Concilier élevage et qualité de vie

Concilier élevage et qualité de vie

Publié le 17/11/2019

Agriculture >

Production caprine. Le 5 novembre, le Gaec de Rancoumaud à Azat-le-Ris a ouvert ses portes et accueilli des jeunes en formation. L’objectif : présenter les réalités d’un élevage de chèvres en production laitière.


Le distributeur automatique de concentré est programmé pour des passages réguliers. La ration en chèvre laitière est suivie rigoureusement pour une production satisfaisante. (Ph. N. P.)

Il était 14 h 30 quand le bus convoyant une trentaine d’élèves et leurs professeurs est arrivé dans la cour de ferme du Gaec de Rancoumaud sur la commune d’Azat-le-Ris. Claire et Rodolphe Muet, les deux associés du Gaec, ont présenté avec plaisir leur élevage qu’ils conduisent ensemble depuis 1999.

De 150 chèvres à 500
Au départ, l’exploitation gérée par les parents de Claire comptait 150 chèvres dont le lait était transformé en fromages. Peu à peu, l’atelier de transformation s’est arrêté et l’élevage s’est orienté vers la vente de lait. Claire Muet s’est installée en 1996 avec sa mère pour palier le départ à la retraite de son père. En 1999, Rodolphe s’est associé avec Claire pour remplacer sa mère.
Au fil du temps, l’élevage s’est agrandi. Il se compose aujourd’hui de 500 chèvres saanen et d’une trentaine de vaches limousines. L’exploitation compte 101 ha dont 89 ha de prairies naturelles. 74 ha sont consacrés aux chèvres et 27 ha aux bovins.
Face à l’ampleur du travail généré par ce type de production (« Les chèvres, il faut y être tous les jours, note Claire Muet, et la traite, c’est deux fois par jour »),  Claire et Rodolphe Muet ont très vite décidé d’embaucher des salariés afin de se dégager du temps pour leurs enfants et leur famille. Aujourd’hui, l’exploitation compte deux salariés à temps plein et un apprenti. Il y en a donc en tout 4,5 UMO (unité de main-d’œuvre), soit 125 chèvres par UMO. « C’est une petite structure, de taille normale. Faire appel à des salariés est un choix pour avoir une qualité de vie », ajoute Claire Muet. Et puis la rentabilité de leur outil le permet.

Réduire les astreintes
Afin de faciliter le travail et de réduire la manutention, un distributeur automatique de concentré (feed-car) a été installé dans les bâtiments qui reçoivent les chèvres. La principale astreinte reste la traite. Mais le temps à consacrer au suivi et à la gestion du troupeau, à la mise-bas et aux soins des chevreaux, à l’élevage des chevrettes et aux travaux d’extérieur est plus important.

Privilégier l’emploi de boucs
La conduite de la reproduction s’appuie essentiellement sur l’emploi de boucs. Il y en a environ un pour 30 chèvres.  L’insémination animale est utilisée à la marge, pour produire au sein de l’élevage les boucs qui assureront la reproduction. « On évite ainsi les achats d’animaux à l’extérieur qui peuvent engendrer des problèmes sanitaires », souligne Rodolphe Muet.   
Dans cet élevage, les mises bas ont lieu en février-mars et la production de lait est réalisée sur toute l’année, avec une période de creux. 374 000 litres de lait ont été livrés l‘an dernier, la production moyenne par chèvre est de 750 litres de lait par an à 37,5 g/l de TB et 34,2 g/l de TP. Le lait est livré à la coopérative CSNL (Centre Sud Nord Limousin) basée à Moueix dans l’Indre.  En ce moment, les cours sont en hausse (720 euros les 1 000 litres) et des volumes manquent notamment en lait bio. Les candidats intéressés sont invités à se renseigner car de nombreux outils existent pour accompagner ce type de projet.  
Nathalie Péneloux

Contact : Romain Lesne, technicien caprin à l’Ardépal. Tél. — 06 88 88 13 03.

Hors-Série

Hors-serie

Je commande le hors-série spécial championnat de tonte de moutons

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal Union & Territoires

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Déjà abonné

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
averses éparses

Limoges

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -