La ventilation doit débuter à la récolte

La ventilation doit débuter à la récolte

Publié le 03/08/2019

Agriculture >

Stockage des céréales. Pour optimiser la conservation des grains et limiter la prolifération des insectes, une bonne ventilation est conseillée dès la récolte. Son objectif : faire baisser la température.


La ventilation est la méthode la plus couramment utilisée pour refroidir les céréales stockées, en cellule ou en case à fond plat, et conserver leurs qualités nutritionnelles, sanitaires et technologiques. Néanmoins, il faut être stratégique et conduire au mieux la ventilation pour réussir à refroidir efficacement le grain. Cela commence dès la mise en stockage des grains, c’est-à-dire dès que la température de l’air de ventilation est inférieure de 10 °C à celle des grains. L’objectif est de réduire rapidement  l’activité respiratoire des grains et de maîtriser le risque de développement de moisissures.
Par ailleurs, abaisser une première fois la température des grains jusqu’à un niveau voisin de 18-20 °C permet de préparer les paliers suivants pour lutter contre les insectes.
 Effet de la température sur l’activité biologique des insectes. (Diag. Arvalis)

Attention à ne pas retarder le premier palier de ventilation
Une première ventilation de refroidissement appliquée tardivement, en septembre voire octobre, est préjudiciable à la préservation des qualités nutritionnelles et sanitaires de la céréale stockée. Les grains chauds en provenance du champ ont une activité physiologique qui consomme ou dégrade leurs constituants. Cette activité est d’autant plus intense que leur température est élevée. Cette température reste élevée aussi longtemps qu’il n’y a pas de ventilation avec de l’air plus froid.
L’application d’un premier palier a également pour intérêt de préparer l’abaissement progressif de la température pour éviter les risques de condensation lors d’écarts trop importants (12 °C et plus) entre la température extérieure et la température de la masse des grains. De tels écarts génèrent le point de rosée au contact de la surface la plus chaude, c’est-à-dire dans le stock.

Quelques recommandations
• Mettre en silo un grain propre, sans brisures, afin de ne pas obstruer l’espace interstitiel entre les grains et favoriser une bonne ventilation.
• Les graines de petite taille (colza en particulier, par opposition à du maïs) offrent moins d’espace libre pour l’écoulement de l’air. Il faut disposer d’un ventilateur capable de fournir une pression suffisante pour vaincre cette résistance. Mais attention ! le réchauffement de l’air en sortie de ventilateur sera d’autant plus marqué. La pression à fournir est d’autant plus élevée que l’épaisseur de la masse de grains à traverser est grande.
• La pression est également fonction de la vitesse de l’air, qui est elle-même fonction du débit et de la section du silo.
• Sur un plan pratique, s’assurer que l’air traverse bien toute l’épaisseur de la masse de grain. Pour cela, il faut vérifier que l’air circule au-dessus des cellules à l’aide d’une feuille très légère par exemple.
• L’installation d’un automatisme de démarrage/arrêt du ventilateur est recommandée. La consigne de démarrage doit prendre en compte l’échauffement. Par exemple, pour un objectif de température des grains de 18 °C avec un échauffement de l’air estimé à 5 °C, il faut caler la consigne à 13 °C (18-5).

Astuces pour bien ventiler
Le volume d’air nécessaire  pour que 1 000 m3 de grains atteignent la température souhaitée varie selon les caractéristiques de l’air de ventilation (température et hygrométrie) et du grain. Il est généralement compris entre 700 et plus de 2 000 m3 d’air/m3 de grains. Toute ventilation nécessite donc un contrôle final.
Source : C. Renaud, K. Crepon et  M. Cabacos (Arvalis - Institut du végétal)

Trois paliers de ventilation : La première phase de ventilation doit permettre d’atteindre rapidement une température de 18 à 20 °C, une température qui permet d’organiser les différentes démarches pour lutter contre les insectes.
 Ensuite, deux autres paliers de ventilation suivront en automne. Le deuxième devra permettre d’atteindre une température de 12 °C et le troisième de 5 °C (cette température a pour objectif de tuer les insectes et leurs larves, ce qui évite une réinfestation brutale quand le grain se réchauffe au printemps).

Comment ventiler
• Certains silos sont équipés d’un système (gaines de ventilation par exemple) qui permet d’assurer la ventilation grâce à un ventilateur placé en extérieur. Attention ! un tuyau de drainage ne peut pas faire office de gaine de ventilation (taux de perforation insuffisant et forme annelé qui offre une résistance à l’air trop importante).
• Systèmes de ventilation des céréales par aspiration :  
— Des colonnes (de 3 m à 12 m de haut) sont installées au moment de la récolte dans le bâtiment qui recevra les céréales. Leur hauteur est modulable en fonction du niveau de remplissage. Un aspirateur de 1,5 cv ou 3 cv est placé en haut de chaque colonne pour assurer la dépression (la circulation de l’air s’effectue de haut en bas à travers les céréales). Elles laissent le bâtiment libre après usage. Elles nécessitent une faible puissance électrique et elles représentent un investissement et un coût d’utilisation modérés.
— Un système mobile fonctionne de la même manière. C’est un tube de 2,30 m avec un manche qu’il faut visser dans le tas après le stockage. Il peut être utilisé en préventif si le système de ventilation est insuffisant ou inexistant ou en curatif pour maîtriser les points de chauffe.
Pour accroître l’efficacité de la ventilation, en homogénéisant le tas de grains et en permettant de limiter les points chauds, l’emploi d’une vis de remuage autopropulsée est conseillé. Après avoir choisi la longueur de vis, l’appareil est installé au sommet du tas puis avance par autopropulsion (le grain est brassé et ressort par une trémie). Deux systèmes de guidage existent en rotation concentrique ou circulaire. (source : www.fontaine-silo.com)

Hors-Série

Hors-serie

Je commande le hors-série spécial championnat de tonte de moutons

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Déjà abonné

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
en partie ensoleillé

18°

Limoges

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -