Une mise à l’herbe des brebis sans soucis

Publié le 11/04/2018

Agriculture > Ovins >

La mise à l’herbe est un changement important au niveau digestif avec le passage d’une alimentation sèche à une alimentation à base d’herbe, souvent riche en eau et pauvre en lest, mais aussi en magnésium. Laurent Saboureau, vétérinaire à l’Alliance pastorale, explique que « les principaux risques sanitaires liés à ce changement sont les suivants : diarrhées alimentaires, tétanie d’herbage, entérotoxémies et parasitisme ». La prévention de ces risques est tout à fait possible. Une mise à l’herbe progressive, autour des bâtiments, quelques heures par jour, est l’une d’entre elles. La distribution de fourrages secs pour assurer un lest digestif et de concentrés énergétiques facilement digestibles facilite également la transition. Quelques centaines de grammes par animal pendant une dizaine de jours en diminuant progressivement suffisent. Enfin, il est déconseillé de mettre à l’herbe lors d’une période de fortes d’intempéries.

Éviter de mettre à l’herbe lors de fortes intempéries. (Ph. Ciirpo)

Lire la suite

Le maïs et le colza ne colorent pas le gras

Publié le 10/04/2018

Agriculture > Ovins >

Ce sont surtout les colorations brun-rouge qui altèrent la présentation des carcasses des agneaux et peuvent entraîner l’exclusion des démarches qualité. Le colza et le maïs ont particulièrement mauvaise réputation. Et pourtant, tous les essais qui comparent des agneaux du même âge finis en bergerie ou sur des couverts végétaux à base de colza fourrager ont démontré le contraire. D’autre part, le maïs n’est en aucun cas responsable d’une coloration jaune des gras. Cette dernière résulte d’une accumulation de pigments caroténoïdes (le bêta-carotène) dans les graisses de l’agneau. Et le maïs reste un aliment très peu pourvu en bêta-carotène à l’inverse de l’herbe pâturée par exemple.

Un gras de carcasse bien blanc. (Ph. Ciirpo)

Lire la suite

Origines et aplombs, des critères de base

Publié le 10/04/2018

Agriculture > Bovins >

Moussours. Jeudi 22 mars, la présentation des jeunes reproducteurs qui seront mis en testage sur descendance dès la fin 2018 a été précédée d’une vente aux enchères de ceux qui n’ont pas été retenus.

Créalim met toujours une option sur 14 veaux par série lors de leur entrée en station de qualification à Lanaud. 42 jeunes reproducteurs rejoignent donc la station de contrôle individuel de Moussours.

Critère origines

Depuis 3 ans, ce choix tient compte de certains critères génomiques, indique Sébastien Stamane, responsable de Créalim. Le type morphologique est quant à lui essentiellement mixte viande et les veaux doivent être dotés de bonnes qualités maternelles (facilités de naissance et allaitement). Une volonté de diversifier les origines est aussi observée. « Une douzaine de reproducteurs sont retenus sur ce critère origines ; nous sommes alors un peu moins exigeants sur leurs qualités maternelles », note Sébastien Stamane. Le but : apporter du sang neuf au pool de taureaux destinés à l’insémination animale.

Les éleveurs ont découvert les 18 taureaux qui vont intégrer le schéma de testage. (Ph. NP)

Lire la suite

Les Cuma actrices de la biosécurité

Publié le 08/04/2018

Agriculture > Sanitaire >

FDCuma. Lors de l’assemblée générale, l’accent a été mis sur le partenariat développé avec la CDAAS afin d’accompagner les adhérents dans une réflexion autour de la biosécurité.

Parce qu’elle regroupe une centaine de Cuma auxquelles adhèrent 80 % des exploitants agricoles, la FDCuma de la Haute-Vienne propose d’engager une action forte pour endiguer la progression de la tuberculose bovine observée dans le sud du département. C’est à cette fin qu’elle a débuté la mise en place de partenariats avec la CDAAS, la Chambre d’agriculture, les Agences de l’eau, les syndicats de rivières, le service Eaux et milieux aquatiques de la DDT, l’Onema et le Conseil départemental.

Lors de l’assemblée générale, les adhérents de Cuma étaient nombreux à avoir fait le déplacement. (Ph. NP)

Lire la suite

L’AMTM mise sur la force du collectif

Publié le 03/04/2018

Agriculture > Ovins >

AMTM. Le 7 mars, à l’invitation de l’association AMTM, une délégation du World Council était reçue en préfecture. Le 16, l’AMTM tenait son assemblée générale, à seize mois de l’arrivée au Dorat de compétiteurs du monde entier.

L’assemblée générale 2018 de l’association pour le mondial de tonte de moutons (AMTM) s’est tenue le 16 mars au pôle de Lanaud. Au cours d’une soirée ponctuée de films, dont le reportage mené par Antoine de Caunes et diffusé sur Canal+, le bureau et les membres actifs de l’association sont revenus sur l’année écoulée et les préparatifs des mondiaux de tonte prévus au Dorat en 2019.

De g. à dr. sur notre photo : Bernard Magnin, maire du Dorat, Corine Hourcade-Hatte, présidente de la communauté de communes du Haut Limousin, Alan Derryman, secrétaire général du World Council, Raphaël Le Méhauté, préfet de la Haute-Vienne, Georges Graham, vice-président du World Council, et Christophe Riffaud, président de l’association pour le mondial de tonte de moutons (AMTM).

Le président de l’association, Christophe Riffaud, a raconté l’événement marquant du début d’année : la réception en grande pompe d’une délégation du World Council (l’instar du Comité international olympique pour la tonte de mouton) à la préfecture de Limoges. C’était le 7 mars, et George Graham, vice-président du World Council, et Alan Derryman, secrétaire général, ont été fortement impressionnés par le cérémonial et l’ancienne salle du Conseil départemental, tout en bois et en moulures, de la préfecture.

Le préfet de la Haute-Vienne, Raphaël Le Méhauté, avait rappelé à cette occasion qu’avec « 40 ans d’existence, pour cette manifestation, qui réunit près de 40 nations, ce sera la première fois que la France l’accueillera. Que les mondiaux de tonte se tiennent en Haute-Vienne, sur la commune du Dorat, est une chance pour tout le département. » George Graham a répondu en anglais qu’il avait bon espoir, vu la présentation faite par l’AMTM devant le World Council en Nouvelle-Zélande, que ces championnats « soient les meilleurs championnats du monde de tonte jamais organisés ».

Lire la suite

Hors-Série

Hors-serie

Je commande le hors-série spécial championnat de tonte de moutons

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal Union & Territoires


Consultez les annonces légales

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
assez ensoleillé

Limoges

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -