En attendant la journée du Limousin

Publié le 26/02/2014

Agriculture >

1

La journée du Limousin, c'est demain, jeudi 27 février...

Brebis
Que de monde
Vache
Lire la suite

L’alliance de la formation et de l’emploi

Publié le 01/01/1970

Agriculture >

Le Groupement d’employeurs pour l’insertion et la qualification Limousin Périgord a tenu son assemblée générale le 6 juin à Coulounieix-Chamiers, en Dordogne.
Offrir à des jeunes ou moins jeunes éloignés de l’emploi la possibilité de se former ou de se reconvertir et permettre à des agriculteurs et entreprises du secteur de trouver de la main-d’œuvre qualifiée, tels sont, entre autres, les objectifs du Geiq Limousin Périgord.
La structure, née à l’initiative de la MSA de la Haute-Vienne en 2006, est présidée depuis sa création par Michel Jouhette, agriculteur à Dournazac. Elle s’est implantée depuis en Corrèze, en Creuse et en 2017 en Dordogne. Une présence en terre périgourdine qui a été fortement appuyée, comme a tenu à le souligner le président Michel Jouhette, par Claudine Faure et le conseil d’administration de l’époque de la MSA Dordogne Lot-et-Garonne. L’antenne périgourdine est basée au CFFPA de Coulounieix-Chamiers, avec Jean-Luc Champailler comme référent.Depuis sa création, le Geiq Limousin Périgord voit augmenter de façon régulière et importante le nombre de ses adhérents et de ses salariés. En 2018, le groupement comptait 187 adhérents agriculteurs et 147 salariés, soit en parcours de professionnalisation, soit en alternance, avec une féminisation notable. Pour la Dordogne, l’an dernier, onze nouveaux contrats ont été signés, neuf en professionnalisation, deux en alternance, dont le plus grand nombre dans des structures dédiées à l’élevage. « Je suis convaincu que le Geiq est un outil formidable aussi bien pour mettre le pied à l’étrier des jeunes loin de l’emploi que pour les agriculteurs. Nous simplifions les démarches, nous proposons des formations adaptées avec des qualifications en lien avec les besoins des employeurs, et de la souplesse par le biais des emplois partagés. De plus, l’humain est au centre de nos actions. »
Faciliter les démarches
Pour les agriculteurs et entreprises agricoles adhérentes, les avantages sont importants. Le Geiq se charge de trouver les candidats à l’emploi proposé. C’est lui qui assume la fonction d’employeur et l’ensemble des démarches qui vont avec. Il prend en charge la paye et tout ce qui a trait à l’administratif. Il intervient également dans l’entreprise afin de faciliter les relations entre salarié et employeur. Et, point important, il peut aussi proposer des emplois du temps partagés dans plusieurs structures, ce qui permet aux agriculteurs d’avoir accès à des salariés qualifiés en fonction de leurs besoins.
Accompagnement personnalisé
Du côté des salariés, intégrer un parcours proposé par le Geiq est un moyen d’accéder à une formation théorique et une expérience de terrain. Grâce à ses nombreux partenaires, la structure propose des formations qualifiantes ou diplômantes en fonction du projet professionnel de la personne.
L’accompagnement n’est pas seulement professionnel. Il englobe aussi la prise en compte des situations individuelles dans de nombreux domaines sociaux, la mobilité, etc. Les salariés reçoivent la visite d’un collaborateur du Geiq chaque mois, soit en centre de formation, soit chez son employeur. Un plus important qu’ont souligné ceux qui ont témoigné lors de l’assemblée générale, qu’ils soient employeurs ou salariés. Quant à l’efficience de l’action du Geiq Limousin Périgord, il suffit de constater que ses taux de réussites aux examens sont plus qu’honorables avec 90 % de candidats admis. En témoigne aussi l’attribution du label national Geiq qui lui a été délivré une nouvelle fois cette année, et ce depuis cinq ans, validant la qualité du travail fourni.
Recrutement
Si les employeurs agricoles sont de plus en plus nombreux à être convaincus de l’intérêt de faire appel au Geiq pour recruter, la chose est moins évidente en ce qui concerne le public jeune éloigné de l’emploi, l’une des cibles principales. Une difficulté qui n’est pas propre à l’agriculture et qui concerne beaucoup de métiers manuels. Aussi, pour les convaincre que l’agriculture offre de nombreuses perspectives, les collaborateurs du Geiq multiplient les actions, avec des partenaires comme Pôle Emploi, les missions locales, les associations œuvrant dans l’insertion, etc. Ils participent également à de nombreux événements agricoles et de promotion des formations en général, et mettent en œuvre des campagnes de communication.
Nadine Berbessou

Lire la suite

50 % des toitures endommagées

Publié le 01/01/1970

Agriculture >

Grêle. Mercredi 4 juillet, de violents orages se sont abattus sur le sud-ouest du département. Vers Saint-Junien, des dégâts liés à la grêle ont été signalés. Le Gaec Giroflée est concerné.

De g. à dr., Josette, Gérard et Isabelle Bru. Au niveau du toit, on aperçoit les impacts dus à la grêle. (Ph. NP)

Le Gaec Giroflée rassemble trois associés : Gérard, Josette (les parents) et Isabelle Bru (leur fille). L’exploitation compte 190 ha de SAU pour un troupeau de 110 vaches mères conduites en système naisseur. Elle s’étend sur trois sites situés sur la commune de Saint-Junien : à La Haute-Garde, aux Bas-Genêts et au Bas-Quarteron.

Mercredi 4 juillet, l’orage s’est abattu avec violence sur les sites des Bas-Genêts et du Bas-Quarteron. « Des arbres ont été arrachés, certains sont tombés sur des clôtures », indique Gérard Bru. « 2 000 m2 de toitures, soit la moitié de la surface couverte de l’exploitation, ont été impactés par la grêle, y compris notre maison d’habitation », poursuit-il.

Les dégâts sont donc considérables. Contactée très rapidement, la conseillère de leur agence d’assurance s’est rendue sur l’exploitation avec un expert dès le lendemain. « Pour la maison, le constat a été fait ; un couvreur dont les coordonnées ont été fournies par l’assurance est intervenu en fin de semaine », précise Josette Bru.

Par contre, pour les bâtiments d’exploitation, la question n’est pas encore réglée. Par exemple, au Bas-Quarteron, un bâtiment de stockage a été fortement endommagé. Les tôles en fibrociment sont perforées. Isabelle Bru espère qu’il sera possible de remplacer l’ensemble de la toiture par du bac acier, plus résistant quand des intempéries de cette ampleur surviennent. Mais pour le moment, rien n’est sûr. En attendant, des seaux ont été installés sur les bottes de foin stockées dans le hangar pour limiter les pertes en cas de pluie...

À côté de ce lieu de stockage, un bâtiment d’élevage équipé de panneaux photovoltaïques a lui aussi été abîmé par les grêlons. Gérard, Josette et Isabelle Bru s’inquiètent notamment pour les panneaux photovoltaïques : « On nous a dit que la production était normale. Mais nous ne sommes pas tranquilles car si les panneaux sont fêlés, l’eau peut s’infiltrer et occasionner des dégâts considérables », redoutent Josette et Gérard Bru. Isabelle renchérit : « Les panneaux doivent avoir une durée de vie précise. Il ne faudrait pas qu’elle soit réduite à cause de cet accident climatique. Mes parents ont choisi d’investir pour avoir à terme une tranquillité financière. Pas pour être en difficulté»

Contacté par téléphone, Damien Beaugerie, responsable de la SAS Agrisoleil à laquelle le bâtiment photovoltaïque est rattaché, se veut rassurant : « Pour le moment le suivi de la production assuré par ERDF indique que les panneaux fonctionnent normalement. Une expertise des dégâts va être faite et les panneaux endommagés seront changés si besoin. Pour le moment, il n’est pas intéressant d’arrêter la centrale car on est en pleine phase de production. Il ne faut pas s’inquiéter. Ça va suivre son cours. »

NATHALIE PÉNELOUX

Lire la suite

Portes ouvertes Gamm Vert Limoges

Publié le 01/01/1970

Agriculture >

Gamm Vert Limoges ouvre ses portes vendredi 17 et samedi 18 mars de 9 h à midi et de 14 h à 19 h. De nombreuses animations sont au rendez-vous.

Pour sa troisième participation, l'association des Croqueurs de pommes de l'Ouest Limousin propose des greffes d'anciennes variétés. La Sepol est à votre disposition pour vous parler d'oiseaux : comment les reconnaître, les héberger... Le Gnis aborde la question du potager et du gazon. Quelles semences utiliser ? Pourquoi ? Comment sont-elles élaborées ? Toutes ces questions trouveront une réponse. Si vous venez avec un échantillon de terre, Sobac propsoe un diagnostic rapide du pH et parlera avec vous des facteurs bloquants que vous pouvez rencontrer... N'hésitez pas ! Faites le détour par la zone Nord ce week-end.

Lire la suite

Hors-Série

Hors-serie

Je commande le hors-série spécial championnat de tonte de moutons

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal Union & Territoires

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
pluie modérée

13°

Limoges

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -