Il y a la clientèle pour les maisons d’hôtes

Il y a la clientèle pour les maisons d’hôtes

Publié le 18/04/2018

Ruralite > Emploi >

Tourisme. A l’occasion de l’assemblée générale de Gîtes de France Haute-Vienne, un point a été fait sur le terrain, à Mardaloux sur la commune de Saint-Martin-le-Vieux, à la maison d’hôtes tenue par Philippe et Sylvie Sallet.

À Mardaloux, sur la commune de Saint-Martin-le-Vieux, Philippe et Sylvie Sallet proposent deux chambres d’hôtes 4 épis accompagnées d’une piscine et d’un espace bien-être.

La maison de la famille Sallet n’était au départ pas destinée à cet usage. Une fois les enfants partis et Philippe à la retraite, le projet a germé et a pris corps. Cette ancienne ferme était déjà aménagée pour recevoir famille et amis. Puis il y a eu la construction de la piscine et l’aménagement de l’ancienne grange en espace bien-être – c’est-à-dire sauna, jaccuzi, ping-pong et bar –, un autre espace étant destiné aux amateurs de billard. Si la première chambre d’hôtes (dite la chambre des amis) est au cœur de la maison d’habitation, la deuxième, d’un style totalement différent, a été créée de toutes pièces derrière l’espace bien-être. C’est la chambre du capitaine, totalement indépendante de la maison d’hôtes. Les petits-déjeuners sont servis dans la salle commune où chacun peut aller à sa guise. Le soir, les clients sont orientés vers les restaurants du secteur, ou la cuisine leur est mise à disposition. Parfois une table d’hôte est organisée.

 Marie Dumaître et Philippe Sallet devant la maison d’hôtes.  (Ph. NP)

Accueillir quelqu’un chez soi

La clientèle se compose de vacanciers qui font une escale ou de professionnels. Il arrive que ce soient des gens du coin qui réservent pour des événements familiaux. « Dans les contrats que nous traitons à Gîtes de France, la région Nouvelle-Aquitaine est le premier pourvoyeur pour ce qui concerne la clientèle dite de proximité et la moitié vient de Haute-Vienne pour les gîtes. Les maisons d’hôtes sont davantage sollicitées pour des événements familiaux comme les mariages par exemple », indique Marie Dumaître, responsable de Gîtes de France Haute-Vienne.

« Le principe de la maison d’hôtes est d’accueillir quelqu’un chez soi. Il y a quelque chose qui se partage. C’est ce que viennent chercher les clients. Les adhérents de Gîtes de France sont partie prenante du développement de la notoriété du département par leur hospitalité puis leur disponibilité face aux demandes des usagers », souligne Marie Dumaître. Philippe Sallet complète : « On voit que les gens qui passent pour des raisons professionnelles recherchent chez nous autre chose que ce qui est proposé à l’hôtel. Nous faisons comme si nous recevions des amis. Quand nous avons ouvert il y a deux ans, nous avons choisi de faire ça pour nous distraire. Nous n’avons pas de pression économique particulière qui pourrait altérer cette relation avec le client» 

À Mardaloux, Philippe et Sylvie Sallet louent par l’intermédiaire de Gîtes de France et de Booking.com. Ce dernier intermédiaire permet de capter une clientèle étrangère plus importante. Le taux de fréquentation de cette maison d’hôtes est ainsi plus élevé que celui des autres maisons d’hôtes du département (+ 35 %).

Un label reconnu

Quand ils ont décidé d’ouvrir leur maison, Philippe et Sylvie Sallet se sont rapprochés spontanément de Gîtes de France car ce label permet de proposer des chambres sur l’existant. Et puis, « on a été client Gîtes de France en vacances, week-end, etc. On a eu l’occasion d’apprécier leur prestation. On les a donc contactés. Pour quelqu’un qui démarre ce type d’activité, leur accompagnement est primordial (état des lieux, mise en place, organisation…), sans oublier le cahier des charges qui est important. Avec les autres, on envoie des photos et c’est tout. Avec Gîtes de France, il y a une visite qui permet de déterminer le classement de l’hébergement, puis des notes sur internet qui sont vérifiées (NDLR : un code est nécessaire pour les publier) », ajoute Philippe Sallet. 
Gîtes de France a donc une histoire et une expérience reconnue sur le terrain, même si son activité est encore peu développée à l’international.

NATHALIE PÉNELOUX

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Déjà abonné

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
beau temps

Limoges

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -