Des abeilles pour mesurer la qualité de l’environnement

Publié le 01/01/1970

Ruralite > Collectivités >

Limoges Métropole propose aux communes qui la composent d’installer des ruches sur leurs terrains. L’objectif est de mesurer la qualité de l’environnement en analysant la qualité du miel récolté et de proposer une animation pédagogique aux écoles communales.

vid

Loin des grands chantiers menés par Limoges Métropole, l’installation d’un rucher sur les communes volontaires peut paraître dérisoire. « C’est symbolique, mais il faut quand même louer l’action de l’agglo d’avoir bien voulu accompagner ce projet. Toutes les actions, toutes les petites actions multipliées feront qu’un jour beaucoup plus de monde prendra conscience qu’on a besoin de faire attention à notre environnement » espère Lucien Durousseaud, 1er adjoint à la mairie de Verneuil. 

La commune a été la première à répondre favorablement à cette initiative : installer des ruches payées par Limoges Métropole sur des terrains communaux à proximité d’une école, en assurer la gestion et recevoir en échange les résultats d’une analyse des miels et quelques pots (la majorité revenant à l’apiculteur en charge de la garde des abeilles).

« L’abeille est un témoin de la qualité de notre environnement, l’abeille elle-même, sa présence, sa santé, la qualité de son miel sont des indicateurs forts de la qualité de l’environnement » explique Pascal Robert, 12e vice-président de l’agglomération.

Ruches et analyses sont prises en charge par Limoges Métropole. Outre Verneuil, dont les ruches abritent déjà des abeilles et dont la première récolte est prévue pour la fin de l’été, Veyrac, Saint-Gence, Le Vigen, Peyrilhac et Couzeix ont trouvé le terrain où implanter les leurs. L’implantation devrait se faire avant la fin de l’année. Celles de Rilhac-Rancon sont prévues pour 2017.

Trouver un apiculteur

Le plus compliqué pour les communes n’est pas de trouver un terrain, mais un apiculteur. « Ça n’a pas été facile. Je remercie Bruno Tricard d’avoir accepté cette tâche. J’en ai rencontré d’autres qui n’étaient pas trop intéressés. Je sais bien que ce ne sont que deux ruches, mais c’était symbolique. Quelquefois on peut donner un peu de son temps », regrette Lucien Durousseaud. Bruno Tricard n’est pas apiculteur professionnel. Il possède et gère une trentaine de ruches dans la région et, désormais, les deux de Verneuil et les 40 000 abeilles qu’elles contiennent. On peut trouver son miel à la boucherie de Verneuil et à la superette.Pour sa première récolte route des Levades, il est pessimiste : « Cette première récolte sera succincte. Il y a eu beaucoup d’essaimage. Je table sur 75 % de perte cette année… »

Dans la convention qui lie la commune et l’agglomération, il est prévu des animations pédagogiques avec les enfants des écoles. « Je crois en l’éducation, assure Pascal Robert. je suis enseignant moi-même. C’est en intéressant très vite les enfants à ces problèmes de biodiversité, au fait que la terre nous appartient mais que nous ne faisons que passer et qu’elle doit rester que nous avancerons sur ces questions.»

À Verneuil, le rucher n’est pas loin des scolaires, situé à quelques pas des jardins familiaux gérés par l’association Graines de vie. Une proximité qui réjouit Pierre Ruellet, président de l’association : « L’idée est très intéressante, Les abeilles sont des auxiliaires, à la fois des jardins et de la biodiversité en général. C’est tout à fait complémentaire de ce que nous faisons. Leur voisinage n’est pas un problème, tant qu’on ne va pas les embêter. »

S. M.

Lire la suite

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
assez ensoleillé

16°

Limoges

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -