Apiculture : Une aide est mise en place

Publié le 04/08/2018

Agriculture >

Durant l’hiver dernier, les abeilles ont été exposées à une importante mortalité qui a pu entraîner de 60 à 80 % de pertes.
Face à cette situation exceptionnelle, et en concertation avec l’ensemble des structures professionnelles, la région Nouvelle-Aquitaine propose un plan destiné à venir en aide aux apiculteurs les plus sinistrés et à conduire des actions structurelles pour cette filière.
Le premier volet de ce plan est doté de 700 000 euros destinés aux apiculteurs les plus impactés. Une aide pourra ainsi être accordée pour reconstruire ou acheter de nouveaux essaims. Ce dispositif est ouvert jusqu’au 30 septembre.

Lire la suite

Maïs ensilage : Récoltez au bon moment

Publié le 03/08/2018

Agriculture >

Arvalis-Institut du végétal propose un suivi régulier de l’état de maturité des maïs fourrage au niveau national afin de sensibiliser éleveurs, Cuma et entreprises de travaux agricoles de l’avancement de leur maturité pour déclencher les chantiers de récolte à temps.
Sur https://www.arvalis-infos.fr, cliquez sur maïs/sorgho, puis sur Récolte et optez pour l’article intitulé « Récolte : les dates prévisionnelles mises à jour ».
En plus d’un article détaillé sur la situation, une carte mise à jour régulièrement fait état des premières dates à envisager, département par département. Au 20 juillet, la récolte du maïs ensilage de Haute-Vienne pouvait débuter entre le 31 août et le 3 septembre. Avec la vague de chaleur de cette fin de semaine, la situation pourrait encore évoluer. Aussi, si vous êtes concerné, vous êtes invité à consulter le site d’Arvalis pour vous organiser.

Comment est construite la carte ?
La plage optimale de récolte des fourrages se situe entre 31 et 35 % de matière sèche plante entière. La période à laquelle ce stade est atteint est fonction du groupe de précocité de l’hybride cultivé, de sa date de semis et des conditions climatiques. Le suivi des sommes de températures depuis le semis, ou depuis la floraison femelle (sortie des soies), permet de prédire la période optimale de récolte.

Pour chaque « région » présentée sur la carte, les experts d’ARVALIS ont défini le groupe de précocité dominant et la date médiane des semis en 2018. Avec les données météo de l’année en cours et les données météo fréquentielles sur les semaines à venir, il est possible de prévoir une période à laquelle le stade optimal de récolte sera atteint. Cette prévision est régulièrement mise à jour pour prendre en compte le climat de l’année. Afin d’étaler la période de chantier, et pour éviter les récoltes tardives à taux de matière sèche trop élevé, la carte propose une période de début de récolte par région.

Source : Arvalis - Institut du végétal

Lire la suite

Débat : 42 % des laitiers ont plus de 50 ans

Publié le 03/08/2018

Agriculture >

Héloïse Sellier, du Cniel, est intervenu devant les adhérents présents à l'AG du Contrôle laitier. (Ph. SM)

Héloïse Sellier, chargée de mission Économie et Territoire au Centre national interprofessionnel de l’économie laitière (Cniel), avait préparé son intervention devant les adhérents présents à l’assemblée générale du contrôle laitier en deux temps : présentation du plan mis en place par la filière suite aux Égalim, et panorama rapide des exploitations laitières françaises, sous l’angle « une diversité en mouvement ».

Lire la suite

Contrôle laitier : baisse nationale et départementale de la production laitière

Publié le 02/08/2018

Agriculture >

Lors de son assemblée générale, le Contrôle laitier a dévoilé les chiffres (souvent à la baisse)
de l’année 2017. Nathalie Beau a annoncé qu’elle quittait la présidence.


Nathalie Beau, présidente du Contrôle laitier de la Haute-Vienne, a ouvert l’assemblée générale 2018 en rappelant que, comme à son habitude, elle ne ferait pas de discours et que si elle avait émis, l’an passé, le souhait d’arrêter la présidence et qu’elle avait accepté de prolonger son mandat faute de candidats, cette fois, il n’irait pas plus loin. « C’est la dernière fois que je suis là en tant que présidente. J’assisterai au prochain conseil d’administration, et s’il n’y a pas de volontaire pour me succéder, je démissionnerai aussi du conseil d’administration pour que chacun prenne ses responsabilités. »


Lire la suite

L’union de coop au service du terrain

Publié le 29/07/2018

Agriculture >

débats

«L’année 2017 ne sera pas une année record en terme de productivité numérique, la sécheresse de l’été et de l’automne 2016 ayant fortement impacté les livraisons d’agneaux sur 2017 (- 14 %). Notre système de production qui repose largement sur la production de l’herbe est touché à chaque épisode de sécheresse », explique Jean-Christophe Reix, président de Bellac Ovin. En effet, la sécheresse s’est accompagnée de mauvaises luttes, elles-mêmes suivies d’une baisse de la prolificité au printemps 2017, ce qui a entraîné un manque d’agneaux à commercialiser jusqu’à la fin de l’année. Les responsables restent néanmoins positifs puisque « si nous avons eu moins de volumes, les prix se sont tenus. Depuis 4 à 5 ans, les prix sont en moyenne stables à un niveau correct malgré des variations saisonnières observées sur l’année », ajoute Didier Poux, le directeur, qui « espère que le nombre d’agneaux disponibles reviendra à la normale en 2018 ».
Le moral de éleveurs n’est par conséquent pas impacté par le volet économique. Par contre, l’arrivée de la mouche à myiases Wolhfahrtia magnifica, qui provoque de sérieux dégâts sur les animaux en plus de nécessiter une surveillance renforcée des troupeaux et des traitements systématiques des brebis touchées, est préoccupante. Afin d’informer les éleveurs sur le cycle de la mouche et les actions mises en place pour limiter son développement, les responsables de Bellac Ovin avaient convié Aurore Raffier, vétérinaire conseil à la CDAAS, à l’assemblée générale. Elle a également présenté le plan de lutte collective  déployé avec les différents partenaires de la filière ovine de la Haute-Vienne, de la Charente et de la Vienne. « Le plan de lutte collective est pris en charge sur le terrain par l’équipe technique de la coopérative qui a été formée en conséquence », précise Didier Poux.

Une union de coop en évolution
Face à l’érosion du nombre des élevages ovins, liée à un nombre d’installations qui reste inférieur aux départs à la retraite,  les responsables de Bellac Ovin ont participé dès 2012 à la création de l’union de coopératives Écoovi pour restructurer les outils d’appui et de commercialisation. Aujourd’hui, les choses continuent d’évoluer. « Avec l’arrivée de Poitou Ovin dans l’union de coopératives, Écoovi compte maintenant un troupeau d’environ 100 000 brebis pour 300 éleveurs. 80 % des agneaux sont produits sous Siqo (label rouge Diamandin, IGP  Baronet Agneau du Limousin...). Écoovi renforce également son poids au niveau de l’aval puisqu’elle détient 52 % du capital de Sodem, 47 % appartenant à l’Alliance pastorale et le reste à d’autres coopératives », ajoute Didier Poux. Dans la foulée, Guillaume Metz, président d’Écoovi, a été nommé vice-président de Sodem et Didier Poux est entré au comité de direction.
Aujourd’hui, « Sodem est un outil coopératif qui revient dans les mains des professionnels et  grâce auquel nous avons créé un circuit court du producteur au consommateur. Cette avancée conforte les choix faits avec la création d’Écoovi en 2012. C’est la continuité. C’est un élément qui veut rassurer les administrateurs et donc les adhérents », conclut Didier Poux.
La nouvelle organisation entre Écoovi et Sodem sera largement présentée et débattue lors de l’assemblée générale d’Écoovi prévue le 26 septembre (lieu à déterminer).

Nathalie Péneloux

Lire la suite

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
bien ensoleillé

Limoges

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -