Aquitanima 2016 : le concours interrégional limousin

Publié le 18/05/2016

Agriculture >

Christian Trentalaud se souvient de son premier concours limousin à Bordeaux. Il avait douze ans et c’était alors place des Quinconces, dans le centre. Par la suite, il est régulièrement venu à Bordeaux, d’abord pour épauler les éleveurs d’Aquitaine. « La participation des éleveurs du berceau n’est pas une nouveauté, constate l’éleveur de La Jonchère, en pensant à la fusion des régions Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes. Mais on voit d’année en année, la qualité des animaux présentés à Bordeaux s’améliorer. Les Espagnols, par exemple, qui concourent depuis quelques années : la première année qu’ils sont venus, la qualité était médiocre, mais maintenant, dans le concours, on ne voit pas la différence. Ils se sont vraiment bien améliorés. »

Une qualité qui a contraint le juge unique du concours, le Corrézien Vincent Rome, à faire des arbitrages parfois délicats. Finalement, les Haut-Viennois rentrent de Bordeaux avec de nombreux prix. Ils ont raflé quatre prix spéciaux sur huit et décrochent la première place dans trois sections. La vache Gobi au Gaec Roulière Père et Fils (87) est couronnée meilleur animal du concours.

Une belle dynamique

Un voisin de Dordogne, Olivier Lasternas, du Gaec Lasternas à Saint-Cyr-les-Champagnes, est également reparti satisfait. « Suite à la présélection en ferme, on présentait 6 animaux, 5 titulaires et 1 supplément. Les 5 titulaires ont fait deux premiers prix, trois 2es places. C’est la récompense, je le dis souvent, du travail qu’on fait sur notre exploitation. À ce titre, je voudrais remercier mon épouse, mes enfants, qui nous accompagnent; on vit ça de l’intérieur, c’est terrible... Quand j’en parle, ça me prend aux tripes. C’est magique ! »

L’éleveur participait à sa 16e édition d’Aquitanima. Lui aussi a vu le concours évoluer. Impliqué dans l’organisation, il s’est félicité de la dynamique engagée : « Aujourd’hui, Bordeaux, c’est 90 animaux en concours, des animaux de toute la Grande Région, Midi-Pyrénées en plus, le Pays basque espagnol qui vient depuis une dizaine d’années. Ce qui fait plaisir, c’est qu’on a réussi à mettre en place une dynamique.On a les infrastructures pour, et Bordeaux c’est un point stratégique par rapport au commerce sur l’Espagne, le Portugal, c’est l’ouverture sur le Sud. »

Le palmarès du concours (.pdf) sur le site Aquitinama.fr

Lire la suite

Ras-le-bol général après la CDOA du 3 mai

Publié le 11/05/2016

Agriculture >

La FDSEA de la Haute-Vienne a exprimé son mécontement lors de la dernière CDOA : absence du Conseil régional, incertitudes sur le calendrier de versement des aides, conjoncture difficile, lourdeur administrative et sentiment d’abandon par l’État se conjuguent au moment où l’agriculture a besoin de se sentir soutenue. Le syndicat lance un message d’alerte.

Lors de la CDOA du 3 mai, les responsables syndicaux FDSEA et JA ont tenu à exprimer leur mécontentement suite aux nombreuses difficultés rencontrées au sein de leurs exploitations.

Tout d’abord, le paiement des aides Pac 2015 qui arrive au compte-gouttes sur les comptes des exploitations avec aucune visibilité sur les échéances à venir. À ce jour, les aides bovines ne sont toujours pas soldées, et ne le seront normalement que fin mai. Face à cette annonce encore incertaine de la DDT, les responsables syndicaux expriment vivement leur inquiétude vis-à-vis de la campagne PAC 2015. Ils sont confrontés à de nombreuses questions, à un mal-être et une grogne générale qui couvent dans la campagne du fait d’un gros manque de trésorerie sur les exploitations.

Lire la suite

60 propositions pour l’élevage

Publié le 06/04/2016

Agriculture >

La mission d’information de l’Assemblée nationale sur l’avenir de l’élevage a émis une soixantaine de propositions, le 30 mars. Elle a constaté « des relations commerciales très difficiles, avec accaparement de la valeur par les industriels et surtout les distributeurs, réunis en quatre centrales d’achat qui s’adjugent 90 % du marché », selon Damien Abad (LR, Ain), président de cette mission. Les parlementaires ont déploré la « faiblesse des organisations de producteurs et des éleveurs, encore trop peu investis dans les coopératives et les organisations de production ». Annick Le Loch(Socialiste, Finistère) estime que « les interprofessions qui ne fonctionnent pas bien dans la viande bovine et le lait en particulier doivent s’organiser pour peser davantage ». Son corapporteur Thierry Benoit (UDI, Ille-et-Vilaine) a insisté sur une nécessaire « clarification des relations commerciales ».

De son côté, Annick Le Loch a insisté sur l’activation immédiate des outils européens pour soutenir les productions en difficulté, avec notamment pour le lait et le porc la possibilité de réduire la production si nécessaire et de profiter de la révision de la Pac à partir de 2018 pour « réfléchir à un mécanisme de sécurisation des prix et des marges ». Les députés souhaitent également une harmonisation fiscale et sociale au sein de l’Europe. De plus, ils soutiennent l’étiquetage sur l’origine des viandes dans les plats transformés.

Le rapport défend l’adoption d’un « crédit d’exportation à l’échelle européenne », mais souhaite voir exclues de la négociation du Traité de libre-échange transatlantique avec les États-Unis « certaines productions sensibles » comme la viande bovine. Thierry Benoît a par ailleurs soulevé « le problème de confiance entre les éleveurs et l’État » à propos de la multiplication des contrôles.

Téléchargez les 60 propositions pour l'élevage (.pdf)

Lire la suite

Lussac-les-Églises : Ferme communale cherche porteurs de projets agricoles

Publié le 05/04/2016

Agriculture >

Le lundi 4 avril, une session d’accueil d’actifs était organisée sur la commune de Lussac-les-Églises pour un projet bien particulier : il s’agit de reprendre une activité agricole sur la ferme des Essarts, propriété de la commune depuis 1677. Cette activité, selon les études menées par le comité de pilotage du projet, pourrait s’articuler autour d’un élevage ovins viande, d’un atelier porcin plein air, de maraîchage et volailles en circuit court, ainsi que d’une partie apiculture.

Pour plus de renseignements, contactez la Chambre d’Agriculture : 05 87 50 42 33

Lire la suite

Essai comparatif de tracteurs 3 et 4 cylindres : le duel !

Publié le 03/04/2016

Agriculture >

Dans le cadre de l’action Économie de carburant intégrée au programme régional Énergie Biomasse, les conseillers Machinisme du Limousin ont conduit du 2 au 6 novembre 2015 un essai comparatif entre deux tracteurs annoncés pour 105 cv motorisés respectivement par 3 et 4 cylindres. Ce test s’est déroulé en Corrèze en collaboration avec le tractoriste Massey-Ferguson, les Établissements Marsaleix, concessionnaire de la marque, et les agriculteurs adhérents de la Cuma de la Franche-Valeine à Albussac.

Présentation des tracteurs testés et du protocole

Au préalable, les deux tracteurs ont été testés au banc d’essai moteur sur le site du lycée agricole de Saint-Yrieix-la-Perche afin de mesurer leur puissance réelle respective.

Les tracteurs en lice :

Lire la suite

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
beau temps

10°

Limoges

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -