La crise agricole et le parti républicain

La crise agricole et le parti républicain

Publié le 30/07/2015

Agriculture >

(De g. à dr.) Jérémy Sauty (élu en Creuse), Pascal Josse (FNB), Roland Pellenard (Opalim), Guillaume Guérin (les Républicains), Bernard Goupy (Chambre d’agriculture Haute-Vienne et Limousin), Joseph Dekkers (producteur laitier).

Le leader départemental des républicains (ex-UMP), Guillaume Guérin, avait convié la presse, vendredi 24 juillet, pour aborder la crise agricole. Il avait invité des responsables professionnels pour évoquer le sujet.

Guillaume Guérin a souligné que le plan du gouvernement comportait uniquement 100 millions d’euros d’aide et 500 millions d’euros de report. Pour lui, ce plan ne possède pas de volet pour conforter l’avance, il n’est qu’une réponse partielle sur le court terme. Bernard Goupy a indiqué : « ce plan va soulager certaines situations mais il n’y a pas de vision d’avenir. » Il a ensuite estimé que le gouvernement devait prioritairement stopper les surcharges administratives sur le social et surtout l’empilement des normes environnementales. Ces points pénalisent la compétitivité des exploitations.

Guillaume Guérin remarque que les prix en agriculture sont fixés à l’envers, et qu’il faudrait pour l’élevage un prix plancher indexé sur les coûts de production. Il a précisé : « il ne faut plus se faire dicter les prix par la grande distribution. » Il est vrai que la LME (loi de modernisation de l’économie) du 4 août 2008 avait donné plus de liberté à la grande distribution pour négocier les prix avec ses fournisseurs. L’objectif de Christine Lagarde était alors de faire baisser les prix pour relancer la consommation et ainsi créer des emplois. La FNSEA avait fortement critiqué cette loi sur ce point lors des débats parlementaires, hélas sans obtenir des avancées.

Aujourd’hui, les solutions proposées doivent être eurocompatibles. Les prix planchers ne sont pas les bienvenus. La fixation d’un prix plancher pour la viande bovine lors de la crise de la vache folle a été suivie de fortes amendes pour plusieurs membres de la filière bovine et du syndicalisme pour entrave à la concurrence. Dans la filière bovine, un prix plancher peut vite se retourner contre la production de notre région. Avant 1992, le système d’intervention avait permis à la production de taurillons d’origine laitière d’être rentable au prix de déclenchement, ce qui tirait vers le bas le prix des taurillons limousins qui avaient un marché, et n’allaient pratiquement jamais dans les frigos de l’intervention.

La problématique n’est pas simple et, en politique averti, Guillaume Guérin a indiqué : « Il y a plein de leviers possibles et ils ne sont ni de droite ni de gauche, ils sont de bon sens et ils devront être mis en place dans le cadre d’un consensus droite gauche. » Vu les débats à l’Assemblée nationale sur les sujets agricoles, on est encore loin de ce consensus.

T. G.

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal Union & Territoires


Consultez les annonces légales

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Déjà abonné

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
en partie ensoleillé

16°

Limoges

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -