Tech-Ovin votre salon sans ministre !

Publié le 03/09/2019

Agriculture > Ovins >

Claude Souchaud, président de Tech-Ovin.

Tout a été mis en œuvre pour que le onzième Tech-Ovin, celui du vingtième anniversaire, soit exceptionnel et à la hauteur des défis à relever.

Tous les deux ans, des milliers d’éleveurs ovins viande et lait se donnent rendez-vous à Bellac.

Ils viennent de toute l’Europe, des quatre coins de l’Hexagone, de notre région, de notre département pour un événement unique qui leur est exclusivement dédié.

Nous avons conçu, en lien avec nos partenaires, un programme ambitieux à même de répondre à toutes les attentes et résolument tourné vers l’avenir. Autour de la recherche, de l’innovation et du développement, ce sont 60 conférences et des dizaines de plateaux techniques, tous en phase avec l’actualité la plus récente qui vous serons proposés. Parmi ceux-ci, citons l’adaptation au changement climatique, des solutions pour les difficultés sanitaires (Wohlfahrtia magnifica entre autres), une mise à la vente de chiens de troupeaux dressés, des informations sur le Brexit, le loup et la prédation, etc.

Le ministre de l’Agriculture « retenu » ne viendra pas. Pour le ministère de l’Agriculture, le mondial de tonte et Tech-Ovin sont sans nul doute des événements mineurs…

Malgré cela, notre volonté d’échanges et de convivialité doit nous permettre tous ensemble d’estomper nos doutes et de nous forger des perspectives d’avenir et des ambitions.

Alors prenez nombreux le chemin de Bellac et de Tech-Ovin les 4 et 5 septembre prochains.

Claude Souchaud, président de Tech-Ovin

Lire la suite

« Février sans supermarché »

Publié le 07/02/2019

Ruralite >

"Vendredi dernier, le relèvement du seuil de revente à perte est entré en vigueur. Il est le fruit de longues et âpres négociations avec la grande distribution et vise à améliorer la rémunération des producteurs. Jusque-là, le consensus régnait : le revenu des agriculteurs devait être décent et on attendait du législateur qu’il mette bon ordre dans les relations forcément inégales de ceux-ci avec les distributeurs. 
Le 1
er février, certains ont, semble-t-il, changé d’avis.

Les médias se sont largement fait l’écho des hausses qui seront répercutées sur le prix payé par le consommateur, notamment sur les produits dits d’appel comme le Nutella ou le Coca-cola (dont la consommation pourrait d’ailleurs être largement réduite sans dommage pour la santé de nos compatriotes et celle de l’environnement). Les distributeurs leur ont évidemment emboîté le pas. Le plus virulent d’entre eux – et aussi le plus médiatique – a tempêté sur l’antenne de France Info en se demandant tout haut comment l’argent gagné par les distributeurs sur ces fameux produits pourrait bien finir dans les poches des producteurs. Gageons que de nombreux agriculteurs français auraient des suggestions à lui faire.

Mais la société est plurielle et tous nos concitoyens ne vouent pas un culte aveugle aux méthodes de la grande distribution. Alors que certains débutaient le mois en déplorant, avec raison ou non, la cherté de leur alimentation, d’autres ont discrètement lancé l’opération « Février sans supermarché » qui incite les consommateurs à retrouver le chemin de leurs petits commerces de centre-ville ou à s’adresser directement aux producteurs. La face du monde ne devrait pas s’en trouver changée, ni Michel-Édouard Leclerc réduit pour autant à l’indigence, mais ce petit pied de nez aux vents dominants montre que généraliser et parler au nom « des gens » est un exercice pour le moins périlleux."

Estelle Dueso, rédactrice en chef

 

Lire la suite

Vénus à la décharge

Publié le 25/06/2018

Ruralite >

À l’occasion de la journée mondiale de l’environnement, Channi Anand, photographe de l’agence Associated Press, a réalisé dans une décharge de Jammu (Inde) un cliché magnifique et dérangeant : une belle jeune femme émerge d’une mer de plastique, toisant l’immense étendue de détritus. Un de nos confrères français a nommé cette photo « Vénus à la décharge ». L’ironie est sans doute cruelle mais bien moins que le sort de cette jeune Indienne, chiffonnière triant inlassablement les déchets des industries locales, les bras couverts de produits toxiques. L’État indien dans lequel elle vit possède un potentiel touristique largement compromis par son incapacité à gérer les montagnes de plastique qui envahissent le paysage. Il a lancé une vaste opération de collecte et de recyclage effectuée par les plus pauvres, évidemment.

La marée de plastique qui menace de recouvrir certaines régions de l’Inde est un problème récurrent qui n’a pour l’instant pas trouvé de solution malgré les initiatives législatives. Peut-on s’en étonner ? Au début de l’année, la Chine a annoncé qu’elle ne servirait plus de poubelle à l’Europe. De riches pays, dont le nôtre, se sont retrouvés bien embarrassés de leurs tonnes de détritus soi-disant recyclables, consciencieusement triés par leurs citoyens, qu’il était bien pratique de déverser au loin sans se soucier de leur destination finale.

Ces plastiques que nous entassons sans fin seront la marque la plus tangible de notre passage sur Terre lorsque nous ne serons plus. Nous léguons des continents de plastique à la postérité. De nos pensées, de nos passions, de nos joies ou de nos peines, il ne restera rien. Mais la petite barquette dont nous aurons mangé le contenu, en quelques minutes sans y penser, sera toujours là, témoin impitoyable et durable de notre inconséquence.

Estelle Dueso

 

Lire la suite

Vers une baisse de 5% du budget de la Pac

Publié le 17/05/2018

Agriculture > PAC >

RÉACTIONS DE DÉPUTÉS EUROPÉENS

(De g. à dr.) Éric Andrieu, Michel Dantin, Jean-Paul Denanot  (Ph. Europarl.)

Éric Andrieu

Porte-parole des sociaux-démocrates européens à l’Agriculture et au développement rural

« Rapporté en euros constants et à 27, c’est ni plus ni moins qu’une baisse de 17 % du budget de la Pac, dont 14 % pour le seul premier pilier, que nous propose Bruxelles ! [...] Depuis le début, je milite pour maintenir un budget de la Pac en euros constants. Pour répondre aux défis alimentaires, climatiques et environnementaux de demain, nous devons doter l’UE de moyens conséquents. [...] Sur 100 euros gagnés, un citoyen européen reverse, en moyenne, 50 euros en impôts et cotisations sociales, dont un seul sert à financer le budget de l’UE. 49 euros restant dans les capitales des pays de l’Union, ce n’est pas acceptable ! Au moment où des États comme la Chine ou le Brésil augmentent leur budget en matière de politique agricole et alimentaire, il est complétement inconscient de la part de la Commission européenne de proposer une telle baisse ! À l’instar de ces États-continents, il est urgent que l’Europe mette en place un vrai plan stratégique de souveraineté et de sécurité alimentaire à moyen et long terme. Au xxie siècle, nos concitoyens ne devraient pas à avoir à choisir entre leur sécurité alimentaire et leur sécurité tout court ! Dans tous les cas, on ne fera pas l’économie d’une réforme de la Pac. »

Lire la suite

Plus de 2400 déclarations de sinistres enregistrées en dommages aux biens en une semaine

Publié le 15/03/2017

Agriculture >

Groupama Centre-Atlantique communique :

"Les vents violents – supérieurs à 100 km / h - ont soufflé sur les côtés vendéennes, le Poitou-Charentes et la Dordogne lundi 6 mars. La tempête Zeus a causé des chutes d’arbres et privé d’électricité des dizaines de milliers de foyers pendant plusieurs jours. 

Les départements les plus touchés sont la Vendée, la Vienne, Haute Vienne mais également les Deux-Sèvres qui ont enregistré plus de la moitié des déclarations. 

Afin de répondre au mieux aux sociétaires victimes de ces intempéries, Groupama Centre-Atlantique a déclenché très rapidement la procédure de prise en charge des déclarations par les agences et via les plateformes téléphoniques. Une cellule de renfort dédiée spécifiquement à la gestion des événements est par ailleurs mise en place dès ce lundi 13 mars afin de gérer au mieux les 7 000 déclarations de sinistres enregistrées depuis les événements climatiques au cours des 5 dernières semaines. 

Groupama Centre-Atlantique confirme son rôle d’assureur de proximité à la fois par la réactivité et la dynamique du traitement des sinistres mais aussi sa présence utile sur le terrain par ses inspecteurs Dommages aux biens en charge des constatations, évaluations et règlements. 

Vous êtes sinistré ? Contactez-nous au 0800 250 250 ou connectez-vous sur Groupama.fr, et pour le suivi de votre dossier munissez-vous de votre numéro de sinistre."

Lire la suite

À compter du lundi 28 novembre 2016 : L’Aquapolis ferme pour une quinzaine de jours

Publié le 15/11/2016

Ruralite > Collectivités >

"La Communauté d’agglomération Limoges Métropole et la société Vert Marine (délégataire de service public) informent l’ensemble de la population qu’à compter du  lundi 28 novembre, L’Aquapolis sera fermé au public durant quelques jours pour des raisons techniques.

En effet, de 2002 à 2016, un arrêté ministériel obligeait les piscines publiques à effectuer une vidange complète des bassins au moins deux fois par an. La vidange est l’une des mesures de maîtrise de la qualité de l’eau à respecter par les piscines publiques. Pour garantir la propreté des bassins et la sécurité des usagers, il est nécessaire en effet d’effectuer une vidange des bassins afin de les nettoyer complètement. La première vidange de l’année 2016 avait eu lieu en février dernier. À compter de 2017 et suite à un nouvel arrêté datant de septembre 2016, le centre aquatique n’aura l’obligation de fermer ses portes pour raisons techniques qu’une seule fois par an.

Durant ces périodes de fermeture, tous les bassins seront vidangés, le centre sera totalement nettoyé (bassins, plages, vestiaires, douches, pédiluves…). Des formations à destination du personnel de l’établissement auront également lieu : formations extincteurs, évacuation, premiers secours, surveillance, vente ou encore Aquacycling pour les maîtres nageurs sauveteurs.

Aussi, le planning de fermeture sera le suivant :

  • Du lundi 28 novembre au dimanche 4 décembre inclus, l’établissement sera totalement fermé au public.
  • Du lundi 5 au dimanche 11 décembre inclus, les deux bassins, de 50 mètres et 25 mètres seront fermés au public, le reste de l’établissement sera totalement accessible.
  • Réouverture de l’ensemble de l’établissement à compter du lundi 12 décembre 2016.

Concernant l’accueil des scolaires, celui-ci ne pourra être assuré durant la fermeture technique, du 28/11 au 11/12.

Pendant la fermeture, le restaurant l'Aquabase reste ouvert de 12 h à 14h30."

Communiqué de Limoges Métropole

Lire la suite

Hors-Série

Hors-serie

Je commande le hors-série spécial championnat de tonte de moutons

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal Union & Territoires

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
faible pluie

15°

Limoges

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -