Les acteurs de l’alimentaire autour de la table

Les acteurs de l’alimentaire autour de la table

Publié le 14/08/2018

Ruralite >

Des rencontres régionales des acteurs de l’alimentaire ont rassemblé près de 200 personnes le 12 juillet à Bordeaux. Une série de rencontres étalées sur trois ans débutera à la rentrée.
De g. à dr. : F. Armand, médiateur des relations commerciales agricoles, ministère de l’Agriculture, L. Dulau, président Aria NA, S. Macheteau, trésorière adjointe FNSEA NA, et Y. Otschapovski, président FCD NA. (Ph. PD)

C’est sur fond de retoquage du projet de loi Alimentation* par la Commission mixte paritaire que se sont ouvertes les premières Rencontres régionales des acteurs de l’Alimentaire, à l’initiative de l’Association régionale des industries alimentaires de Nouvelle-Aquitaine (Aria NA) et sous l’égide de la Région. Le 12 juillet au matin, l’absence d’accord et le report du vote à la rentrée étaient dans toutes les têtes. Pourtant, les intervenants se voulaient positifs, à l’instar de Laurent Dulau, président de l’Aria NA. « Malgré tout, les égalim ont le mérite d’exister, a-t-il rappelé en introduction. Au niveau régional, nous pouvons renouer avec certaines valeurs et montrer la voie. » Revenant sur le contenu du projet et notamment sa première partie, Francis Armand, médiateur des relations commerciales agricoles au ministère de l’Agriculture, a, pour sa part, souligné que la Loi « […] créait les conditions d’un équilibre vertueux [mais que] si les gens ne s’emparent pas du sujet, cela ne sert à rien. »
Loi Alimentation : enjeux ?
Producteurs, transformateurs et distributeurs se sont exprimés sur les enjeux de cette loi. Pour Sylvie Macheteau, trésorière adjointe de la FNSEA NA, c’est une reconnaissance de la contractualisation et du travail des producteurs qui va devoir être suivie d’actes concrets. Yvan Otschapovski, président de la Fédération du commerce et de la distribution de Nouvelle-Aquitaine, estime qu’il y a un réel changement de paradigme et qu’il faut désormais apprendre à travailler ensemble. « Les exemples vertueux qui existent au niveau local doivent servir de modèle au niveau national, a ajouté Valérie Weil-Lancry de l’Ania. La loi offre un cadre législatif certes, mais elle n’encadre pas le comportement du consommateur… » Grand absent du débat, le consommateur aura finalement été le sujet de nombreux questionnements. Qui est-il, que veut-il et surtout qu’est-il prêt à payer ? La question du pouvoir d’achat, si elle est jugée centrale, n’a pas pour autant trouvé de réponse définitive. Transformateurs et distributeurs s’accordent à dire que le consommateur doit « retrouver du pouvoir d’achat ». Laurent Dulau de l’Ania a également fait remarquer que des démarches telles que « C’est qui le patron ? » dans laquelle le consommateur contribue à définir le prix d’un produit, fonctionne. Pour Francis Armand, le consommateur « a été drogué à la promotion. Il est nécessaire de communiquer sur le fait que produire a un coût ». En outre, le médiateur des relations commerciales agricoles pense que les interprofessions « gagneraient à intégrer les consommateurs ».
La création et la répartition de la valeur
La matinée s’est poursuivie par des témoignages mettant en lumière des initiatives qui marchent. Là encore, le consommateur et l’information au consommateur étaient au cœur des débats. Parmi les intervenants, Denis Bergeron, secrétaire général adjoint de la FNSEA NA, a rappelé que « la communication commence par nous. Nous devons faire connaître ce que l’on fait, rassurer le consommateur. C’est l’objectif de nombreuses opérations parmi lesquelles les Fermes Ouvertes ». Même constat pour le responsable des conserveries Henri Martin qui ouvre la conserverie au public. Thomas Breuzet, directeur de Péchalou, a également pointé du doigt la diversité des consommateurs et de leurs attentes. « Le consommateur peut aller vers des produits plus chers comme c’est le cas actuellement sur le marché du yaourt où les gens se détournent des grandes marques pour aller vers des marques régionales », a-t-il précisé. D’autres entrepreneurs ou responsables de collectivités ont aussi partagé leur expérience : valorisation de produits, partage de valeurs entre producteurs et transformateurs, création d’une légumerie… À l’issue des débats, rendez-vous a été pris à la rentrée pour des ateliers régionaux qui devraient renforcer les liens tissés à ce jour.
P. Dumont
* Loi pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine et durable.

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Déjà abonné

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
assez ensoleillé

Limoges

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -