Association des maires de la Haute-Vienne : Isabelle Briquet succède à Alain Rodet

Association des maires de la Haute-Vienne : Isabelle Briquet succède à Alain Rodet

Publié le 11/08/2014

Ruralite > Collectivités >

La défaite d’Alain Rodet aux dernières municipales à Limoges l’a contraint à renoncer à plusieurs mandats. Après avoir abandonné la présidence de Limoges Métropole, il a également dû céder celle de président de l’association des maires de Haute-Vienne. Isabelle Briquet, maire du Palais-sur-Vienne, lui succède.

Isabelle Briquet, réélue maire du Palais-sur-Vienne lors des dernières municipales, joue l’ingénue lorsque vous lui demandez comment elle s’est retrouvée présidente de l’association des maires de Haute-Vienne, après plus de vingt ans de présidence d’Alain Rodet. « Alain Rodet n’étant plus maire, il ne pouvait plus être président de l’association. Certains de mes collègues de la même tendance politique que moi ont proposé ma candidature. D’autres leur ont emboîté le pas. Dans mon camp politique, mes collègues souhaitaient que je les représente au sein de cette belle association. J’ai accepté bien volontiers. »

Isabelle Briquet, maire du Palais-sur-Vienne, conseillère générale, a été élue présidente de l’association des maires de la Haute-Vienne.

Élue avec 91 des 153 suffrages exprimés, elle a devancé le maire de Couzeix (et collègue au Conseil général), Jean-Marc Gabouty (UDI), qui a rassemblé 62 voix. Les raisons de sa victoire ? « Je commence à être une vieille élue ! » lance-
t-elle en riant. « Je commence à être un peu connue et un peu appréciée, je pense. De toute façon, c’est une association au-delà des clivages partisans. Il faut être plutôt rond dans l’approche. Il y a eu le temps des élections, des affrontements, vient maintenant le temps des responsabilités. Cette association nous permet de réfléchir à plusieurs, pour trouver le bon chemin et nous permettre de travailler dans l’intérêt général des habitants. »

Un lieu d’échanges

Si l’association est avant tout un lieu de discussions et d’échanges, elle prend parfois position et ne manquera pas de le faire sur le sujet d’actualités de la réforme territoriale. « Au moins, la réforme fait parler. Même si, à mon sens, le procédé manque un peu de logique. Il aurait fallu définir d’abord les compétences avant de procéder au découpage... On sait bien que notre pays a besoin d’être réformé. Tout a bougé, formidablement vite. Les modes de vie ont changé. Il faut s’y adapter, que nos institutions représentent ce que nous sommes. La crise que nous traversons demande des réponses », explique la nouvelle présidente.

L’an passé, les nouveaux rythmes scolaires, les questions de sécurité, la présence postale avait été abordés. « L’exercice des responsabilités, avoue Isabelle Briquet, enferme un petit peu. Il faut pouvoir partager son expérience, ses soucis avec d’autres, c’est très important. »

La nouvelle présidente pourra commencer par partager ses préoccupations avec les 22 autres membres du bureau de l’association parmi lesquels on retrouve notamment le maire de Couzeix, Jean-Marc Gabouty (secrétaire général), le maire de Limoges, Émile-Roger Lombertie, la présidente du Conseil général, Marie-Françoise Pérol-Dumont, ou encore le président de Limoges-Métropole, Gérard Vandenbroucke.

S. M.


La LGV prépare le futur

Lors de notre entretien, Isabelle Briquet a également évoqué le projet de barreau LGV Limoges-Poitiers :

« Les grandes infrastructures sont un sujet compliqué. Deux logiques se heurtent : la volonté de développer le territoire pour le rendre attractif et compétitif, et la volonté de le préserver. Il est difficile de faire cohabiter les deux points de vue.

Je peux me dire, très égoïstement : ce n’est pas plus mal si le tracé passe ailleurs. Mais il faut prendre en compte certaines logiques. Dans une grande région, les voies de communication seront plus que jamais à privilégier.

En tant que maire du Palais, je veille particulièrement à ce que, si ce projet est mené à son terme, la commune soit préservée au mieux. Surtout pendant la phase des travaux qui va être difficile à passer. Une fois que le train passera, il n’y aura plus de soucis.

La LGV fait partie du renfort de cette grande région. Il faut bien qu’on soit relié à l’Ouest. Nous avons plus que jamais besoin de cet axe Paris-Barcelone.

Les opposants disent que la LGV est pour quelques nantis qui veulent aller à Paris. Ce sera beaucoup plus. Elle permettra aux générations futures de se déplacer dans de bonnes conditions. Aller à Barcelone comme on va à Bessines, ça fera partie du quotidien. Préparer l’avenir, c’est aussi pour ça qu’on est élu. »

Hors-Série

Hors-serie

Je commande le hors-série spécial championnat de tonte de moutons

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Déjà abonné

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
averses éparses

17°

Limoges

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -