Sécheresse 2015 : la Haute-Vienne reste dans l’attente

Publié le 26/02/2016

Agriculture >

La mission d’expertise des dégâts de la sécheresse de l’été dernier qui s’est rendue sur le terrain en février a rendu ses conclusions au ministre de l’Agriculture. Stéphane Le Foll a immédiatement décidé de revoir certains périmètres, notamment dans le Massif central. Pour la Haute-Vienne, le dossier est toujours « en cours d’expertise ».

En décembre 2015, suite au Comité national de gestion des risques en agriculture (CNGRA), le ministère de l’Agriculture avait annoncé que de nouvelles expertises des dégâts de la sécheresse de l’été dernier seraient conduites sur le terrain. En février, une mission a donc été conduite en Auvergne-Rhône-Alpes et en Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes. Stéphane Le Foll a pris connaissance des conclusions de cette mission le 19 février et a immédiatement annoncé que certains périmètres seraient revus et précisé que « dans les prochains jours une nouvelle proposition de reconnaissance, sur la base du rapport et des données complémentaires disponibles, sera examinée et validée lors du CNGRA du 16 mars. L’ensemble des reconnaissances représentera une aide globale de près de 180 millions d’euros ».

Si le périmètre a été favorablement revu dans une dizaine de départements (Allier, Ardèche, Aveyron, Cantal, Corrèze, Hérault, Haute-Loire, Lozère et Puy-de-Dôme), la Haute-Vienne ne figure pas dans les annonces ministérielles. Localement, la DDT n’a fait aucun commentaire. Le communiqué de presse du ministère indique pourtant que « ces évolutions de zonage et/ou de taux de perte seront examinées et validées lors du CNGRA du 16 mars 2016, ainsi que les nouveaux dossiers ou les dossiers révisés (en cours d’expertise) des départements de l’Aube, l’Aude, l’Isère, la Haute-Marne, le Bas-Rhin, la Saône-et-Loire, le Tarn et la Haute-Vienne ».

Joint par L’Union Agricole, le ministère de l’Agriculture a précisé que « le dossier concernant la Haute-Vienne était encore en cours d’expertise » mais n’a pas souhaité donner plus d’informations ni communiquer d’échéances.

Lire la suite

Service remplacement : « J’ai souscrit un contrat groupe et bien m’en a pris ! »

Publié le 24/02/2016

Agriculture >

Annie Passerieux est exploitante agricole à La Terrade, sur la commune de Flavignac depuis 2008. Elle conduit une exploitation de 103 ha en système bovins viande naisseur engraisseur avec l’aide d’un salarié à plein temps.

Le troupeau se base sur 82 vaches mères. Les mâles sont commercialisés en taurillons vers 16-17 mois, les génisses partent vers 21 mois et les vaches de réforme (il y en a environ 14 par an) sont engraissées sous le cahier des charges Blason Prestige et vendues pour la boucherie. La SAU permet la culture de 18 ha de céréales (blé et orge) et de 12 ha de maïs ensilage. Le reste est consacré au pâturage et à la réalisation de stocks.

Besoins en main-d’œuvre assurés mais...

Le travail est partagé entre Annie et son salarié. Annie assure le suivi des animaux, le salarié travaille avec le gros matériel. Les chantiers d’ensilage et d’épandage du fumier se font en entraide avec d’autres agriculteurs du secteur. Parfois, il est fait appel à des entreprises de travaux agricoles... Grâce à toutes ces alternatives, les besoins en main-d’œuvre sont couverts.

Pourtant, quand Annie Passerieux s’est installée en 2008, elle a tout de suite pensé adhérer au Service de remplacement, « au cas où ». Son adhésion a démarré en avril 2009. « J’ai préféré préparer le terrain pour éviter d’être prise au dépourvu. Et j’ai bien fait ! » En effet, en décembre qui a suivi, en pleine période de vêlages, elle s’est blessée à une main et a dû être opérée en urgence. En arrêt de travail, elle a fait appel au Service de remplacement pour deux semaines. Annie Passerieux n’a rien à redire sur la prestation qui lui a été proposée : « Tout a été très rapide, efficace avec un remplaçant très professionnel », souligne-t-elle. Elle ajoute : « Pour faire appel à ce type de service, on a besoin d’être en confiance. »

Annie Passerieux (à droite) et Fabienne Larbre, responsable du Service de remplacement, devant quelques animaux de l’exploitation.

Lire la suite

De la chasse ou de l’élevage ?

Publié le 19/02/2016

Agriculture >

Le secteur de Saint-Pardoux – Razès est très exposé aux dégâts des sangliers. Une réunion entre les chasseurs et les agriculteurs,
organisée par le maire de Razès, n’a pas permis de mettre en place un consensus pour répondre aux souhaits des deux parties. Les
plans de chasse pour la maîtrise du grand gibier et notamment des sangliers sont inefficaces. Il y a de plus en plus d’animaux abattus
et les dégâts sur les parcelles agricoles se multiplient. Emmanuel Frontier a accepté de témoigner sur les problèmes qu’il rencontre.

Lire la suite

La FDSEA et les JA rencontrent Daniel Boisserie, député

Publié le 10/02/2016

Agriculture >

Jeudi 4 février, une délégation de la FDSEA et des JA conduite par Emmanuel Rabaud et Lionel Lachaud, respectivement président de la FDSEA et des JA, a rencontré Daniel Boisserie, député-maire de Saint-Yrieix-la-Perche. Les représentants syndicaux ont insisté sur les dangers encourus par l'agriculture française et l'élevage en particulier. Veut-on garder un élevage en France ? Cette question a été posée au député-maire. Le doigt a été mis sur l'absence de prix, le libéralisme sauvage auquel est confronté le monde agricole, l'excès de normes, l'importance d'arrêter le dumping social en Europe, la nécessité de développer un étiquettage sur les produits transformés... Le dossier de la grippe aviaire a aussi été abordé avec le témoignage d'une productrice de canards gras en vente directe. Là aussi il est urgent de faire quelque chose pour soutenir ces éleveurs. Daniel Boisserie s'est montré à l'écoute.

Lire la suite

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
bien ensoleillé

16°

Limoges

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -