La FDSEA et les JA disent stop aux contraintes pour sauver les productions locales

La FDSEA et les JA disent stop aux contraintes pour sauver les productions locales

Publié le 01/07/2014

Agriculture >

5

Le 24 juin, la FDSEA et les JA de Haute-Vienne ont répondu à l’appel national de mobilisation lancé par la FNSEA. Pour dénoncer les contraintes réglementaires de plus en plus nombreuses et mettre l’accent sur des enjeux commerciaux qui risquent de nuire gravement à l’élevage local, ils sont allés à la rencontre des consommateurs. Dès 11 h du matin, ils étaient rassemblés place Jourdan à Limoges. Tracts à la main, ils ont arpenté les rues pour capter l’attention des passants. Vers 12 h15, une dégustation de viande a commencé. Rien de tel pour séduire le consommateur, lui rappeler qu’en Haute-Vienne on sait produire de la qualité. Et que sans ces exploitants, les campagnes – comme les assiettes ! – seraient bien tristes et désertes...

Quid de l’élevage et de son avenir ?

« Le premier point de revendication concerne les contraintes qui se multiplient et grèvent peu à peu la compétitivité. Du coup, la filière viande française en pâtit car les GMS et la restauration hors domicile tendent à s’approvisionner ailleurs, là où la viande est moins chère... », remarque Bertrand Marquis, l’un des organisateurs de la manifestation. Si dans le centre de la France les revendications portaient essentiellement sur la révision du périmètre d’épandage des phytosanitaires, en Haute-Vienne il s’est agi d’évoquer avant tout l’élevage et son avenir. « Des inquiétudes émergent quant à l’idée de mettre en place un statut de l’animal dans la loi d’avenir, ajoute le responsable syndical. D’autre part, les tractations en cours aujourd’hui entre l’Union européenne et les États-Unis pour mettre en place des accords transatlantiques ne nous rassurent pas. C’est encore en discussion mais nous avons peur que l’élevage en pâtisse. » L’idée de voir arriver en France des viandes américaines, produites sans traçabilité et sans cahier des charges, à des coûts moindres est en effet loin de rassurer les producteurs !

Aussi, pour sensibiliser l’opinion, une dégustation était un moyen ludique, convivial et gastronomiquement « au top » !

N. P.

Christophe Lechevallier, secrétaire général de la FDSEA, rappelle aux participants les motifs de cette mobilisation.

Hors-Série

Hors-serie

Je commande le hors-série spécial championnat de tonte de moutons

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal Union & Territoires

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Déjà abonné

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
en partie ensoleillé

Limoges

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -