David Eyrichine qualifié pour le mondial 2017 de labour

Publié le 30/09/2016

Agriculture >

David Eyrichine tient dans ses mains les trophées qui indiquent qu’il est sélectionné pour les mondiaux de labour qui auront lieu au Kenya en décembre 2017.

Il n’avait pas envie d’y aller. La sécheresse de l’été avait rendu la terre sèche et dure. Il n’avait pas pu s’entraîner. David Eyrichine, 39 ans, champion de France de labour en planches en 2009, embarque finalement son tracteur et sa charrue pour le concours organisé par France Labour lors des Terres de Jim, la grande fête agricole des Jeunes Agriculteurs qui avait lieu cette année en Vendée.

« “Papa, il faut que tu y ailles !” m’a dit ma fille de 9 ans, qui laboure déjà », confie David. Alors il y est allé en se disant : « Ça fera ce que ça voudra. 

Lire la suite

Visite préfectorale à Royères au Gaec Brégaint junior

Publié le 23/09/2016

Agriculture >

La FDSEA et les JA ont invité le préfet, Raphaël Le Méhauté, à se rendre sur une exploitation agricole. La visite a eu lieu lundi en fin de matinée. Emmanuel Rabaud et Jérôme Gourcerol avaient préparé un panel de revendications pour qu’elles soient transmises à Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, ou à Ségolène Royal, ministre de l’Environnement. Mais d’autres sujets étaient de son ressort et de ses services comme sur les problèmes des dégâts de la faune sauvage sur les cultures ou les animaux. Dominique et Philippe Brégaint, deux des quatre associés du Gaec Brégaint junior à Royères, ont fait visiter leur exploitation à Raphaël Le Méhauté, accompagné de deux responsables de la Direction départementale des territoires et d’une stagiaire de l’ENA.


La chasse

Lire la suite

Pourquoi tant de haine ?

Publié le 22/09/2016

Agriculture >

"En placardant des affiches sur l’ensemble des coopératives de la Haute-Vienne, même celles où ses membres ont des responsabilités, la Coordination rurale a franchi un cap. Elle se contentait jusqu’alors d’invectiver les représentants de certaines structures.

Face au désarroi des agriculteurs impuissants devant une crise conjoncturelle et climatique, et face à des mutations structurelles que le monde agricole se refuse à anticiper, on peut expliquer des gestes d’inquiétude tant la survie de certaines exploitations est compromise.

Le métier d’agriculteur génère beaucoup plus de frustrations, de remises en cause, de contraintes que de satisfactions.

Ce n’est pas pour autant qu’une attaque systématique du monde coopératif doit être assimilée à un désarroi légitime ; c’est plutôt une stratégie délibérée.

S’attaquer aux entreprises détenues par les agriculteurs au travers de leur capital social, c’est prendre fait et cause pour les entreprises capitalistes et vouloir que l’agriculture soit dépendante du monde de la finance. 

Ce n’est pas la première fois que la coopération est fustigée, il est plus facile de trouver un bouc émissaire que d’apporter des solutions ou d’avoir un discours cohérent dans le temps. 

Que l’on ne se méprenne pas sur mes propos, il ne s’agit pas d’encenser les coopératives, elles ne sont que des entreprises avec des stratégies propres plus ou moins judicieuses. 

Il s’agit simplement d’appeler à un minimum de tolérance et de respecter ce mode d’organisation économique qui appartient à ses adhérents comme l’on doit respecter toutes les autres formes d’entreprises.

Les propos négatifs et très démagogiques permettent peut être à certains de se réaliser. Mais, dans une période aussi critique, faut-il encourager la destruction d’outils qui protègent encore un nombre important d’agriculteurs ?

L’agriculture française a souvent fait face à des situations très difficiles en fédérant des femmes et des hommes sur des projets et non en utilisant la haine et le rejet de l’autre, ce qui, à certaines périodes de notre histoire, a apporté plus de peines et de malheurs que de lendemains sereins." 

Jean-Pierre Boulesteix, 
Coop de France.

Lire la suite

Aides du Feader : Les Régions demandent au Ministère de l’Agriculture de prendre ses responsabilités

Publié le 15/09/2016

Agriculture >

À l’issue du bureau exécutif de l’ARF qui s’est déroulé mercredi 14 septembre 2016, les Régions ont publié le communiqué suivant :

"Conscients de la situation critique dans laquelle se trouve une partie du monde agricole et de l’urgence à répondre à cette situation, les Présidents de Région demandent au Ministère de l’Agriculture ainsi qu’à l’Agence de Services et de Paiement (ASP) d’accélérer le déploiement des outils nécessaires au versement des aides.

À ce titre, le Président de l’ARF, a tenu à remercier Renaud Muselier, Président de la Commission Europe de l’ARF pour sa mobilisation conjointe avec la Commission Agriculture, sur ce dossier.

Philippe Richert, conscient des difficultés que vivent nos agriculteurs et éleveurs qui sont dans une situation de désespoir sans précédent, a ainsi demandé à Renaud Muselier de bien vouloir continuer à suivre personnellement ce dossier au cours des prochains mois afin d’aboutir dans les meilleurs délais au déblocage de la situation.

« Philippe Richert, en tant que Président de l’ARF a fait le choix de m’apporter sa confiance en me laissant personnellement m’occuper de ce dossier et je l’en remercie. Les Régions, en tant qu’autorités de gestion de la majorité des fonds européens, veulent notamment mobiliser le FEADER pour moderniser les exploitations agricoles. C’est un enjeu majeur pour leur compétitivité, elles doivent disposer d’outils y compris informatiques pour le faire ! Il y a une urgence absolue à répondre à ces besoins. Je reste à l’écoute de nos agriculteurs et éleveurs français et ferai le nécessaire afin que cette situation soit résolue le plus rapidement possible. » a souhaité réagir Renaud Muselier, Président de la Commission Europe de l’ARF.

À cet égard, les Régions rappellent la responsabilité totale du Ministère de l’Agriculture et de son opérateur par rapport à cette situation et leur demandent de tout mettre en œuvre pour éviter la perte de crédits européens d’ici la fin de l’année 2016. 

Dans la même lignée, elles demandent à l’Etat de se mobiliser et de tout faire pour accélérer le paiement des aides du FEAMP au monde de la pêche d’ici la fin de 2016."

Lire la suite

Les éleveurs font pression sur Carrefour

Publié le 08/09/2016

Agriculture >

Ce mercredi 07 septembre, à l'appel de la Fénération Nationale Bovine, de multiples opérations ont été menées sur des zones commerciales Carrefour de grandes métropoles par les sections régionales FNSEA et JA.

Quatre éleveurs de Dordogne avaient fait le déplacement pour manifester auprès de leurs collègues de la Nouvelle Aquitaine (Sylvain Desgroppes).

Cela a été le cas en Nouvelle Aquitaine avec une manifestation au Carrefour de Lormont, près de Bordeaux. « En fonction des résultats, on fera le point sur ce qu'il y a à faire et on durcira nos actions, on les déclinera dans tous les départements », explique Jonathan Lalondrelle, président des JA de la grande région.

L'objectif était d'alerter sur le refus de Carrefour d'adhérer au programme Coeur de Gamme mis en place en juin, et qui est censé rééquilibrer la répartition des prix sur la chaîne de valeur. Le schéma : revaloriser le prix payé aux producteurs, et de l'autre côté améliorer la qualité de la viande proposée aux consommateurs.

Sylvain Desgroppes

Lire la suite

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
bien ensoleillé

Limoges

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -