La FNB dénonce les pratiques de la grande distribution

La FNB dénonce les pratiques de la grande distribution

Publié le 30/04/2014

Agriculture > Bovins >

2

LaFédération Nationale Bovine a lancé une série d’actions syndicales sur tout le territoire. Les éleveurs veulent faire entendre leur colère face à des prix toujours plus bas. Ils dénoncent les pratiques de la grande distribution qui organise la baisse des prix à la production.

FNB grande distribution

Bertrand Marquis, administrateur à la FNB (Fédération Nationale Bovine), ne cache pas sa détermination : « Dans les jours qui viennent, il y aura d’autres actions. » En compagnie du président de la FNB, Jean-Pierre Fleury, et d’un groupe d’éleveurs, ils se sont présentés la semaine dernière dans un Carrefour de Créteil (94). Vêtus de tshirt orange portant la mention «Les producteurs de viande bovine en colère», ils ont inspecté la viande proposée aux consommateurs dans cette enseigne. Si Carrefour est passé maître dans l’air de faire de la communication autour de signature de charte de bonne pratique, dans les rayons, il en va autrement. Sur un étal proposant une promotion sur la viande charolaise, les éleveurs ont lu avec stupéfaction le détail de l’étiquette des morceaux présentés : « Offre spéciale Origine&Qualité Charolais. Type raciale : laitier. » Jean-Pierre Fleury a dénoncé un « grave défaut d’étiquetage » et malgré leur insistance, les éleveurs n’obtiendront aucune réponse satisfaisante du directeur du magasin.

Des prix tirés vers le bas

Bertrand Marquis constate que les clients ne font pas attention «au détail des étiquettes. Ils regardent avant tout le prix.» L’opération et les opérations à venir conduites par la FNB ont pour objectif de dénoncer les pratiques de la grande distribution. « En viande bovine, les prix à la production doivent impérativement augmenter pour restaurer la rentabilité de notre activité, écrit la FNB alors que les coûts et charges restent à leurs plus hauts niveaux. L’enjeu, c’est le revenu des producteurs, mais aussi la pérennité des emplois de toute la filière. La capacité de continuer à fournir aux consommateurs une viande avec toutes les garanties de traçabilité et de respect des normes de qualité et de production. Par rapport à son niveau de mi-2013, le prix moyen des bovins finis a perdu en moyenne 30 cts d’euros par kg carcasse (- 7,5 %). C’est l’équivalent de plus de 120 ede perte par bovin en moyenne. Les cours des animaux femelles de races à viande ont notamment perdu 50 cts par kg carcasse. Les cotations des bovins (au stade entrée-abattoir) sont en moyenne actuellement à 3,80 epar kg carcasse (dont Jeune bovin R 3,85 e_, Vache R 4,10_ s_, …). Or, les coûts de production en viande bovine demeurent dans le même temps à leurs plus hauts niveaux. L’Indicateur Mensuel de Coût de Revient du Jeune Bovin viande, calculé par l’Institut de l’Elevage, s’établit ainsi à 4,50_ epar kg carcasse. Il faudrait une revalorisation de l’ordre de 70 cts d’euros par kg carcasse pour rééquilibrer l’activité. Dans le même temps, la FNB remarque que le prix de la viande bovine réclamé au consommateur a augmenté en moyenne de 3,4 % sur 12 mois (source Panel Kantar). La tendance à la hausse des prix consommateur ne s’est pas inversée depuis juillet 2013, alors que les cours des bovins ont fortement chuté sur cette période (- 7,5 % en moyenne).»

Bertrand Marquis invite les éleveurs a resté mobilisés. « Ce type d’action va se poursuivre localement, dans la grande distribution et dans les chaînes de restauration rapide. La pression mise sur les éleveurs pour faire baisser les prix des animaux n’est pas tolérable. En Limousin, on le ressent peut-être un peu moins, mais les prix sont tirés vers le bas. On ne travaille pas pour le plaisir, on veut aussi gagner notre vie. La grande distribution n’en tient pas compte, alors que nous leur présentons des études chiffrées réalisées chez nos éleveurs, avec nos coûts de production. .Les actions vont continuer. »

S. M.

La vidéo de l’action à Créteil est visible sur internet : http://www.dailymotion.com/video/x1s8fjz_fnb-action-carrefour-creteil_news. Le lien est également à retrouver sur le site internet de L’Union Agricole : www.terredactu.com

Concernant cette action vous pouvez également regarder cette vidéo tournée dans un magasin Carrefour.

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal Union & Territoires


Consultez les annonces légales

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Déjà abonné

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
beau temps

16°

Limoges

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -