Des projets novateurs pour le Ciirpo

Publié le 18/06/2018

Agriculture > Ovins >

Expérimentation. Le programme de recherche détaillé lors de l’assemblée générale du Ciirpo, le 29 mai, a mis en lumière des projets innovants.

Dans son programme de recherche 2015-2020, le Ciirpo met l’accent sur trois axes de travail : l’amélioration de la compétitivité économique, le développement des pratiques agroécologiques et l’adaptation au changement climatique et l’amélioration des conditions et de l’efficacité du travail. Au sein de chacun d’eux, différents projets, études et expérimentations novateurs sont conduits chaque année. En 2017, la Ferme du Mourier est ainsi devenue la première Digiferme ovine de France. Elle est donc un site de test pour des outils intégrant des technologies numériques. Un distributeur automatique de concentrés sera notamment testé cette année. Novatrice, la ferme du Mourier l’est également dans ses bâtiments. En cours de réalisation depuis 2015, la bergerie innovante et à énergie positive est entrée en fonction à l’automne dernier. Dotée de panneaux photovoltaïques, la bergerie ne dispose pas de couloir central, l’alimentation se faisant sur les côtés par le biais de volets électriques.

L’assemblée générale du Ciirpo est l’occasion de dresser la liste des nombreuses expérimentations menées par le centre. (Ph. P. Dumont)

Lire la suite

Un parasol XXL pour les brebis

Publié le 24/05/2018

Agriculture > Ovins >

Avec le développement du pâturage tournant dynamique ou cellulaire, les brebis qui pâturent de petites parcelles se trouvent souvent dépourvues d’ombre.

L’Ovifresh est aujourd’hui commercialisé. (Ph. Campus des Sicaudières)

Lire la suite

Le risque d’entérotoxémie accru avec le ténia

Publié le 17/05/2018

Agriculture > Ovins >

Les premiers signes cliniques du ténia sont bien connus : les agneaux présentent un mauvais état général avec un déficit de croissance.

Le ténia se fixe dans l’intestin grêle des agneaux. (Ph. Ciirpo)

Lire la suite

Les béliers préfèrent les grosses brebis

Publié le 11/05/2018

Agriculture > Ovins >

L’état corporel des brebis en lutte joue-t-il un rôle sur le comportement sexuel des béliers ? Selon une récente étude réalisée par Supagro Montpellier et l’Inra, la réponse est oui : les béliers préfèrent les brebis bien en chair. Le dispositif mis en place pour mesurer la préférence des béliers était le suivant. À partir de brebis de race mérinos d’Arles de même poids, trois lots ont été composés. Le premier, alimenté selon ses besoins pendant 3 mois, s’est maintenu. Le second, suralimenté, a pris 8,2 kg au cours de la lutte. Le dernier, sous-alimenté, a perdu 7,8 kg. Afin de mesurer l’attractivité des mâles, 6 brebis (2 de chaque lot) ont été mises en contact avec 2 béliers pendant 30 mn. Toutes les cinq minutes, la brebis la plus courtisée était enlevée du lot.

Dans un lot, les béliers affichent leurs préférences. (Ph. Ciirpo)

Grosses et en bon état

Ce test a été répété avec 6 béliers différents, avant et après la différence de régime alimentaire. « Les brebis qui ont le meilleur état corporel et le poids le plus élevé ont la préférence des béliers, explique Nathalie Debus de l’INRA. La différence est nette et est confirmée par le nombre de chevauchements qui est nettement plus important. Cela peut s’expliquer par le fait que les mâles identifient les femelles à même de mener leur gestation à terme ». Par contre, l’alimentation des brebis ne modifie pas leur intérêt pour les mâles. Maigres ou grasses, elles prospectent de la même façon mais, lorsque le bélier a le choix, certaines ont plus de chance que d’autres !

LAURENCE SAGOT, INSTITUT DE L’ELEVAGE/CIIRPO

Lire la suite

Reconnaître une boiterie et la soigner (suite)

Publié le 28/04/2018

Agriculture > Ovins >

Une brebis ou un bélier qui marche « sur des aiguilles » est un signe de fourbure. « Ce type de boiterie est la conséquence d’une acidose chronique qui entraîne une congestion des vaisseaux sanguins, indique Laurent Saboureau de l’Alliance pastorale. Un traitement contre l’acidose et l’administration de corticoïdes permettent de soulager l’animal. Adopter des rations non acidogènes suffit à la prévention de la fourbure. »

Un simple parage suffit parfois à rééquilibrer la démarche de la brebis. (Ph. Ciirpo)

Lire la suite

Reconnaître une boiterie et la soigner

Publié le 21/04/2018

Agriculture > Ovins >

Savoir identifier un panaris, une fraise, une fourbure ou du piétin : tel est l’objectif de cette nouvelle fiche technique intitulée « les boiteries des brebis et des béliers » mise en ligne sur www.inn-ovin.fr et www.idele.fr.

L’espace interdigité et la couronne sont gonflés : c’est un panaris. (Ph. Ciirpo)

Lire la suite

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
assez ensoleillé

Limoges

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -