Le CDG apprécie ses nouveaux locaux

Le CDG apprécie ses nouveaux locaux

Publié le 27/11/2018

Ruralite > Collectivités >

Inauguration. Le Centre départemental de gestion de la fonction publique territoriale de la Haute-Vienne a inauguré le 16 novembre ses nouveaux locaux au premier étage d’un immeuble de Chéops à Limoges.

En inaugurant les nouveaux locaux du Centre départemental de gestion de la fonction publique territoriale de la Haute-Vienne (CDG), les élus et la représentante de l’État ont mis symboliquement fin le 16 novembre au CDG d’en haut et au CDG d’en bas. « Les nouveaux locaux vont améliorer les conditions de travail d’une manière remarquable, s’est félicité Jean-Louis Nouhaud, président du CDG. Les agents sont désormais sur le même palier. »

Devant les nouveaux locaux du Centre départemental de gestion (CDG), à Cheops (Limoges), on reconnaît (de g. à dr) Marie-Ange Magne et Sophie Beaudouin-Hubière, députées de la Haute-Vienne, Jean-Louis Nouhaud, président du CDG, Michel Hiriart, président de la Fédération nationale des centres de gestion (FNCDG), Pascale Silberman, sous-préfète de Bellac et de Rochechouart, Jean-Claude Leblois, président du conseil départemental de la Haute-Vienne, Marie-Françoise Pérol-Dumont, sénatrice de la Haute-Vienne, Gérard Vandenbroucke, président de Limoges Métropole. (Ph. Stéphane Monnet)

Toujours situé à Chéops (Limoges), le CDG emménage au premier étage dans des locaux rénovés et lumineux qui ont été acquis en 2010. Le président Nouhaud est revenu sur les travaux et la location d’une partie de l’étage au Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT) : « On devait leur louer nos locaux pendant deux ans maximum, finalement, ce fut pendant sept ans. Avec le temps on oublie les choses qui se sont passées, le tout est de voir le présent et l’avenir. » Créé en 1986, le CDG a connu plusieurs localisations avant de s’installer à Chéops, comme les locaux de la Chambre d’agriculture de l’avenue du Général-Leclerc à Limoges ou plus récemment ceux du Safran à Panazol.

Soutien aux collectivités

« La vocation des CDG est de favoriser le développement des politiques publiques grâce à un personnel territorial qualifié et adapté aux besoins de notre société dans un contexte très évolutif, lié à la baisse des dépenses publiques et à la nécessaire maîtrise de la masse salariale, a souligné Michel Hiriart, président de la Fédération nationale des centres de gestion (FNCDG), qui avait fait le déplacement. Comment les petites collectivités feraient-elles pour gérer leur personnel et l’application du statut, s’il n’y avait pas les CDG ? »

Le statut de la fonction publique a été au centre des discours des intervenants. Après les annonces, fin octobre, de Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, sur la « généralisation du contrat », beaucoup y ont vu une attaque directe du statut de fonctionnaire. Michel Hiriart a redit, en présence des députées de la Haute-Vienne, Marie-Ange Magne et Sophie Beaudouin Hubière, que la FNCDG serait « attentive aux évolutions ».

Marie-Françoise Pérol-Dumont, sénatrice de la Haute-Vienne, a été, comme à son habitude, plus directe : « Je serai attentive à ce qu’il n’y ait pas de remise en cause du statut de la fonction publique territoriale. En tout cas, pour ma part, j’y serai violemment hostile. » Après avoir indiqué que la réforme de la fonction publique arriverait au Parlement en début d’année prochaine, Sophie Beaudouin-Hubière a rappelé l’esprit de la réforme  : « avoir une fonction publique plus agile, plus efficace, adaptée aux défis du XXIsiècle et aux attentes de nos concitoyens qui sont de plus en plus fortes. (...) Je veux être claire. Cela a été rappelé par Édouard Philippe et Olivier Dussopt, le statut des fonctionnaires sera préservé. »

Répondant à sa collègue qui assurait que le statut de fonctionnaire ne faisait plus rêver, Marie-Ange Magne est revenue sur son parcours personnel : formée au CDG, elle a été une contractuelle de l’État : « Je ne sais pas si la fonction publique fait rêver, en tout cas, moi, j’ai beaucoup appris et beaucoup apprécié mon travail de secrétaire de mairie ou mon travail dans la Recherche à l’université de Limoges. Je ne sais pas si ça fait rêver, mais ça pourrait ! »

STÉPHANE MONNET

 

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Déjà abonné

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
assez ensoleillé

Limoges

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -