Dégâts de gibier : Une réunion historique

Dégâts de gibier : Une réunion historique

Publié le 03/11/2016

Agriculture > Cultures >

Depuis plusieurs mois, la FDSEA maintient une pression syndicale élevée sur les dégâts de sangliers. Ces derniers se sont multipliés et font peser une contrainte insupportable sur notre profession.

Une table-ronde de conciliation a été organisée le 26 septembre sous l’autorité de M. le préfet de la Haute-Vienne. Elle réunissait la fédération de la chasse, les syndicats représentatifs de l’agriculture et la Chambre d’agriculture. Au vu de l’enjeu pour toute la profession agricole du département, le président de la Chambre d’agriculture a porté la position unitaire des agriculteurs et les demandes dont nous étions convenus ensemble, entre professionnels, lors de la réunion préparatoire de la veille. 

Ces demandes sont exigeantes, à un niveau jamais porté auparavant par la profession mais la situation est grave et, sur certains secteurs, elle remet en question le maintien des exploitations. 

C’est pourquoi nous insistons sur la portée de ces mesures : elles doivent être départementales. C’est une nécessité à l’heure où l’on constate de fortes disparités de gestion cynégétique sur la Haute-Vienne. Dans certains secteurs, la cohabitation entre l’agriculture, activité économique, et la chasse, activité de loisirs, se passe bien. Dans d’autres, la pression des dégâts sur les cultures et les prairies est devenue intenable et les chasseurs ont perdu tout sens des priorités. 

Il faut ramener de la rationalité dans l’utilisation de l’espace rural. L’activité économique agricole, souvent fragilisée dans ces territoires, doit être préservée, tandis que le loisir ne peut passer en premier et n’exclut pas la responsabilité, notamment en matière de régulation, telle qu’elle est définie par la loi. 

M. le préfet de la Haute-Vienne a fait savoir durant la réunion qu’il partageait complètement cette vision des priorités et qu’il était mobilisé sur ce dossier pour que les agriculteurs cessent de subir les atteintes matérielles et morales dues à une gestion inadaptée du grand gibier. Des prélèvements plus importants sont absolument nécessaires et urgents, nous maintiendrons cette exigence. 

Face à notre détermination, la fédération de chasse se réunira en conseil d’administration pour examiner la suite à donner à nos demandes. Nous suivons ce dossier prioritaire et urgent de très près. 

Emmanuel Rabaud, président de la FDSEA 87.

Hors-Série

Hors-serie

Je commande le hors-série spécial championnat de tonte de moutons

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Déjà abonné

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
beau temps

24°

Limoges

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -