Débat : 42 % des laitiers ont plus de 50 ans

Publié le 03/08/2018

Agriculture >

Héloïse Sellier, du Cniel, est intervenu devant les adhérents présents à l'AG du Contrôle laitier. (Ph. SM)

Héloïse Sellier, chargée de mission Économie et Territoire au Centre national interprofessionnel de l’économie laitière (Cniel), avait préparé son intervention devant les adhérents présents à l’assemblée générale du contrôle laitier en deux temps : présentation du plan mis en place par la filière suite aux Égalim, et panorama rapide des exploitations laitières françaises, sous l’angle « une diversité en mouvement ».

Lire la suite

Contrôle laitier : baisse nationale et départementale de la production laitière

Publié le 02/08/2018

Agriculture >

Lors de son assemblée générale, le Contrôle laitier a dévoilé les chiffres (souvent à la baisse)
de l’année 2017. Nathalie Beau a annoncé qu’elle quittait la présidence.


Nathalie Beau, présidente du Contrôle laitier de la Haute-Vienne, a ouvert l’assemblée générale 2018 en rappelant que, comme à son habitude, elle ne ferait pas de discours et que si elle avait émis, l’an passé, le souhait d’arrêter la présidence et qu’elle avait accepté de prolonger son mandat faute de candidats, cette fois, il n’irait pas plus loin. « C’est la dernière fois que je suis là en tant que présidente. J’assisterai au prochain conseil d’administration, et s’il n’y a pas de volontaire pour me succéder, je démissionnerai aussi du conseil d’administration pour que chacun prenne ses responsabilités. »


Lire la suite

L’union de coop au service du terrain

Publié le 29/07/2018

Agriculture >

débats

«L’année 2017 ne sera pas une année record en terme de productivité numérique, la sécheresse de l’été et de l’automne 2016 ayant fortement impacté les livraisons d’agneaux sur 2017 (- 14 %). Notre système de production qui repose largement sur la production de l’herbe est touché à chaque épisode de sécheresse », explique Jean-Christophe Reix, président de Bellac Ovin. En effet, la sécheresse s’est accompagnée de mauvaises luttes, elles-mêmes suivies d’une baisse de la prolificité au printemps 2017, ce qui a entraîné un manque d’agneaux à commercialiser jusqu’à la fin de l’année. Les responsables restent néanmoins positifs puisque « si nous avons eu moins de volumes, les prix se sont tenus. Depuis 4 à 5 ans, les prix sont en moyenne stables à un niveau correct malgré des variations saisonnières observées sur l’année », ajoute Didier Poux, le directeur, qui « espère que le nombre d’agneaux disponibles reviendra à la normale en 2018 ».
Le moral de éleveurs n’est par conséquent pas impacté par le volet économique. Par contre, l’arrivée de la mouche à myiases Wolhfahrtia magnifica, qui provoque de sérieux dégâts sur les animaux en plus de nécessiter une surveillance renforcée des troupeaux et des traitements systématiques des brebis touchées, est préoccupante. Afin d’informer les éleveurs sur le cycle de la mouche et les actions mises en place pour limiter son développement, les responsables de Bellac Ovin avaient convié Aurore Raffier, vétérinaire conseil à la CDAAS, à l’assemblée générale. Elle a également présenté le plan de lutte collective  déployé avec les différents partenaires de la filière ovine de la Haute-Vienne, de la Charente et de la Vienne. « Le plan de lutte collective est pris en charge sur le terrain par l’équipe technique de la coopérative qui a été formée en conséquence », précise Didier Poux.

Une union de coop en évolution
Face à l’érosion du nombre des élevages ovins, liée à un nombre d’installations qui reste inférieur aux départs à la retraite,  les responsables de Bellac Ovin ont participé dès 2012 à la création de l’union de coopératives Écoovi pour restructurer les outils d’appui et de commercialisation. Aujourd’hui, les choses continuent d’évoluer. « Avec l’arrivée de Poitou Ovin dans l’union de coopératives, Écoovi compte maintenant un troupeau d’environ 100 000 brebis pour 300 éleveurs. 80 % des agneaux sont produits sous Siqo (label rouge Diamandin, IGP  Baronet Agneau du Limousin...). Écoovi renforce également son poids au niveau de l’aval puisqu’elle détient 52 % du capital de Sodem, 47 % appartenant à l’Alliance pastorale et le reste à d’autres coopératives », ajoute Didier Poux. Dans la foulée, Guillaume Metz, président d’Écoovi, a été nommé vice-président de Sodem et Didier Poux est entré au comité de direction.
Aujourd’hui, « Sodem est un outil coopératif qui revient dans les mains des professionnels et  grâce auquel nous avons créé un circuit court du producteur au consommateur. Cette avancée conforte les choix faits avec la création d’Écoovi en 2012. C’est la continuité. C’est un élément qui veut rassurer les administrateurs et donc les adhérents », conclut Didier Poux.
La nouvelle organisation entre Écoovi et Sodem sera largement présentée et débattue lors de l’assemblée générale d’Écoovi prévue le 26 septembre (lieu à déterminer).

Nathalie Péneloux

Lire la suite

Une foire aux béliers suivie

Publié le 26/07/2018

Agriculture >

Samedi 21 juillet, plus de 30 sélectionneurs venus des quatre coins de France ont présenté 360 reproducteurs inscrits à la foire aux béliers de Bussière-Poitevine. Le nombre était en hausse par rapport à 2017 où on comptait environ 330 béliers.
Les principales races utilisées en production d’agneaux de boucherie étaient au rendez-vous avec, dans le peloton de tête, les charolais, les texel et les suffolk. Des antenais (14-16 mois) et des agneaux (6-8 mois) étaient présentés. Les prix se sont inscrits dans une fourchette de 500 à 550 euros pour les premiers et de 400 à 450 euros pour les seconds.
« Les lots présentés étaient très homogènes et de belle qualité », remarque Jean-François Maisonnier, le président de la foire. Il souligne également une fréquentation correcte. Au final, 40 % des animaux ont trouvé preneur. Les acheteurs venaient de la Haute-Vienne et de la Vienne, mais aussi de la Creuse, de l’Indre, de la Charente et parfois même des Deux-Sèvres.
La foire s’est déroulée sous une météo clémente et dans une bonne ambiance « grâce à l’implication de l’ensemble des bénévoles qui fait la force de notre foire et nous donne le plaisir de continuer », conclut le président.

Lire la suite

Faire reconnaître la présence du loup

Publié le 20/07/2018

Agriculture >

Loup. La directive Habitats de l’Union européenne prône le retour des grands prédateurs. Pourtant, la question du loup met en péril les systèmes d’élevage plein air, notamment ovins. Inquiets, les éleveurs souhaitent être épaulés.

Suite à différentes attaques qui montrent des caractéristiques de prédation inhabituelles, dix éleveurs de Haute-Vienne, de Creuse et de Corrèze se sont fédérés en association. Ils ont choisi de travailler avec le laboratoire Forgen, basé en Allemagne. Leur objectif : recueillir des informations pour mettre en avant, ou pas, le fait que ces attaques soient imputables à un ou des loups. Des prélèvements sur les animaux prédatés ont été réalisés et transmis à Forgen. Les résultats, bien que parfois partiels, ont permis d’élaborer une carte interactive qui met en évidence la progression de ce grand prédateur sur le Limousin. À ce jour, quatre individus, deux mâles et deux femelles, séviraient sur la zone.

De g. à dr. Yves Delaunay, Alexandre Pagnaud, Florent Chastel, Émilie Delaunay et Simone Agut. (Ph. NP)

Lire la suite

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
bien ensoleillé

16°

Limoges

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -