Horizon 2030 pour l’agriculture régionale

Publié le 19/01/2019

Agriculture >

Consulaire. Dominique Graciet espère de l’organisation en grande région des moyens correspondants aux attentes toujours plus importantes de la société envers l’agriculture.

Durant ces trois dernières années, l’équipe de la Chambre régionale a structuré son organisation et harmonisé les politiques agricoles régionales de l’Aquitaine, du Limousin et de Poitou-Charentes, cette dernière étant sensiblement moins bien dotée que les deux premières. Partis d’un budget global de 52 millions d’euros en additionnant les dotations des trois régions fusionnées, la politique agricole néo-aquitaine dispose trois ans plus tard d’une enveloppe de 72 millions. Les dispositifs ont été harmonisés vers le haut et, à partir de 2020, les dispositifs seront pensés à l’échelle de la grande région.

Dominique Graciet et Olivier Degos, respectivement président et directeur général de la Chambre régionale d’agriculture, à Limoges, le 9 janvier. (Ph. E. Dueso)

Lire la suite

Alain Rousset s’enflamme pour la RN147

Publié le 18/01/2019

Ruralite > Transports >

Transports. Exaspéré par un trajet Poitiers-Limoges, Alain Rousset a mis au cœur de ses vœux aux corps constitués du Limousin, mercredi 9 janvier à Limoges, la nécessité d’améliorer rapidement la RN147.

Arrivé avec quarante minutes de retard à Saint-Léonard-de-Noblat, le président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset, n’a pas caché son exaspération mercredi 9 janvier au matin : il arrivait de Poitiers et avait peu goûté son trajet via la route nationale 147.

Alain Rousset dans les locaux de l’école d’ingénieurs de l’Ensil où il a présenté ses vœux aux corps constitués du Limousin. (Ph. Stéphane Monnet )

Lire la suite

« Ma détermination est toujours intacte »

Publié le 18/01/2019

Ruralite > Collectivités >

Limoges Métropole. Le président de la toute nouvelle communauté urbaine, Gérard Vandenbroucke, a évoqué lors de la traditionnelle soirée de vœux, jeudi 10 janvier, son état de santé et les chantiers majeurs à venir.

Comme il l’a indiqué lui-même lors de la traditionnelle cérémonie des vœux de Limoges Métropole, Gérard Vandenbroucke, président de la désormais communauté urbaine, n’a pas porté ses problèmes de santé en étendard. Mais puisqu’il fallait souhaiter une bonne année et une bonne santé à chacun, il n’a pas éludé le sujet, estimant : « ma présence parmi vous pour ces vœux n’allait pas de soi. (...) Que 2019 vous épargne la maladie, si invalidante parfois, et éloigne tous ces ennuis du quotidien qui trop souvent repeignent en grisaille les couleurs de la vie. »

Gérard Vandenbroucke, président de la « jeune communauté urbaine » de Limoges Métropole, lors de la cérémonie des voeux, le 10 janvier au Zénith. (Ph. Stéphane Monnet)

Lire la suite

Un livre pour questionner la gauche

Publié le 12/01/2019

Ruralite >

Politique. Coordonné par un collectif de cinq élus locaux de toute la France, le livre « De la gauche en commun aux nouveaux possibles » s’interroge sur les défaillances de la gauche et sur la place qu’elle doit désormais prendre.

Après la cuisante défaite aux dernières élections et la défection d’élus de premier plan, le Parti socialiste est confronté à la question de son avenir. Au-delà des rangs de l’ancien parti de la rue Solférino (le siège historique a été vendu), la récente réunification du Parti radical (entre les radicaux de gauche et les valoisiens) met en évidence la crise idéologique que vit la gauche dite de gouvernement.

Gulsen Yildirim, première secrétaire de la fédération socialiste de Haute-Vienne, a participé à l’élaboration du livre « De la gauche en commun aux nouveaux possibles ». (Ph. E. Dueso)

Au sein du Parti socialiste, des réflexions sont menées, à la fois pour tirer le bilan des dernières présidentielles mais aussi pour construire un nouveau projet politique. Un groupe d’élus a travaillé sur diverses contributions, produites notamment à l’occasion du dernier congrès. Ce collectif s’est intitulé « La gauche en commun » et comprend dans ses rangs Gulsen Yildirim, première secrétaire de la fédération socialiste de Haute-Vienne. Il a récemment publié un livre, aux éditions UPPR, qui a pour objet de redéfinir la place de la gauche sur l’échiquier politique.

L’ouvrage débute sur une autocritique assez dure des manquements et des déviances du Parti socialiste par rapport à sa ligne idéologique. Ainsi, les auteurs déplorent que le social ait été délaissé au profit du sociétal, que la priorité n’ait plus été donnée à la résolution des inégalités économiques : « Le glissement du social au sociétal, après avoir été une nuance deviendra une tactique politique devant les difficultés économiques et budgétaires et l’incapacité à imposer au capitalisme une répartition plus efficace.»

Écrit sous la direction d’élus locaux, « De la gauche en commun aux nouveaux possibles » procède de l’idée qu’il faut « partir des territoires, là où les gens vivent. [...] On estime que le territoire est l’espace des communs : l’eau, l’air, la culture, là où l’on partage », explique Gulsen Yildirim. Pour l’élue haut-viennoise, « la gauche ne peut se reconstruire que si elle est en commun, cela suppose de dépasser les appareils politiques traditionnels ».

Les auteurs du livre font le constat d’une souffrance réelle qui traverse la société française (traduite notamment par l’état de santé psychologique des citoyens) et de la nécessité de prendre en compte ce ressenti. Ce mal-être s’explique pour eux par le délaissement de certains territoires (quartiers difficiles, ruralité...), des exigences de performance intenables et la culpabilisation des individus qui n’y parviennent pas mais aussi l’inquiétude créée par les mutations technologiques et économiques. Or, ces évolutions peuvent aussi offrir des opportunités pour les territoires si elle sont laissées à la main d’acteurs vertueux. Les auteurs citent à ce sujet l’importance pour l’économie sociale et solidaire de se saisir de ces enjeux.

Dans ce renouveau des territoires en tant que lien entre les citoyens, la culture doit jouer un rôle de premier plan, estiment-ils. « Notre pari est que la culture, l’art, comme le numérique, apparaissent comme des éléments de cohésion dans une société profondément déstabilisée, au plan individuel et collectif. »

L’ouvrage se veut le point de départ d’une réflexion et non un programme prêt à l’emploi. « Il n’est pas là pour donner des solutions miracle, c’est un travail qui mérite d’être débattu et critiqué », note Gulsen Yildirim. Il sera présenté dans les fédérations socialistes et lors d’événements à Paris et Strasbourg.

ESTELLE DUESO

Lire la suite

Tensions à la Région sur la gestion de l’eau

Publié le 11/01/2019

Agriculture >

Environnement. Un projet de la région niortaise touchant à la politique de l’eau a été l’occasion d’une passe-d’armes en décembre au Conseil régional entre les élus écologistes et leurs amis de la majorité.

Sur le sujet de la gestion de l’eau, les élus écologistes du Conseil régional sont restés intransigeants et ont fermement combattu un protocole d’accord soumis à approbation lors de la plénière du 18 décembre dernier. Si le « Protocole d’accord pour une agriculture durable dans le territoire du bassin Sèvre niortaise – Mignon » a été finalement adopté, Nicolas Thierry (EELV, Gironde) renonce à sa délégation à la qualité de l’eau. Nicolas Gamache (EELV, Deux-Sèvres) a démissionné du bureau du Parc naturel régional du Marais poitevin. Et Léonore Moncond’Huy (EELV, Vienne) a étonné Alain Rousset par l’impétuosité de son intervention : « Bien sûr, nous avons besoin d’eau pour nous nourrir, et répondre aux besoins de l’agriculture, mais pour quelle agriculture ? Celle qui fait vraiment vivre les territoires, celle qui alimente les circuits courts dont nous avons tant besoin pour nos lycées, celle qui emploie ? Ou celle majoritairement dédiée à l’export et intrinsèquement adossée à l’usage des pesticides ? »

Plus d’une centaine d’anti-Bassines ont manifesté devant la préfecture lors de la signature de l’accord le 18 décembre 2018. (Ph. Anne Frintz / Agri 79)

Lire la suite

Hors-Série

Hors-serie

Je commande le hors-série spécial championnat de tonte de moutons

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal Union & Territoires


Consultez les annonces légales

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
assez ensoleillé

Limoges

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -