La méthanisation vise 30 % de biogaz d’ici 10 ans

La méthanisation vise 30 % de biogaz d’ici 10 ans

Publié le 19/12/2019

Agriculture >

Notre dossier de cette semaine est consacré à la méthanisation. Alors que la transition énergétique s’invite régulièrement dans l’actualité, nous vous proposons une visite sous ces drôles de dômes qui cachent un « processus biologique de dégradation de la matière organique, par des bactéries, en absence d’oxygène et en conditions contrôlées », comme disent les techniciens. Car le sujet est d’abord technique. Pascal Vincent, qui a installé à Saint-Paul une unité de méthanisation à la ferme, ne cache pas que cela demande chaque jour des connaissances spécifiques et un suivi rigoureux. Son installation d’une puissance de 250 kWé engloutit chaque jour 18 tonnes de matière brute, aussi appelée biomasse, ou gisement. En extrapolant à la louche, il pourrait alimenter en électricité 350 foyers. La méthanisation ne sera donc qu’un moyen parmi d’autres pour réussir le pari de la transition et dépendre le moins possible des énergies fossiles.   

Cliquez sur la photo pour télécharger le dossier.
Le chemin reste long. La consommation actuelle de gaz issu des élevages représente 0,25 % de la consommation totale de gaz en France. L’objectif du gouvernement est de grimper à 10 % d’ici 2030. En Nouvelle-Aquitaine, les élus du Conseil régional visent même les 30 % de biogaz toujours en 2030, mais en englobant tous les types de méthaniseur, pas seulement les installations agricoles.
En tout cas, une majorité de responsables professionnels sont d’accord pour dire que la voie de la méthanisation ne doit pas être négligée par les agriculteurs. Soixante-douze unités fonctionnent actuellement sur la région, et Dominique Graciet, président de la Chambre régionale d’agriculture, espère voir dans les années à venir un maximum de projets, « pourvu que la plus-value revienne en grande partie dans la production agricole pour accompagner la rentabilité des exploitations qui est en berne ».

Stéphane Monnet

Hors-Série

Hors-serie

Je commande le hors-série spécial championnat de tonte de moutons

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal Union & Territoires

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Déjà abonné

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
pluie modérée

Limoges

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -