Des arbitrages prévus dans les dépenses

Des arbitrages prévus dans les dépenses

Publié le 05/03/2019

Ruralite > Collectivités >

Limoges Métropole. Premier débat d’orientation budgétaire pour la communauté urbaine : la règle imposée par Paris du planfonnement à 1,2 % continue de peser sur l’élaboration du budget. Pas de hausse de la fiscalité annoncée.

La veille de l’annonce du décès de Gérard Vandenbroucke (le 15 février), se tenait à Isle un conseil communautaire présidé par le premier vice-président de Limoges Métropole, Bruno Genest. Le débat d’orientation budgétaire était à l’ordre du jour, mais après la présentation d’Isabelle Briquet, vice-présidente en charge des finances, les remarques furent peu nombreuses et le débat tourna court.

Le dernier conseil communautaire qui s’est tenu à Isle le 14 février était présidé par le premier vice-président de Limoges Métropole, Bruno Genest. (Ph. Stéphane Monnet)

L’élue avait rappelé que la règle imposée par Paris des « 1,2 % » continuait de peser sur l’élaboration du budget. « En pratique, le plafond de dépenses autorisées pour 2019 est celui de 2017 majorée de 2,4 % », a indiqué Isabelle Briquet, qui a une nouvelle fois regretté que cette contrainte ne tienne pas compte de l’inflation, alors que le coût des prestations et des fournitures y est forcément soumis.

Après calcul, le passage en communauté urbaine devrait rapporter à Limoges Métropole un bonus de 2,9 M€, tandis que la dotation de compensation devrait baisser de 400 000 euros. « Le bonus, pour Limoges Métropole sera donc, au mieux, de 2,5 M€ » a calculé Isabelle Briquet. Quant à la dotation globale de fonctionnement, elle n’a cessé de baisser depuis 2013, affichant désormais une perte de 11 M€.

« Nous enregistrons une baisse de notre épargne brute, de l’ordre de 6,5 M€ sur la période 2013-2018 et il nous faut améliorer la situation pour que la communauté urbaine puisse continuer à investir », a plaidé Isabelle Briquet. Bruno Genest l’avait indiqué en introduction, cette amélioration de la situation ne passera pas par une augmentation de la fiscalité : « nous serons obligés de faire des arbitrages parfois difficiles dans nos dépenses. »

Fin de Jeunes en scène

Jeunes en scène, le tremplin musical organisé par l’Agglo au Zénith de Limoges ne devrait ainsi pas connaître de 4e édition. La manifestation n’ayant pas, selon les élus, « trouvé son public. »

Les Dirty Rodeo sur la scène du Zénith lors de la saison 3 de Jeunes en scène.

En guise de débat budgétaire, il a fallu se contenter de deux remarques du maire de Limoges qui voulait s’assurer qu’une part des nouvelles ressources irait bien à la voirie et une autre à l’université et à la recherche. Ce qui lui a été confirmé.

Émile-Roger Lombertie a été plus offensif lorsque le conseil s’est penché sur le rapport d’observations définitives de la Chambre régionale des comptes : « Je lis, page 66, que les grands équipements Aquapolis et Zénith ont été réalisés sans de réelles études des besoins... » Alain Rodet, qui ne prend pas souvent la parole, lui a répondu que s’il s’agissait juste de payer un cabinet d’études « pour avoir un gros pavé à vocation générale... ». Il a ajouté qu’à l’époque les élus, notamment Gérard Vandenbroucke pour le Zénith, avaient soigneusement étudié le dossier, « on a fait le tour de tout ce qui existait en France et même au-delà, on a été voir ce qui existait à Düsseldorf. »

Pour Isabelle Briquet, cette question des études préalables n’a pas de sens : « Fallait-il des études préalables ? On voit bien que la réussite est là. Si tout avait été rose et si tout allait bien, on serait peut-être passé en communauté urbaine plus tôt. Il faut optimiser les moyens qui sont les nôtres, au service de l’ensemble de nos communes, et aller de l’avant. »

La voirie était décidément une préoccupation du maire de Limoges ce 14 février. Citant toujours le rapport de la Chambre régionale des comptes, il a indiqué : « page 88, gestion de voirie : une plus grande transparence, pour progresser sur l’information et la concertation avec les communes... » Gilles Bégout, en charge de la voirie et des déplacements urbains, lui a fermement répondu : « Sur la voirie, tu le sais Émile, on a grandement simplifié. À une époque on se crêpait le chignon tous les ans. On a sécurisé le fonctionnement des communes, l’enveloppe est largement supérieure à ce qui était versé avant. Ce sont quand même les maires qui décident des investissements. On se rencontre régulièrement, on sait exactement, et vous le savez tous, où passe l’argent de la voirie en terme d’investissement. On ne peut pas dire aujourd’hui qu’on ne sait pas où passe l’argent. »

STÉPHANE MONNET

 

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Déjà abonné

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
assez ensoleillé

17°

Limoges

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -