Des robes et des chaises vides

Des robes et des chaises vides

Publié le 23/01/2020

Ruralite >

Les avocats du barreau de limoges, en grève, opposés à la réforme des retraites, ont même boycotté l’audience solennelle de rentrée du tribunal.

« Moi je veux mourir sur scène, devant les projecteurs... » La voix de Dalida pour accueillir les personnalités venues assister, lundi 20 janvier, à l’audience solennelle de rentrée du tribunal judiciaire de Limoges, voilà qui sortait de l’ordinaire.

Manifestation joyeuse des avocats devant l’entrée de la cité judiciaire à Limoges quelques minutes avant le début de l’audience solennelle de rentrée du tribunal. (Ph. S. M.)

En grève depuis deux semaines, opposés au projet de réforme des retraites, les avocats n’ont pas fait que reprendre le refrain en chœur, ils ont également boycotté « le rituel bien ancré », selon les mots du président du tribunal, Benoît Giraud, de l’audience solennelle de rentrée. « Nous restons dehors, a indiqué Me Frédéric Olivé, bâtonnier du barreau de Limoges. Nos robes sont installées de façon symbolique dans la salle d’audience pour montrer que nous souhaitons toujours être là, mais que pour l’instant nous n’y sommes pas. Lorsque les avocats auront disparu, il n’y aura plus de justice. C’est un mouvement historique. Il n’y a jamais eu, de mémoire, d’avocats de boycott véritable d’une audience solennelle de rentrée et c’est pourtant ce qui se fait sur toute la France aujourd’hui. » Le bâtonnier a encore estimé, outre la réforme qui menacerait directement la pérénnité de « 25 à 45 % des avocats de Limoges », que « depuis un an et demi nous sommes méprisés par les pouvoirs publics. On impose des réformes à pas forcés, qui ne profitent à personne ».

Chaises vides

Le procureur de la République de Limoges, Jean-Philippe Rivaud, a fait son intervention devant de nombreuses chaises vides...

Pendant les discours officiels, qui se sont tenus devant plusieurs rangs de chaises vides, le procureur de la République de Limoges, Jean-Philippe Rivaud a reconnu que « la noble profession d’avocats recouvre bien des réalités économiques. Nous savons que beaucoup de petits cabinets ne dégagent pas nécessairement un bénéfice aussi consistant que les images d’Épinal pourraient donner à le penser ».

De son côté, le président du tribunal a souhaité « qu’une issue au conflit social en cours soit trouvée rapidement afin de ne pas bloquer notre institution ».

Stéphane Monnet

Hors-Série

Hors-serie

Je commande le hors-série spécial championnat de tonte de moutons

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal Union & Territoires

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Déjà abonné

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
averses modérées

Limoges

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -