Cette foire est une affaire de « spécialistes »

Cette foire est une affaire de « spécialistes »

Publié le 04/09/2018

Agriculture > Ovins >

Ovin. Le 6 septembre, plus de 850 agneaux et antenais attendront les acheteurs au parc Charles-Silvestre à Bellac. Malgré les difficultés auxquelles se heurte l’élevage ovin, les responsables croient en la notoriété de leur manifestation.

« Le Carrefour génétique ovin de Bellac est une affaire de spécialistes », notent Michel Maisonnier et Jean-Christophe Reix, respectivement président et vice-président du CGOB, tous deux producteurs d’ovins. « Il nous faut continuer à produire des agneaux de qualité et augmenter de manière significative la productivité de nos élevages afin d’assurer la pérennité de la filière », ajoute le président. Pour ce faire, il est important de compter sur la génétique. Le CGOB va dans ce sens en proposant à chaque édition plus de 850 béliers inscrits, bénéficiant de toutes les garanties sanitaires, aux personnes intéressées.

De g. à dr., Thierry Spriet, représentant Mme le Maire de Bellac, René Longeville, l’un des fondateur de la foire aux béliers, Christelle Montagne, animatrice du CGOB, Michel Maisonnier, président, et Jean-Christophe Reix, vice-président du CGOB.

Le panel de races ovines présentées lors de la foire s’étoffe chaque année. Si le mouton charollais est par définition le plus largement représenté (on est dans une région de production de viande où le charollais est utilisé en croisement pour produire des agneaux destiné à la boucherie), il côtoie le texel et le suffolk (davantage prisés pour avoir de bonnes agnelles de renouvellement). Viennent ensuite la charmoise, le rouge de l’Ouest, le vendéen, le southdown, l’Île-de-France, ou encore le berrichon du Cher. Cette année, deux nouvelles races sont à signaler : le clun forrest et le hampshire.

Une semaine avant la foire, 780 béliers étaient annoncés pour 69 éleveurs-sélectionneurs venus des quatre coins de France. Le nombre d’animaux et de sélectionneurs étant en hausse, il est tentant d’imaginer que, doté d’une bonne notoriété, le CGOB attire les producteurs. Les acheteurs éventuels sont également attendus nombreux sur le site le 6 septembre dès 8 h.

Croire en la dynamique du pays de Bellac

Lors de la présentation de la foire, les responsables n’ont pas éludé les difficultés que rencontre l’élevage en cette période de l’année. Les attaques de myiases à Wohlfahrtia magnifica sont toujours observées, causant un surcroît de travail ainsi que du stress aussi bien auprès des éleveurs que des brebis touchées. Le manque de pluie au cours de l’été, combiné à une récolte de céréales moins bonne que les autres années, mine également le moral des troupes. Enfin, si les cours restent corrects, les délais d’enlèvement des agneaux sont souvent trop longs.

Malgré tout, Michel Maisonnier et Jean-Christophe Reix veulent demeurer optimistes, confortés par la dynamique de la filière ovine dans le secteur. Ainsi, René Longeville, l’un des fondateurs de la foire aux béliers de Bellac, en a rappelé la genèse : « En 1963, quand nous avons mis en place cette foire (qui se déroulait déjà dans le parc Charles-Silvestre), les agnelles se vendaient entre voisins pour faire des brebis. Notre objectif était de regrouper l’offre de femelles. Nous avons vite vu qu’il était opportun de proposer aussi des mâles car on allait les acheter jusque dans l’Indre. » Peu à peu, les choses se sont organisées, puis structurées. Si pendant de longues années les reproducteurs inscrits ont côtoyé les non inscrits, en 1997, les inscrits ont été largement mis en avant avec la mise en place de la foire de printemps.

Le pays de Bellac ne s’est pas contenté de cette foire ; les responsables ont continué sur la lancée en développant le concept du Tech-Ovin – le salon national du mouton – puis celui du concours de tonte.

Aussi, forte de ces implications, la production ovine devra faire face pour perdurer.

NATHALIE PÉNELOUX

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal Union & Territoires


Consultez les annonces légales

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Déjà abonné

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
beau temps

Limoges

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -