monde de la sélection et de l’élevage en Limousin. Ancien président de la section Haute-Vienne du Herd-Book limousin, il est président du GLBV depuis 2008 et, depuis plus récemment, président de Limousin Promotion.

Installé au Moulin de Gratoulet sur la commune de Château-Chervix depuis 1986, il est en Gaec avec Sylvain Boyer, son neveu, depuis fin 2014.

Jean-Pierre Bonnet est très engagé dans l’aval de la filière bovin viande. Président du GLBV (où il est très impliqué dans les filiales) et de Limousin Promotion, il est vice-président de Fil Rouge. Il est aussi président du Comité régional de filière (Corefi) bovin viande. Pour lui, il faut être présent dans l’aval pour défendre les intérêts des adhérents. (Ph. N. P.)

Lire la suite

Sur un chantier d'ensilage de maïs

Publié le 23/09/2019

Agriculture > Cultures >

En cette période de l'année, les chantiers d'ensilage de maïs émaillent le département. Ici, sur la commune d'Eyjeaux.

Lire la suite

Une saison qui s’annonce sous de bons auspices

Publié le 07/09/2019

Ruralite >

Chasse. L’ouverture de la chasse aura lieu dimanche 8 septembre à partir de 8 h. La Fédération départementale de la chasse, qui accompagne les chasseurs, propose un rapide état des lieux du gibier en ce début d’automne.

Lire la suite

Remise des plateaux en porcelaine aux crèches municipales

Publié le 03/09/2019

Ruralite > Santé >

La Ville de Limoges, Ville santé citoyenne et signataire de la charte « Villes et territoires sans perturbateurs endocriniens » et Ville créative de l'Unesco, est engagée depuis trois ans dans une démarche de réduction des perturbateurs endocriniens (PE) auprès des enfants visant à remplacer les assiettes incassables en mélanine par des plateaux en porcelaine, matériau inerte, non porteur de perturbateurs endocriniens. La remise officielle de ces plateaux en porcelaine a eu lieu jeudi 29 août à la crèche du Sablard.

Lire la suite

Chantier au Collège Maryse Bastié

Publié le 23/08/2019

Ruralite >

La Haute-Vienne a investi 11,7 millions d'euros dans la réfection des collèges des collèges du département. C’est 1,7 millions d’euros qui ont été attribués au collège de Nantiat dont les travaux ont débuté fin mai et s’achèveront fin janvier début février 2020.

Lire la suite

Vers une sortie totale des pesticides

Publié le 06/08/2019

Agriculture >

Agriculture. Lors de la deuxième table ronde de la plénière consacrée aux questions environnementales, Jean-Pierre Raynaud a exposé les ambitions portées par la Région en matière agricole, dont la sortie totale des pesticides.

L’ambition n°2 de la feuille de route Neo Terra adoptée par le Conseil régional le 9 juillet s’intitule : « Accélérer et accompagner  la transition agroécologique. » Jean-Pierre Raynaud (PS, Dordogne), vice-président de la Région en charge des questions agricoles, en a présenté longuement les grandes lignes : « Néo Terra et l’agriculture, ça  pourrait se traduire par un contrat de confiance entre les agriculteurs et la société. Notre agriculture façonne nos paysages et contribue au dynamisme de notre région dont elle est la première économie. Les modèles agricoles qui ont fonctionné jusqu’ici et ont permis de répondre aux attentes d’une société qui avait besoin de plus de production, doivent évoluer. »

Lire la suite

Bellac Ovin tient le cap

Publié le 05/08/2019

Agriculture > Ovins >

Bellac Ovin. Malgré des prix très différents entre le premier et le second semestre 2018,  Bellac Ovin affiche un bilan de campagne plutôt positif. C’est l’un des points soulignés lors de l’assemblée générale le 26 juin.

«La coopérative Bellac Ovin présente un exercice 2018 plutôt positif, compte tenu du contexte général qui s’accompagne d’une baisse du nombre d’éleveurs », indique Didier Poux, son directeur. Ainsi, si le nombre d’élevages adhérents diminuent légèrement (ils sont entre 55 et 60), l’effectif de brebis affiche une hausse de 3,8 % à 18 237 contre 17 572 en 2017.  

Lire la suite

Neo Terra pour verdir toutes les politiques

Publié le 04/08/2019

Agriculture >

Écologie. La feuille de route Neo Terra, adoptée par les conseillers régionaux mardi 9 juillet, entend faire de la Nouvelle-Aquitaine la Région la plus écologique de France.

Le 9 juillet, les conseillers régionaux de Nouvelle-Aquitaine, étaient réunis en assemblée plénière pour débattre et voter la feuille de route Neo Terra, sous-titrée « pour accélérer et accompagner la transition environnementale en Nouvelle-Aquitaine ». Après une journée d’échanges et deux tables rondes, la feuille de route a été adoptée aux alentours de 22 heures « à une large majorité », s’est félicité le président du Conseil régional, Alain Rousset.
Le document adopté ne contient aucune mesure concrète, il s’agit bien d’une feuille de route qui « constitue un engagement pour une politique systémique de transition écologique et énergétique, une impulsion dont la déclinaison en actions et évolutions de politiques régionales sera précisée par des délibérations spécifiques ».

Présentation de la région Nouvelle-Aquitaine dans le document Neo Terra. À télécharger sur www.terredactu.com

Lire la suite

Faire du moderne avec de l'ancien

Publié le 02/08/2019

Ruralite >

Patrimoine. Le Moulin du Got, emblème du patrimoine de la ville de Saint-Léonard-de-Noblat ouvre ses portes tout au long de l’année pour dévoiler au public ses méthodes et ses machines d’antan.

Le Moulin du Got, symbole de l’ancienne capitale du papier, Saint-Léonard-de-Noblat, accueille chaque année pas moins de 14 000 visiteurs. Avec son exposition (qui propose un thème différent chaque année), sa visite commentée des ateliers de papeterie et d’imprimerie, ses ateliers créatifs et sa boutique, le Moulin du Got est un incontournable du patrimoine miaulétou.

Une histoire de papiers
L’histoire du Moulin du Got remonte au XVe siècle. À l’époque, c’était un simple moulin à fabriquer du papier et cela a duré jusqu’en 1954. Durant 400 ans ,le papier produit était fabriqué à partir de chiffons. C’était les fibres composant ces vieux tissus qui permettaient de créer le papier.

Le tissu d’époque à partir duquel était fabriqué le papier.  (Ph. S. D.)

Lire la suite

Mobilisés autour de l'Entente pour l'eau

Publié le 01/08/2019

Ruralite >

Eau. Le bassin Adour-Garonne est particulièrement impacté par le manque de précipitations. L’État, les Régions Nouvelle-aquitaine et Occitanie et le comité de bassin mettent en place l’Entente pour l’eau afin de limiter le déficit.

«Les deux tiers des départements du bassin Adour-Garonne sont en alerte : c’est une situation inédite », a déclaré Martin Malvy, le président du comité de bassin Adour-Garonne, lors de la conférence de presse préalable à la réunion plénière du comité de bassin Adour-Garonne organisée à Bordeaux le 16 juillet. « À ce jour, 29 arrêtés de restriction des usages de l’eau ont été pris sur 19 départements des régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine, a indiqué Étienne Guyot, préfet d’Occitanie et coordonnateur du bassin Adour-Garonne. Le déficit annuel (qui est pour le moment de 250 m3) pourrait atteindre 1,2 milliard de m3 d’ici 2050 si rien n’est fait (soit la moitié de la consommation annuelle qui est de 2,4 milliards de m3) », ajoute-t-il.

Alain Rousset, président de la Région Nouvelle-Aquitaine, est entouré (de gauche à droite) de  Fabienne Buccio, préfète de Nouvelle-Aquitaine, Étienne Guyot, préfet d’Occitanie et coordonnateur de bassin Adour-Garonne, Martin Malvy, président du comité de bassin Adour-Garonne et Guillaume Choisy, directeur général de l’agence de l’eau Adour-Garonne. (Ph. Région N-A)

Lire la suite

43 sélectionneurs à la vente de béliers de Bussière-Poitevine

Publié le 31/07/2019

Agriculture >

Vente de béliers. La 27e foire aux béliers de Bussière-Poitevine s’est déroulée samedi 20 juillet. Malgré un nombre élevé de béliers qui confirme l’importance de ce rendez-vous, les ventes sont restées faibles.

La foire aux béliers de Bussière-Poitevine est un événement majeur du monde du mouton. Située entre le Carrefour génétique ovin de Bellac de printemps et celui d’automne, elle permet aux éleveurs de Haute-Vienne et des départements limitrophes de se pourvoir en animaux de qualité en cours d’été. Ce choix permet en outre d’anticiper des mises en lutte précoces.
Cette année, son succès ne s’est pas démenti puisque 458 agneaux et antenais, de huit races différentes,  étaient proposés, issus de 43 élevages d’éleveurs sélectionneurs venus de tous les coins de France, dont certains participaient pour la première fois.

Martine Durin, en Gaec avec son mari, est sélectionneuse en texel à Beaune-d’Allier. Fidèle aux foires aux béliers du secteur, elle venait pour la dernière fois à Bussière-Poitevine car elle va cesser son activité.  De g. à dr. Jean-François Maisonnier (président du comité de foire), Claude Souchaud (président de la  FDO 87) et Patrick Soury (président de l’Arona) posent avec elle. (Ph. N. P.)

Lire la suite

Contrôle laitier : Une production stable malgré tout

Publié le 30/07/2019

Agriculture >

L’assemblée générale de ce service porté par la Chambre d‘agriculture a permis de faire le point sur l’évolution de la production laitière en Haute-Vienne qui s’érode avec en prime une baisse de la qualité.

De g. à dr., Patrice Jousse, membre du bureau, Clément Chabbert, président, et Céline Pignol, responsable d’équipe du Contrôle laitier. (Ph. N. P.)

Lire la suite

L'île aux cul noir 2019

Publié le 30/07/2019

Ruralite >

Ce week-end se déroulait la 7e édition de l'île aux cul noir : concours de la race, élection de miss cul noir 2019, démonstrations culinaires... étaient au rendez-vous.

Lire la suite

Le labo doit répondre à des attentes

Publié le 29/07/2019

Ruralite >

Les élus du Département se sont interrogés en séance plénière sur l’avenir du laboratoire départemental d’analyses, alors que la CDAAS a lancé un appel d’offres pour choisir son futur prestataire dans ce domaine.

L’automate de sérologie au laboratoire de la Haute-Vienne, avenue du Pr de Léobardy à Limoges. (Ph. Conseil départemental de la Haute-Vienne)

Lire la suite

Marché de producteurs à Vicq-sur-Breuilh

Publié le 29/07/2019

Ruralite >

Le jeudi 25 juillet se tenait à Vicq-sur-Breuilh le marché de producteurs organisé par le comité des fêtes.

Lire la suite

Contrôles au parc du Reynou

Publié le 26/07/2019

Ruralite >

Seymour MORSY, préfet de la Haute-Vienne a assisté aux contrôles que la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP) réalisé en collaboration avec le Service départemental d’incendie et de secours (SDIS), le mardi 23 juillet 2019 au parc zoologique du Reynou au Vigen.

Lire la suite

Le CETA avive à nouveau les passions

Publié le 22/07/2019

Agriculture >

Économie. L’accord de libre échange entre l’Europe et le Canada, connu sous le nom de Ceta, était en débat à l’assemblée nationale. Les élus se sont notamment opposés sur la place de la filière bovine dans cet accord. Les députés sont appelés à se prononcer sur 0le Ceta mardi 23 juillet.

Mercredi 17 juillet, les députés avaient à l’ordre du jour l’adoption du projet de loi autorisant la ratification « de l’Accord économique et commercial global (AECG) entre l’Union européenne et ses États membres, d’une part, et le Canada, d’autre part. » Cet accord de libre échange est plus connu sous son acronyme anglais : Ceta, Comprehensive economic and trade agreement. Pour ce texte, la procédure accélérée a été décidée le 3 juillet, ce qui signifie qu’il ne passera qu’une fois devant chacune des chambres du Parlement.

Lire la suite

Fortes chaleurs attendues

Publié le 19/07/2019

Agriculture > Sanitaire >

Les fortes chaleurs nuisent au confort des animaux d’élevage notamment quand ils sont en bâtiment. Des mesures peuvent être mises en place pour les aider à supporter ces conditions difficiles.

Une rampe équipée de gicleurs éjecte de la brume au-dessus de la mangeoire pour un meilleur confort. Ce dispositif ne génère pas d’humidité dans le bâtiment.

«Les ruminants quels qu’ils soient luttent contre la chaleur dès 20 °C », indique le docteur Christian Dauphin, vétérinaire à Bellac. Quand les températures sont supérieures, ils sortent très vite de leur zone de confort ce qui peut entraîner des problèmes plus ou moins graves, même si les pathologies sont difficiles à identifier.

Lire la suite

Trop de surfaces de toits sont inexploitées

Publié le 19/07/2019

Ruralite >

Énergie. Profitant de la construction d’un nouveau bâtiment, la SCI Br2 a installé sur Ester une centrale photovoltaïque de 36 kWc en s’appuyant sur le savoir-faire d’une jeune entreprise de Corrèze : Girerd-ENR.

Actionnaires de la SCI Br2, Frédéric Bordes et Gregory Charriéras exploitent des bâtiments industriels sur le parc technologique d’Ester. Récemment, ils ont eu à construire une extension pour l’un de leurs locataires. « On a tout de suite eu l’idée d’y intégrer une solution de production d’énergie solaire », s’est félicité Frédéric Bordes.

Sur le parc technologique d’Ester, à Limoges, un parc photovoltaïque de 250 m2 a été installé sur un bâtiment nouvellement construit. (Ph. Stéphane Monnet)

Sur le toit de ce nouveau bâtiment ont été installés 250 m2 de panneaux photovoltaïques. La puissance posée est de 36 kWc pour une production annuelle moyenne estimée de 40 000 kWh. Pour cette réalisation, le SCI BR2 s’est appuyée sur une start-up de Brive, Girerd-ENR. « L’électricité étant naturellement consommée au plus proche, a détaillé Tristan Girerd, fondateur de la société, si les panneaux sont en production, l’électricité consommée dans le bâtiment vient du toit. Sinon, on complète avec le réseau. Si l’électricité produite sur le toit dépasse la consommation du bâtiment, l’électricité supplémentaire est consommée par un voisin. » Comptablement, 100 % de l’électricité de cette centrale photovoltaïque est revendue à EDF.

Lire la suite

Le centre-bourg d’Eyjeaux flambant neuf

Publié le 18/07/2019

Ruralite > Collectivités >

Urbanisme. Le centre-bourg d’Eyjeaux, en travaux depuis janvier 2019, arbore désormais sa nouvelle place plus fonctionnelle, accueillante et dans un style malgré tout rural.

Mercredi 10 juillet a eu lieu la visite de chantier du centre-bourg d’Eyjeaux en présence de Jean-Paul Duret, président de Limoges Métropole, Jacques Roux, maire d’Eyjeaux et Jean-Louis Nouhaud, conseiller départemental.

Lire la suite

Championnats du monde de tonte de moutons

Publié le 17/07/2019

Agriculture > Ovins >

Notre dossier complet :

Palmarès : Pour la première fois, un Gallois champion du monde de tonte à la machine

Spectacle de clôture

62 000 visiteurs

Les dessous de Bernard

Petit tour sur le site à quelques heures de l'ouverture

Speed-shear du champ de Juillet à Limoges

En pré-ouverture des championnats du monde de tonte de moutons (4-7 juillet, Le Dorat, Haute-Vienne), un speed-shear était organisé au champ de Juillet à Limoges. Jack Fagank, le tondeur néo-zélandais habitué des compitions françaises à remporter ce premier concours.

Lire la suite

Un parc de loisirs ludique et pédagogique

Publié le 15/07/2019

Agriculture >

Race limousine. La saison estivale du Limousine Park a redémarré depuis le 6 juillet et continuera jusqu’au 1er septembre. Deux nouveautés sont à découvrir.

« Lorsque l’on demande aux enfants en Limousin de dessiner une limousine, on se retrouve soit avec une vache noire et blanche, soit avec une grosse voiture », déclare, avec humour mais pragmatisme, le directeur de la communication du Pôle de Lanaud, Émilien Rouet. Le Limousine Park est né en 2015 de cette volonté de recréer du lien entre l’urbain et le rural.

Le bar à vaches : un tête à tête avec les limousines pour les nourrir et les approcher. (Ph. S. D.)

L’objectif était de prendre en main la communication de la race limousine trop souvent laissée au gré de celle de la grande distribution. Année après année, le Pôle de Lanaud s’est efforcé d’analyser les attentes du public du Limousine Park. Aujourd’hui le côté ludique est omniprésent. L’équipe estivale composée de six personnes est d’ailleurs prête à accueillir les visiteurs avec deux nouveautés : la visite connectée et la structure gonflable.

Lire la suite

Les sports nature à pratiquer en Haute-Vienne

Publié le 14/07/2019

Ruralite >

Vélo-rail, wakeboard, accrobranche, randonnées... De nombreuses activités sportives et natures sont à découvrir  en Haute-Vienne.

Une fédération des vélo-rails de France participe au développement du tourisme local. (Ph. S. M.)

Retrouvez adresses, contacts, infos pratiques... sur tous ces sports nature à pratiquer seul, en famille ou entre amis. Que l'on soit amateur ou confirmé !

Lire la suite

Le Chimb, un service de proximité

Publié le 14/07/2019

Ruralite > Santé >

Santé. Mercredi 3 juillet, le directeur du Centre hôspitalier intercommunal des Monts et Barrages (Chimb) a invité les habitants de Saint-Léonard-de-Noblat, élus et personnel de santé pour une inauguration.

Le nouveau bâtiment de 13 000 mètres carrés, en service depuis janvier 2019, a été inauguré mercredi 3 juillet.

Le Chimb est implanté chemin du Panaud à Saint-Léonard-de-Noblat. (Ph. S. D.)

Ce nouveau service de proximité a été un réel défi humain et logistique. L’hôpital a été entièrement reconstruit. Les travaux auront duré deux ans (depuis septembre 2016) pour un montant de 30 millions d’euros.

« Certifié par la Haute autorité de santé (HAS) à un niveau A, le meilleur niveau de certification possible, on comprend aisément qu’il ne s’agit pas uniquement d’une reconstruction. Celle-ci est le fruit d’un travail collectif engagé dès 2012 », déclare le directeur du Chimb, Cyril Chevalier.

Lire la suite

Rapport 2018 des activités de l’État

Publié le 13/07/2019

Ruralite > Collectivités >

Conseil départemental. Le 2 juillet, le préfet de la Haute-Vienne a présenté le rapport d’activité des services de l’État de l’année 2018 devant Jean-Claude Leblois et l’ensemble des élus de l’assemblée départementale.

Ce rapport permet de dresser un bilan de l’action des services de l’État sur l’année 2018. Ce rendez-vous annuel permet également d’évoquer les actions entreprises en 2019. Recoupant toutes les strates de la vie publique, les missions des services de l’État sont larges : des finances publiques à la protection de l’environnement en passant par l’animation culturelle ou le soutien à l’économie locale.

Le rapport d’activité des services de l’État devant le Conseil départemental a eu lieu à la préfecture, le 2 juillet, dans la salle Marianne rénovée qui était l’ancienne salle d’assemblée du Conseil Général. (Ph. T. G.)

Lire la suite

Eau : Le département en situation de crise

Publié le 12/07/2019

Ruralite >

Sécheresse. Face à une situation de crise, le préfet a pris un arrêté limitant les usages de l’eau sur l’ensemble du département. L’arrosage des jardins est interdit de 8h à 20h.

La pluviométrie du département de la Haute-Vienne est déficitaire par rapport aux précipitations d’une année normale. Les débits de plusieurs cours d’eau du département ont franchi les seuils indicateurs d’une situation de crise. Les prévisions météorologiques des prochains jours n’annoncent pas de précipitation susceptible d’améliorer cette situation c’est pourquoi le préfet a décidé de prendre un arrêté limitant les usages de l’eau sur l’ensemble du département.

Sont interdits

  • l’arrosage de 8h à 20h des espaces publics ou privés tels que pelouses, terrains de sports, espaces verts, jardins d’agrément ou potagers, sauf eau issue d’un système de récupération d’eau de pluie ;
  • le lavage des véhicules, hors stations de lavage spécialisées, sauf obligations sanitaires ;
  • la vidange et le remplissage des piscines sauf ajustement du niveau ou renouvellement d’eau pour des impératifs sanitaires des piscines ouvertes au public ;
  • le lavage des trottoirs et voies publiques, hors impératifs sanitaires ;
  • le lavage des terrasses, toitures, ou autres éléments immobiliers privés ;
  • les prélèvements dans le milieu naturel (eaux superficielles et souterraines) de 8 h à 20 h, sauf industriels régis par une décision administrative ;
  • la manœuvre des vannes des seuils et barrages, à l’exception des barrages hydroélectriques EDF ;
  • le remplissage et la vidange des plans d’eau, hors retenues hydroélectriques EDF.

Sont exclus du champ d’application de l’arrêté préfectoral de restrictions

  • les usages prioritaires qui correspondent aux prélèvements destinés à la production en eau potable, à l’abreuvement du bétail et à la défense incendie ;
  • les prélèvements d’eau sur les plans d’eau reconnus par l’administration en gestion déconnectée du milieu naturel. Les différents services exerçant les missions de police de l’eau (agence française pour la biodiversité et office national de la chasse et de la faune sauvage) et les forces de l’ordre exerceront des contrôles spécifiques afin de faire respecter ces mesures de restriction.

Communiqué de la préfecture de Haute-Vienne

Retrouvez l’arrêté en vigueur et toutes les informations utiles sur : http://www.haute-vienne.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement-risques-naturels-ettechnologiques/Eau/SECHERESSE

Lire la suite

Tech-Ovin aborde tous les sujets ovins

Publié le 15/06/2019

Agriculture >

Le salon du mouton se tiendra les 4 et 5 septembre prochains. Le 11 juin, l’Aposno tenait son assemblée générale et a pu montrer que l’édition des 20 ans de Tech-Ovin était en bonne voie.

Lire la suite

Priorité à l’environnement et aux innovations

Publié le 13/06/2019

Agriculture >

L’assemblée générale du centre de recherche basé au Mourier à Saint-Priest-Ligoure a permis de passer en revue les différents programmes développés. La préoccupation centrale reste l’amélioration du travail au sein de l’élevage ovin en intégrant attentes environnementales et nouvelles technologies.

Lire la suite

Sur 80 radars, 27 000 infractions par an

Publié le 13/06/2019

Ruralite > Transports >

À l’occasion de la 12e journée nationale consacrée à la sécurité routière aux passages à niveau (PN), les agents de SNCF Réseau et leurs partenaires étaient présents au PN n° 2, rue du Grand-Treuil à Limoges.

Lire la suite

Maintenir le niveau des subventions

Publié le 09/06/2019

Ruralite > Collectivités >

CTD. Jeudi 23 et Vendredi 24 mai ont eu lieu les réunions de programmation des aides aux communes du département de la Haute-Vienne, dans le cadre du contrat territorial départemental (CTD).

Les contrats territoriaux départementaux (CDT) signés entre les mairies et le Conseil départemental ont fait l’objet des habituelles réunions de vérification des projets éligibles à subvention. Du 23 au 24 mai, Jean-Claude Leblois, président du Conseil départemental de la Haute-Vienne, a présidé ces échanges, après avoir fait une longue introduction qui lui a permis de revenir sur les dossiers importants ou d’actualité.

Bien qu’il ne sache pas encore si les comptes du Département seront sous la barre des 1,2 % imposée par le gouvernement dans le cadre du plafonnement de l’évolution des dépenses de fonctionnement, la dotation annuelle de 9 M€ consacrée aux CDT (communes et groupement de communes) a été maintenue.

Réunion du secteur Sud-Est, dans le cadre du CTD, le jeudi 23 mai à la salle polyvalente d’Augne. (Ph. S. D.)

Une dotation supplémentaire de 21 M€ sur 3 ans (juillet 2018-juin 2021) a été ouverte pour les contrats départementaux de développement intercommunal (CDDI) dits de 3e génération permettant de financer prioritairement les équipements structurants des communautés de communes.

Lire la suite

Corvidés : Limiter leur impact est difficile

Publié le 08/06/2019

Agriculture > Cultures >

Ennemis des cultures. Au printemps, les corvidés engendrent de nombreux dégâts sur les semis de maïs, puis sur les silos ou encore les bottes d’enrubannage. Afin de limiter leur impact, des tirs de régulation sont possibles.

Les corbeaux engendrent de nombreux dégâts sur les cultures de maïs. Les agriculteurs de la périphérie de Limoges sont particulièrement impactés.

Philippe et Sylvie Lemasson, en Gaec à Saint-Just-le-Martel, et Gaël, leur fils pour le moment salarié sur l’exploitation, sont confrontés à ce problème pour la première fois cette année.

La parcelle ci-dessus a fait l’objet d’un resemis partiel. Malgré un canon de chantier et un épouvantail, les corbeaux continuent de sévir (ils arrachent les plantules pour manger la graine germée). C’est la première année qu’une concentration aussi importante de corbeaux est observée sur le secteur de Saint-Just-le-Martel, Panazol et Aureil et jusqu’à la Geneytouse. (Ph. N. P.)

Resemis partiel ou total

Cette exploitation compte 250 ha de SAU et conduit un troupeau de 250 vaches limousines en système naisseur-engraisseur. Chaque année, environ 40 ha de maïs destiné à l’ensilage sont implantés. Une dizaine d’hectares ont été à ce jour fortement attaqués par les corbeaux. Huit ont fait l’objet d’un resemis intégral à Aureil et à Panazol et une parcelle d’un resemis partiel. Si le manque de plants est ainsi comblé, une différence de stades de maturité sera observée lors de la récolte.

« Les semis de maïs ont été faits début mai dans de bonnes conditions. Mais les corbeaux ont commencé à picorer dès le semis et ils ont continué quand les plantules sont sorties de terre. Au stade 3-4 feuilles, ils arrachent les plants et mangent la graine », indique Philippe Lemasson.

Lire la suite

Les agriculteurs sont solidaires

Publié le 07/06/2019

Ruralite > Santé >

Plastiques. Les bottes d’enrubannages de couleur tendent à se multiplier en bout de champ ou aux abords des exploitations. Ces films roses, bleus et jaunes participent à collecter de l’argent pour la lutte contre le cancer.

Pierre Duguet sur un tas de bottes roses et bleues. (Ph. N. P.)

En se promenant dans les campagnes, il est devenu fréquent de rencontrer de drôles de bottes enroulées de plastique bleu, rose ou jaune. Ces teintes colorées tranchent avec les bottes d’abord noires, blanches ou vert pâle auxquelles notre œil était habitué. Mais qu’est-ce que cela signifie ?

Ces plastiques, développés par la société Trioplast depuis deux ou trois ans ont une vocation solidaire. Ils permettent de collecter de l’argent pour la lutte contre trois cancers : le rose correspond au cancer du sein, le bleu à celui de la prostate et le jaune à ceux qui touchent les enfants.

Lire la suite

Loi Egalim : des outils pour de meilleurs prix

Publié le 15/05/2019

Agriculture > Bovins >

Commercialisation. L’assemblée générale d’Opalim a permis de revenir sur les grands points portés par la loi Egalim. Jean-Baptiste Moreau, député LREM rapporteur de la loi, était présent.

Jean-Baptiste Moreau est longuement intervenu sur la loi Egalim et il a rappelé l’importance de compter sur la qualité pour se démarquer. (Ph. N. P.)

L’assemblée générale d’Opalim, organisée au Safran le 19 avril, a mis l‘accent sur la dynamique de la structure, qui s’appuie sur une équipe technique jeune et fortement renouvelée. Roland Pellenard, président depuis dix ans, n’a pas manqué d’évoquer la conjoncture marquée par la tuberculose, les myiases à Wohlfahrtia et le loup, trois dossiers « chauds » qui inquiètent les éleveurs de bovins et d’ovins. Il n’a pas oublié la sécheresse, « une fois de plus, plus dure que les années précédentes » qui a eu des incidences sur les entreprises et sur l’état sanitaire des cheptels. Il a également évoqué la valorisation des animaux en élevages bovins. Avec la démarche Brout’Or, qui consiste à vacciner de jeunes veaux contre les maladies respiratoires pour la filière veaux sans antibiotiques développée en Italie, Opalim travaille dans ce sens. Le président note également que la reprise du marché chinois peut « être une solution » pour consolider les filières. Enfin, les premiers résultats de la loi Egalim lui semblent décevants, notamment en ce qui concerne les coûts et les marges. « Peut-être que les attentes étaient trop importantes », a-t-il observé...

Lire la suite

La nouvelle déchèterie Kennedy ouvre le 14 mai

Publié le 13/05/2019

Ruralite > Collectivités >

Environnement. Une nouvelle déchèterie communautaire ouvre en mai en zone sud de Limoges pour remplacer la déchèterie Samie. Parmi les nouveautés, le dépôt, non plus dans des bennes, mais à même le sol.

Lire la suite

Le schéma cynégétique sanglier rejeté

Publié le 13/05/2019

Ruralite >

Chasse. L’assemblée générale de la Fédération départementale a eu lieu le 27 avril. Si la première partie statutaire a été calme, la partie sur le schéma de gestion cynégétique pour la période 2019-2025 a été beaucoup plus animée.

Le 27 avril, l’espace Buxerolles était presque comble et le nombre de chaises pas suffisant pour accueillir tous les participants. En effet de nombreux chasseurs, habillés avec leur gilet fluo orange étaient présents pour en découdre sur la chasse aux sangliers et le volet sécurité du schéma cynégétique départemental pour les cinq prochaines années.

Tribune de l’assemblée générale de la Fédération des chasseurs lors de l’intervention de Christian Lafarge, ancien président de la FDC 87. (Ph. T. G.)

Lire la suite

L'équipe de France de tonte de moutons à l'entraînement

Publié le 06/05/2019

Agriculture > Ovins >

Alors que les championnats du monde approchent à grands pas (du 4 au 7 juillet, pour la première fois en France, ils se tiendront en Haute-Vienne sur la commune du Dorat), l'équipe de France était à l'entraînement chez Roland Lachaume, au Dorat, car il possède une salle de tonte.

Lire la suite

Un appel à projets « Ruralité 2019-2021 »

Publié le 24/04/2019

Ruralite > Collectivités >

Ruralité. Les conseillers régionaux réunis en séance plénière le 12 avril ont abordé plusieurs dossiers en lien direct avec la ruralité. Une enveloppe de 6 M€ est prévue pour le nouvel appel à projets « Ruralité 2019-2021 ».

Avec 1 600 habitants, la commune de Châlus peut répondre à l’appel à projets lancé par la Région Nouvelle-Aquitaine « Ruralité 2019 2021 ». La conseillière régionale, Geneviève Barat, en charge du dossier a rappelé que sur le précédent appel à projets, « Innovation rurale », beaucoup de communes de moins de 600 habitants avaient répondu.

Isolement, hémorragie de la jeunesse, sentiment d’abandon, la description du monde rural par les élus régionaux lors de la séance plénière du 12 avril n’était pas des plus roses. « Le monde rural va mal. Les hommes et les femmes qui habitent les territoires ruraux sont pour l’immense majorité en grande souffrance. Les coups de buttoir des libéraux (...) mettent en danger notre ruralité », a ainsi affirmé Michel Minvielle (Générations, Pyrénées-Atlantiques).

Lire la suite

Sans tirs létaux pas de cohabitation

Publié le 08/04/2019

Agriculture >

Loup. Une réunion de concertation entre les éleveurs et le monde cynégétique a été organisée le 29 mars, par un conseiller régional LR-CPNT, Eddie Puyjalon, élu de la Gironde.

(De g. à dr.) Yves De Launay, Mélanie Brunet, Guillaume Guerin et Eddie Puyjalon. (Ph. Thierry Ganteil)

Lire la suite

Disparition d'un grand ambassadeur du Limousin

Publié le 21/02/2019

Ruralite > Collectivités >

Disparition. Limoges Métropole a annoncé, vendredi 15 février, le décès de son président, Gérard Vandenbroucke. De nombreuses personnalités ont salué l’action et la mémoire de cet élu du territoire.

Gérard Vandenbroucke fut le dernier président du Conseil régional du Limousin, le premier de la communauté urbaine de Limoges Métropole et l’infatigable président du Salon international de la caricature, du dessin de presse et d’humour de Saint-Just-le-Martel qui prépare donc sa 38e édition sans lui.

Gérard Vandebroucke, dernier président du conseil régional du Limousin, prend un selfie avec les élus lors de la dernière séance du Limousin en novembre 2015. (Ph. Stéphane Monnet)

Lire la suite

Le budget de la Région Nouvelle-Aquitaine expliqué aux curieux

Publié le 08/02/2019

Ruralite > Collectivités >

Depuis février 2017, Andréa Brouille est vice-présidente du conseil régional de Nouvelle-Aquitaine déléguée aux finances et au budget. (Ph. Stéphane Monnet)

Finances. Chaque année, la Région vote son budget lors d’une assemblée plénière ouverte au public (et visible en direct ou en archive video). Un document de présentation est téléchargeable sur le site de la Région. Bien que pesant près de 600 pages, il regorge de données plus ou moins accessibles au néophyte. Andréa Brouille, vice-présidente déléguée au budget, nous donne quelques clés pour le consulter. « Il ne faut pas avoir peur des chiffres », dit-elle.

Chaque année, avant que l’assemblée plénière n’ait à voter le budget primitif (celui de 2019 a été adopté en décembre 2018), la vice-présidente déléguée aux finances et au budget sait qu’elle va avoir des semaines fort chargées : Andréa Brouille va enchaîner les conférences budgétaires. « Pendant un mois, de 8 h à 19 h, je suis en conférence budgétaire, avec les chefs de direction » explique-t-elle.

Qui ouvre le rapport de présentation du budget primitif de Nouvelle-Aquitaine (584 pages) et jette un œil sur le sommaire, s’aperçoit que le budget se divise désormais en six grands piliers. Chaque pilier comprend un certain nombre de sous-sections. Une conférence budgétaire est organisée pour chacune de ses sous-sections.

Avant de présider ces conférences, Andréa Brouille a préparé en amont, avec les services, des lettres de cadrage. « Ces lettres reprennent nos orientations budgétaires, détaille Andréa Brouille. On explique comment au vu de notre prospective financière, de l’évolution de nos dépenses et de nos recettes, on compte tenir notre capacité de désendettement de 7 années et stabiliser ou augmenter notre épargne brute. »

L’épargne brute est un indicateur utilisé par toutes les collectivités pour juger de leur bonne santé financière. Elle correspond aux recettes réelles de fonctionnement, hors emprunt moins les dépenses réelles de fonctionnement. Si le résultat de cette soustraction est positif, la collectivité encaisse plus d’argent qu’elle n’en dépense pour couvrir son fonctionnement annuel. Le terme de fonctionnement peut être trompeur, car la distinction entre fonctionnement et investissement est subtile. Mais primordiale.

« Je n’ai pas le droit de payer du fonctionnement en empruntant, insiste Andréa Brouille. Il n’y a que l’État pour faire ça. » Il faut donc maîtriser ses dépenses de fonctionnement et s’assurer que les recettes les couvriront. « Pour faire une comparaison simple, si un particulier achète un frigo, ce sera de l’investissement. Le remplir, c’est du fonctionnement. »

Lire la suite

Réfléchir à la question du retour du loup

Publié le 04/02/2019

Agriculture >

[Mise à jour] Le film sera encore visible sur la chaîne Public sénat en février et mars. 

  • Samedi 23 février 2019 à 21:00
  • Dimanche 24 février 2019 à 10:00
  • Samedi 02 mars 2019 à 22:30
  • Dimanche 03 mars 2019 à 11:30
  • Dimanche 10 mars 2019 à 12:30

[/Mise à jour] 


Projection-débat. L’association Préservons nos troupeaux des loups en Limousin a organisé le 23 novembre à l’Hôtel du Département la projection du documentaire L’Heure des loups, en présence du réalisateur Marc Khanne.

près la projection de son documentaire L’heure des loups, le réalisateur Marc Khanne a longuement discuté avec le public présent et donné sa vision du loup. (Ph. Stéphane Monnet)

Àl’invitation de l’association Préservons nos troupeaux des loups en Limousin, deux projections du film L’Heure des Loups ont été proposées en présence du réalisateur. Marc Khanne réalise des films documentaires depuis une quinzaine d’années. Dès 2007 il s’est intéressé aux Cévennes et à l’agropastoralisme*. En 2015, alors qu’il commence un nouveau film sur le sujet, l’un des éleveurs qu’il suit subit des attaques de loup, revenu en Lozère. Mark Khanne décide alors de se concentrer sur cette question. « Le film que vous allez voir est le résultat de trois ans de travail, de réflexions, d’enquête. C’est le temps qu’il faut pour avoir une image un peu objective, mais je crois qu’au bout de ses 52 minutes, le film apporte plus de questions que de solutions. »

* Aigoual, la forêt retrouvée, 2007, Grand Prix du film nature environnement - Bergers de l’Aigoual, éleveurs des Causses et Cévennes, 2013, mention spéciale au Festival du pastoralisme.

 

Lire la suite

L’AMTM attaque la dernière ligne droite

Publié le 14/12/2018

Agriculture > Ovins >

Compétition. À sept mois des championnats du monde de tonte du mouton qui auront lieu début juillet au Dorat, l’association organisatrice a fait le point le 7 décembre devant une assemblée nombreuse.

La patrouille de France est venue faire des repérages au-dessus du Dorat. Sa participation à la cérémonie d’ouverture des mondiaux de tonte du mouton le 4 juillet 2019 n’est pas encore assurée, mais « la demande a été faite » a indiqué Julie Renard, secrétaire générale de l’association pour le mondial de tonte de mouton (AMTM) lors de la dernière réunion publique d’informations de l’année qui s’est tenue au cinéma du Dorat le 7 décembre.

Rejoints par la troupe du Cabaret des clochers et par Bernard la mascotte, les membres de l’AMTM ont entonné en conclusion de la présentation une chanson célébrant les championnats du monde de tonte qui auront lieu au Dorat du 4 au 7 juillet 2019. (Ph. Stéphane Monnet)

Plus de deux cents personnes avaient fait le déplacement et se sont intéressées aux avancées du projet présentées par les différents membres de l’association. Sur la cérémonie d’ouverture, Julie Renard a confirmé qu’il devrait y avoir un défilé des délégations de chaque pays en centre-ville du Dorat le 4 juillet au soir.

Lire la suite

L’alliance de la formation et de l’emploi

Publié le 01/01/1970

Agriculture >

Le Groupement d’employeurs pour l’insertion et la qualification Limousin Périgord a tenu son assemblée générale le 6 juin à Coulounieix-Chamiers, en Dordogne.
Offrir à des jeunes ou moins jeunes éloignés de l’emploi la possibilité de se former ou de se reconvertir et permettre à des agriculteurs et entreprises du secteur de trouver de la main-d’œuvre qualifiée, tels sont, entre autres, les objectifs du Geiq Limousin Périgord.
La structure, née à l’initiative de la MSA de la Haute-Vienne en 2006, est présidée depuis sa création par Michel Jouhette, agriculteur à Dournazac. Elle s’est implantée depuis en Corrèze, en Creuse et en 2017 en Dordogne. Une présence en terre périgourdine qui a été fortement appuyée, comme a tenu à le souligner le président Michel Jouhette, par Claudine Faure et le conseil d’administration de l’époque de la MSA Dordogne Lot-et-Garonne. L’antenne périgourdine est basée au CFFPA de Coulounieix-Chamiers, avec Jean-Luc Champailler comme référent.Depuis sa création, le Geiq Limousin Périgord voit augmenter de façon régulière et importante le nombre de ses adhérents et de ses salariés. En 2018, le groupement comptait 187 adhérents agriculteurs et 147 salariés, soit en parcours de professionnalisation, soit en alternance, avec une féminisation notable. Pour la Dordogne, l’an dernier, onze nouveaux contrats ont été signés, neuf en professionnalisation, deux en alternance, dont le plus grand nombre dans des structures dédiées à l’élevage. « Je suis convaincu que le Geiq est un outil formidable aussi bien pour mettre le pied à l’étrier des jeunes loin de l’emploi que pour les agriculteurs. Nous simplifions les démarches, nous proposons des formations adaptées avec des qualifications en lien avec les besoins des employeurs, et de la souplesse par le biais des emplois partagés. De plus, l’humain est au centre de nos actions. »
Faciliter les démarches
Pour les agriculteurs et entreprises agricoles adhérentes, les avantages sont importants. Le Geiq se charge de trouver les candidats à l’emploi proposé. C’est lui qui assume la fonction d’employeur et l’ensemble des démarches qui vont avec. Il prend en charge la paye et tout ce qui a trait à l’administratif. Il intervient également dans l’entreprise afin de faciliter les relations entre salarié et employeur. Et, point important, il peut aussi proposer des emplois du temps partagés dans plusieurs structures, ce qui permet aux agriculteurs d’avoir accès à des salariés qualifiés en fonction de leurs besoins.
Accompagnement personnalisé
Du côté des salariés, intégrer un parcours proposé par le Geiq est un moyen d’accéder à une formation théorique et une expérience de terrain. Grâce à ses nombreux partenaires, la structure propose des formations qualifiantes ou diplômantes en fonction du projet professionnel de la personne.
L’accompagnement n’est pas seulement professionnel. Il englobe aussi la prise en compte des situations individuelles dans de nombreux domaines sociaux, la mobilité, etc. Les salariés reçoivent la visite d’un collaborateur du Geiq chaque mois, soit en centre de formation, soit chez son employeur. Un plus important qu’ont souligné ceux qui ont témoigné lors de l’assemblée générale, qu’ils soient employeurs ou salariés. Quant à l’efficience de l’action du Geiq Limousin Périgord, il suffit de constater que ses taux de réussites aux examens sont plus qu’honorables avec 90 % de candidats admis. En témoigne aussi l’attribution du label national Geiq qui lui a été délivré une nouvelle fois cette année, et ce depuis cinq ans, validant la qualité du travail fourni.
Recrutement
Si les employeurs agricoles sont de plus en plus nombreux à être convaincus de l’intérêt de faire appel au Geiq pour recruter, la chose est moins évidente en ce qui concerne le public jeune éloigné de l’emploi, l’une des cibles principales. Une difficulté qui n’est pas propre à l’agriculture et qui concerne beaucoup de métiers manuels. Aussi, pour les convaincre que l’agriculture offre de nombreuses perspectives, les collaborateurs du Geiq multiplient les actions, avec des partenaires comme Pôle Emploi, les missions locales, les associations œuvrant dans l’insertion, etc. Ils participent également à de nombreux événements agricoles et de promotion des formations en général, et mettent en œuvre des campagnes de communication.
Nadine Berbessou

Lire la suite

Le niveau 3 du plan canicule est déclenché

Publié le 01/01/1970

Ruralite >

La préfecture a annoncé le déclenchement du niveau 3 du plan canicule, lundi 24 juin.

Les conseils de prévention

  • Boire régulièrement
  • Manger même si on n’a pas très faim
  • Ventiler les pièces
  • Fermer les volets
  • Faire attention à ses proches ; prendre des nouvelles
  • Ne pas boire d’alcool
  • Limiter les efforts physiques
Lire la suite

Amplifier le développement du numérique

Publié le 01/01/1970

Ruralite > Numérique >

Numérique. La Ville et l’université de Limoges ont signé une convention avec Orange pour conforter l’usage du numérique et développer l’innovation sur le territoire.
Pour la signature d’une convention Innovation entre la Ville de Limoges, Unilim et le géant français des telecoms Orange, le maire de la commune, Émile-Roger Lombertie, s’est félicité que les trois signataires soient tous des anciens étudiants de l’université de Limoges qui vient de fêter ses 50 ans.
« Nous allons travailler tous ensemble autour de l’Intelligence artificielle (IA). La Ville et l’université ont besoin de partenaires dynamiques et engagés. Orange va nous accompagner et c’est tant mieux ! » s’est encore réjoui Émile-Roger Lombertie. L’objectif de cette convention est « d’accompagner et sensibiliser les élus et les collaborateurs de la Ville et de l’université aux nouveaux usages du numérique et développer l’innovation sur le territoire ». Alain Célérier, président d’Unilim, a rappelé que la faculté de droit s’engageait justement dans un projet traitant de « l’impact du numérique sur la gouvernance des organisations et des institutions ». De façon plus générale, il a évoqué la nécessité pour l’université de faire évoluer les pratiques d’enseignement en tenant compte des innovations apportées par le numérique, « un enjeu de société ».
Enfin, il compte sur les « compétences avérées d’Orange dans le domaine des objets connectés » pour faire avancer les recherches conduites notamment au sein du réseau de l’Institut national des sciences appliquées (Insa).
Détecter les pépites
Franck Aupetit, délégué régional Orange, a insisté sur l’importance de l’innovation et reconnu que si Orange possédait des laboratoires mondialement reconnus dans le domaine notamment des telecoms, « Lannion, notre centre de recherches, reste une poussière dans le domaine de la recherche telle qu’elle existe aujourd’hui. L’innovation peut naître partout : dans les incubateurs de l’université, les startups. Et la relation qui existe entre l’incubation et les entreprises privées comme la nôtre permet de détecter des projets, des pépites, de les faire grandir et émerger. Et on espère qu’on arrivera à faire naître des œufs en or sur Limoges, de les détecter, les suivre et les accompagner. »
Une visite par une délégation d’élus et collaborateurs de la Ville et de l’université à Orange Gardens, l’écocampus d’Orange entièrement dédié à la recherche et l’innovation est d’ores et déjà prévue. Des conférences sur les thèmes de l’IA, du Big Data, de la Smart City devraient également voir le jour. Outre l’accompagnement et le suivi des start-ups haut-viennoises, la vie étudiante pourrait profiter de cette convention. Les plus jeunes aussi. Orange devrait proposer en Haute-Vienne de nouvelles sessions #SuperCodeurs, ces ateliers numériques de découverte du code informatique qui s’adressent aux 9 - 13 ans. « L’inclusion numérique commence tôt, a expliqué Franck Aupetit. Elle démarre à l’école avec des sensibilisations au codage, c’est le sens de nos opérations #SuperCodeurs. Il s’agit de favoriser l’éducation au codage, qui fait partie des métiers du numérique pour lesquels la France manque de main d’œuvre. Les vocations se suscitent très jeune ! »
Le président d’Unilim a assuré que la convention permettrait à l’université de « grandir, de progresser avec ce partenaire. L’université est dans ce territoire et toujours en interaction avec son territoire ».
Stéphane Monnet

Lire la suite

Tensions à la Région sur la gestion de l’eau

Publié le 11/01/2019

Agriculture >

Environnement. Un projet de la région niortaise touchant à la politique de l’eau a été l’occasion d’une passe-d’armes en décembre au Conseil régional entre les élus écologistes et leurs amis de la majorité.

Sur le sujet de la gestion de l’eau, les élus écologistes du Conseil régional sont restés intransigeants et ont fermement combattu un protocole d’accord soumis à approbation lors de la plénière du 18 décembre dernier. Si le « Protocole d’accord pour une agriculture durable dans le territoire du bassin Sèvre niortaise – Mignon » a été finalement adopté, Nicolas Thierry (EELV, Gironde) renonce à sa délégation à la qualité de l’eau. Nicolas Gamache (EELV, Deux-Sèvres) a démissionné du bureau du Parc naturel régional du Marais poitevin. Et Léonore Moncond’Huy (EELV, Vienne) a étonné Alain Rousset par l’impétuosité de son intervention : « Bien sûr, nous avons besoin d’eau pour nous nourrir, et répondre aux besoins de l’agriculture, mais pour quelle agriculture ? Celle qui fait vraiment vivre les territoires, celle qui alimente les circuits courts dont nous avons tant besoin pour nos lycées, celle qui emploie ? Ou celle majoritairement dédiée à l’export et intrinsèquement adossée à l’usage des pesticides ? »

Plus d’une centaine d’anti-Bassines ont manifesté devant la préfecture lors de la signature de l’accord le 18 décembre 2018. (Ph. Anne Frintz / Agri 79)

Lire la suite

L’Amel est lancé mais devra être confirmé

Publié le 22/11/2018

Ruralite > Numérique >

Numérique. Le 13 novembre, Dorsal, pressé par le Département, a lancé auprès des opérateurs privés un appel à manifestation d’engagements locaux (Amel) pour fibrer jusqu’au domicile 69 000 foyers haut-viennois.

Après plusieurs semaines de vives tensions entre le syndicat mixte Dorsal et le Département de la Haute-Vienne, décision a été prise le 13 novembre de lancer un appel à manifestation d’engagements locaux (Amel) pour 69 000  foyers haut-viennois. Trois représentants sur quatre de la Région se sont abstenus lors du vote.

Pour les habitants concernés (voir carte), l’arrivée de la fibre ne serait plus liée aux calendriers établis par Dorsal et aux décisions de leur communauté de communes mais aux seuls plans de déploiement d’un opérateur privé.

Lire la suite

Ciné en campagne

partenaire

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal Union & Territoires

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
pluie modérée

13°

Limoges

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -