14-18 : comment mangeaient les soldats

Publié le 14/02/2019

Ruralite >

Histoire. L’exposition « Nourrir au front » raconte la première guerre mondiale au travers de l’alimentation des soldats français, allemands et britanniques.

Centrale pour l’armée, la question de l’alimentation des soldats de 1914-1918 a été assez peu étudiée. Avec l’exposition « Nourrir au front », réalisée par l’association Comme en 14 et le ministère de l’Économie et des Finances, les idées reçues tombent une à une. Elle se tient au musée de la Résistance, à Limoges.

Nicolas-Jean Brehon, commissaire de l’exposition. (Ph. E. Dueso)

Lors de la première guerre mondiale, les belligérants ne sont pas tous logés à la même enseigne. « Dans l’armée française, le repas est important. Les poilus reçoivent des colis de leur famille alors que les Allemands en ont très peu », explique Nicolas-Jean Brehon, commissaire de l’exposition. La poste française achemine pendant la guerre 200 000 colis par jour et 600 000 en période de fêtes. Partout en France, on se soucie de l’ordinaire des soldats. Les mères, les épouses et même les voisines préparent des paquets qui contiennent chaussettes, cache-nez, pâtés, charcuterie, confiture et riz au lait. « C’est le dessert de l’époque. »

Lire la suite

Les inégalités homme/femme en dessin

Publié le 28/01/2019

Ruralite >

Exposition. Les dessins féministes de Catherine Beaunez s’invitent à la bibliothèque de la faculté de droit de Limoges jusqu’au 22 février. Cent-vingt dessins sont présentés sous le titre : « Être une femme, c’est du sport. »

Pour le vernissage de son exposition « Être une femme, c’est du sport », à la bibliothèque de la faculté de Droit de Limoges, la dessinatrice Catherine Beaunez a failli venir avec des gants de boxe : « Ce sont de vieux gants de boxe que j’ai chez moi et dont je ne me sers pas. Est-ce que je les prends ou pas, pour signifier à la fois le combat que c’est d’être une femme dessinatrice dans ce milieu-là et illustrer le thème de cette exposition ? »

Catherine Beaunez, à la bibliothèque de la factulté de droit à Limoges, pour son exposition « Être une femme, c’est du sport », visible jusqu’au 22 février. (Ph. Stéphane Monnet )

Lire la suite

Un livre pour questionner la gauche

Publié le 12/01/2019

Ruralite >

Politique. Coordonné par un collectif de cinq élus locaux de toute la France, le livre « De la gauche en commun aux nouveaux possibles » s’interroge sur les défaillances de la gauche et sur la place qu’elle doit désormais prendre.

Après la cuisante défaite aux dernières élections et la défection d’élus de premier plan, le Parti socialiste est confronté à la question de son avenir. Au-delà des rangs de l’ancien parti de la rue Solférino (le siège historique a été vendu), la récente réunification du Parti radical (entre les radicaux de gauche et les valoisiens) met en évidence la crise idéologique que vit la gauche dite de gouvernement.

Gulsen Yildirim, première secrétaire de la fédération socialiste de Haute-Vienne, a participé à l’élaboration du livre « De la gauche en commun aux nouveaux possibles ». (Ph. E. Dueso)

Au sein du Parti socialiste, des réflexions sont menées, à la fois pour tirer le bilan des dernières présidentielles mais aussi pour construire un nouveau projet politique. Un groupe d’élus a travaillé sur diverses contributions, produites notamment à l’occasion du dernier congrès. Ce collectif s’est intitulé « La gauche en commun » et comprend dans ses rangs Gulsen Yildirim, première secrétaire de la fédération socialiste de Haute-Vienne. Il a récemment publié un livre, aux éditions UPPR, qui a pour objet de redéfinir la place de la gauche sur l’échiquier politique.

L’ouvrage débute sur une autocritique assez dure des manquements et des déviances du Parti socialiste par rapport à sa ligne idéologique. Ainsi, les auteurs déplorent que le social ait été délaissé au profit du sociétal, que la priorité n’ait plus été donnée à la résolution des inégalités économiques : « Le glissement du social au sociétal, après avoir été une nuance deviendra une tactique politique devant les difficultés économiques et budgétaires et l’incapacité à imposer au capitalisme une répartition plus efficace.»

Écrit sous la direction d’élus locaux, « De la gauche en commun aux nouveaux possibles » procède de l’idée qu’il faut « partir des territoires, là où les gens vivent. [...] On estime que le territoire est l’espace des communs : l’eau, l’air, la culture, là où l’on partage », explique Gulsen Yildirim. Pour l’élue haut-viennoise, « la gauche ne peut se reconstruire que si elle est en commun, cela suppose de dépasser les appareils politiques traditionnels ».

Les auteurs du livre font le constat d’une souffrance réelle qui traverse la société française (traduite notamment par l’état de santé psychologique des citoyens) et de la nécessité de prendre en compte ce ressenti. Ce mal-être s’explique pour eux par le délaissement de certains territoires (quartiers difficiles, ruralité...), des exigences de performance intenables et la culpabilisation des individus qui n’y parviennent pas mais aussi l’inquiétude créée par les mutations technologiques et économiques. Or, ces évolutions peuvent aussi offrir des opportunités pour les territoires si elle sont laissées à la main d’acteurs vertueux. Les auteurs citent à ce sujet l’importance pour l’économie sociale et solidaire de se saisir de ces enjeux.

Dans ce renouveau des territoires en tant que lien entre les citoyens, la culture doit jouer un rôle de premier plan, estiment-ils. « Notre pari est que la culture, l’art, comme le numérique, apparaissent comme des éléments de cohésion dans une société profondément déstabilisée, au plan individuel et collectif. »

L’ouvrage se veut le point de départ d’une réflexion et non un programme prêt à l’emploi. « Il n’est pas là pour donner des solutions miracle, c’est un travail qui mérite d’être débattu et critiqué », note Gulsen Yildirim. Il sera présenté dans les fédérations socialistes et lors d’événements à Paris et Strasbourg.

ESTELLE DUESO

Lire la suite

Offeshorespirit remporte Jeunes en scène

Publié le 28/11/2018

Ruralite >

Musique. Six jeunes groupes de Nouvelle-Aquitaine sont montés, samedi 24 novembre, sur la scène du Zénith de Limoges Métropole pour la troisième édition de Jeunes en scène, remportée par le duo Offeshorespirit.

Offeshorespirit (Hendaye) remporte la troisième édition de Jeunes en scène, au Zénith de Limoges.

Dirty Rodeo sur la scène du Zénith de Limoges

Lire la suite

Un beau livre sur l’histoire du Limousin

Publié le 19/10/2018

Ruralite >

Lecture. L’ouvrage Histoire du Limousin retrace en un peu plus de 300 pages l’aventure de ce territoire et des hommes qui y sont liés.

Ethnologue de formation, Maurice Robert s’intéresse depuis longtemps à l’Histoire. Sa Petite histoire du Limousin a été modifiée et enrichie, à la demande de son éditeur, pour devenir un beau livre richement illustré. Ce directeur de recherche honoraire du CNRS a voulu brosser un tableau complet, de l’homme de Néandertal trouvé à La Chapelle-aux-Saints (19), notre aîné de quelque 50 000 ans, à l’époque contemporaine.

Maurice Robert est l’auteur d’un ouvrage synthétique et richement illustré (Ph. E. Dueso)

L’auteur s’interroge, dans l’épilogue du livre, sur l’opportunité du mariage qui a abouti à la création de la Nouvelle-Aquitaine. Il évoque la première manifestation de l’identité régionale : « la rencontre malheureuse avec les Romains » qui finirent par conquérir les terres des Lémovices malgré les contingents importants que ces derniers avaient mobilisés. « 10 000 hommes, peut-être plus. C’était à l’époque une forte participation. » Il y voit, dès cette époque, la marque d’un « sentiment d’appartenance ».

Lire la suite

Le stress est dans le pré, jeudi 25 octobre à Saint-Yrieix-la-Perche à 20 h

Publié le 19/10/2018

Ruralite >

Le stress est dans le pré : Soirée théâtre jeudi 25 octobre à Saint-Yrieix-la-Perche à 20 h

Le réseau des élus des échelons locaux de la MSA de la Haute-Vienne et de la Corrèze organise une représentation théatrale intitulée Le stress est dans le pré, jeudi 25 octobre à 20 h au centre culturel Jean-Pierre-Fabrègue, à Saint-Yrieix-la-Perche, 6, avenue du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny.

Au cours d’une douzaine de saynètes, la compagnie Entrées de jeu évoquera le quotidien de deux exploitants agricoles. Ce sera l'occasion d'aborder, avec une pointe d'humour, les multiples facteurs de stress auxquels ils doivent faire face : la lourdeur des tâches administratives, le devenir de l'exploitation familiale, les rapports parfois tendus avec les banques, le célibat, les aléas de la météo, la difficulté de partir en vacances…

Cette soirée théâtrale entre dans le cadre du plan de prévention des risques psychosociaux en agriculture déployé par la Caisse régionale de MSA du Limousin.

L’entrée est gratuite et ouverte à tous. N’hésitez pas à en parler autour de vous. Un verre de l'amitié clôturera la soirée et permettra d'échanger avec les comédiens.

Lire la suite

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
beau temps

10°

Limoges

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -