Palmarès du concours de Magnac-Laval

Publié le 24/02/2016

Agriculture > Bovins >

130 animaux étaient présents à Magnac-Laval samedi 20 février pour concourir sur leurs qualités de race et les qualités bouchères. 26 éleveurs répondaient présents ; la majorité venait de la Haute-Vienne mais les départements limitrophes (Creuse, Indre, Vienne et Charentes) étaient bien représentés. Compte-tenu du contexte, c’était une belle participation, notent les organisateurs. Alain Pimpim, Gilles Dumont et Vincent Dumond ont assuré le jugement des différentes sections. Au final, le meilleur animal du concours, récompensé par le trophée du Herd-book limousin, appartient à Emmanuel Zerger, éleveur à Dinsac. Celui qui a reçu le trophée Francine Delaide-Toulisse a mis en avant un jeune éleveur de l’Indre, Anthony Guillot-Patureau.

Lire la suite

Service remplacement : « J’ai souscrit un contrat groupe et bien m’en a pris ! »

Publié le 24/02/2016

Agriculture >

Annie Passerieux est exploitante agricole à La Terrade, sur la commune de Flavignac depuis 2008. Elle conduit une exploitation de 103 ha en système bovins viande naisseur engraisseur avec l’aide d’un salarié à plein temps.

Le troupeau se base sur 82 vaches mères. Les mâles sont commercialisés en taurillons vers 16-17 mois, les génisses partent vers 21 mois et les vaches de réforme (il y en a environ 14 par an) sont engraissées sous le cahier des charges Blason Prestige et vendues pour la boucherie. La SAU permet la culture de 18 ha de céréales (blé et orge) et de 12 ha de maïs ensilage. Le reste est consacré au pâturage et à la réalisation de stocks.

Besoins en main-d’œuvre assurés mais...

Le travail est partagé entre Annie et son salarié. Annie assure le suivi des animaux, le salarié travaille avec le gros matériel. Les chantiers d’ensilage et d’épandage du fumier se font en entraide avec d’autres agriculteurs du secteur. Parfois, il est fait appel à des entreprises de travaux agricoles... Grâce à toutes ces alternatives, les besoins en main-d’œuvre sont couverts.

Pourtant, quand Annie Passerieux s’est installée en 2008, elle a tout de suite pensé adhérer au Service de remplacement, « au cas où ». Son adhésion a démarré en avril 2009. « J’ai préféré préparer le terrain pour éviter d’être prise au dépourvu. Et j’ai bien fait ! » En effet, en décembre qui a suivi, en pleine période de vêlages, elle s’est blessée à une main et a dû être opérée en urgence. En arrêt de travail, elle a fait appel au Service de remplacement pour deux semaines. Annie Passerieux n’a rien à redire sur la prestation qui lui a été proposée : « Tout a été très rapide, efficace avec un remplaçant très professionnel », souligne-t-elle. Elle ajoute : « Pour faire appel à ce type de service, on a besoin d’être en confiance. »

Annie Passerieux (à droite) et Fabienne Larbre, responsable du Service de remplacement, devant quelques animaux de l’exploitation.

Lire la suite

Chronique ovine : Des méteils en grains peu riches en azote

Publié le 23/02/2016

Agriculture > Ovins >

L’objectif des méteils en grains est d’obtenir un aliment concentré riche en azote tout en économisant des intrants (désherbant, fongicide…). Mais les proportions du mélange de céréales et de protéagineux semés ne sont jamais les mêmes que ceux du panachage de graines récoltées. Et la récolte 2015 est, en général, relativement pauvre en protéagineux. Gilles Chesterman, responsable technique à l’organisation de producteurs Ovins Berry Limousin indique que « les taux de matière azotée ne dépassent pas 13 % sur la matière brute d’après les résultats des analyses de nos adhérents. Et la plupart oscillent autour de 10-11 % ». De l’azote sous forme de tourteaux, de protéagineux ou bien de fourrages de légumineuses est donc obligatoirement à ajouter à la ration des agneaux finis en bergerie.

La proportion de chaque constituant est très variable.

Lire la suite

SARL Dubois : les éleveurs s’organisent collectivement

Publié le 22/02/2016

Agriculture > Bovins >

[mise à jour 19/02/2016]

Les éleveurs détenteurs de créances auprès de la SARL Dubois avaient tenté le dialogue avec les membres de la famille du gérant et du repreneur. Cette tentative a vite tourné au dialogue de sourds. Depuis, la procédure auprès du tribunal de commerce suit son cours. Afin de préparer l’examen par le tribunal de commerce de la liquidation de la SARL Dubois, le mercredi 17 février, un certain nombre d’éleveurs se sont regroupés pour demander l’assistance d’un avocat. En même temps, des représentants de ce groupe ont demandé le soutien du syndicalisme lors d’un conseil d’administration de la FDSEA. Celle-ci a ensuite sollicité la FNSEA qui s’est dotée de compétences en matière de recouvrement d’impayés face à la recrudescence de ce phénomène.

Une partie du collectif s’est rassemblée devant le tribunal de commerce.

Le nombre d’éleveurs créanciers de la SARL Dubois serait de plus d’une centaine avec des sommes plus ou moins importantes à recouvrer. Selon certaines sources, les problèmes financiers de la SARL Dubois ne seraient pas principalement dus à l’absence de paiement de certaines factures d’animaux expédiés dans le sud de l’Italie. Le plus inquiétant, c’est qu’aujourd’hui, une autre société de la famille Dubois la COBV (centre ouest bétail et viande) serait proche ou en instance d’être en procédure de redressement. Le plus injuste pour les éleveurs concernés, c’est que les biens propres de la famille Dubois sont exclus des procédures, sauf s’il est prouvé des fautes de gestion graves. Mais la répartition de leur patrimoine doit être sûrement cloisonnée pour éviter tout risque d’atteinte par une procédure quelconque.

Finalement mercredi, le tribunal de commerce a prononcé la liquidation de la SARL mais avec la mise en place d’une enquête financière. La procédure ne fait donc que démarrer.

T.G.

Lire la suite

La FDSEA et les JA rencontrent Daniel Boisserie, député

Publié le 10/02/2016

Agriculture >

Jeudi 4 février, une délégation de la FDSEA et des JA conduite par Emmanuel Rabaud et Lionel Lachaud, respectivement président de la FDSEA et des JA, a rencontré Daniel Boisserie, député-maire de Saint-Yrieix-la-Perche. Les représentants syndicaux ont insisté sur les dangers encourus par l'agriculture française et l'élevage en particulier. Veut-on garder un élevage en France ? Cette question a été posée au député-maire. Le doigt a été mis sur l'absence de prix, le libéralisme sauvage auquel est confronté le monde agricole, l'excès de normes, l'importance d'arrêter le dumping social en Europe, la nécessité de développer un étiquettage sur les produits transformés... Le dossier de la grippe aviaire a aussi été abordé avec le témoignage d'une productrice de canards gras en vente directe. Là aussi il est urgent de faire quelque chose pour soutenir ces éleveurs. Daniel Boisserie s'est montré à l'écoute.

Lire la suite

Hors-Série

Hors-serie

Je commande le hors-série spécial championnat de tonte de moutons

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal Union & Territoires

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
pluie modérée

Limoges

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -