J.-P. Denanot refuse que les agriculteurs paient pour l’embargo russe

J.-P. Denanot refuse que les agriculteurs paient pour l’embargo russe

Publié le 28/11/2014

Agriculture >

Jean-Paul Denanot, député européen, est satisfait de l’annonce orale du retrait de l’amending letter qui « revenait finalement à faire payer aux agriculteurs européens la crise géopolitique entre l’Europe et la Russie ».

«Les budgets européens rectificatifs 2014 et le budget 2015 n’ont pas été adoptés à l’issue de la conciliation budgétaire entre le Conseil, le Parlement et la Commission. La commission budget exige notamment que les 5 milliards d’euros d’amendes infligés par la Commission ou la Cour de justice européenne soient destinés à réduire le déficit des paiements et ne reviennent pas dans les caisses des États.

L’amending letter proposé par la Commission pour répondre à cette crise des paiements et qui consistait à réinjecter dans le budget général la réserve pour crises agricoles a crispé davantage les négociations.

Étant titulaire à la commission budget et suppléant à la commission agriculture, je me suis insurgé contre cette idée. Celle-ci revenait finalement à faire payer aux agriculteurs européens la crise géopolitique entre l’Europe et la Russie. J’ai également évoqué la nécessité de conserver cette réserve de crise, non seulement pour atténuer les effets du blocus russe vis-à-vis des exportations alimentaires européennes, mais aussi pour prévenir de nouvelles crises malheureusement probables, notamment celle du lait avec un effet collatéral sur la viande après l’abandon des quotas laitiers.

En effet, le risque de surproduction est grand dans un contexte de consommation qui tend à se réduire et qui entraînera inévitablement une baisse des cours. Je m’étais opposé, il y a 5 ans, à la suppression des quotas laitiers. Malheureusement, les faits sont en train de nous donner raison et j’en appelle à nouveau à un système de régulation des marchés. Si une solution n’était pas rapidement trouvée, le risque serait grand de voir disparaître bon nombre de petites exploitations laitières et même des exploitations d’élevage de vaches allaitantes qui paieraient la mise sur le marché de la viande de vaches laitières retirées de la production.

Sous la pression conjuguée du Conseil (avec notamment l’action de Stéphane Le Foll), de la commission agriculture du Parlement relayée pour partie par la commission budget, Kristina Georgieva, commissaire en charge du budget nouvellement nommée, a décidé (annonce orale pour l’instant) de retirer l’amending letter. »

Jean-Paul Denanot, député européen, membre de la commission budget et agriculture au Parlement européen

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal Union & Territoires


Consultez les annonces légales

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Déjà abonné

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
beau temps

Limoges

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -