Le Contrat de solutions, une initiative à faire connaître

Le Contrat de solutions, une initiative à faire connaître

Publié le 23/06/2019

Agriculture >

Phytosanitaires. Éric Thirouin était au Salon de l’agriculture de Nouvelle-Aquitaine pour présenter le Contrat de solutions, un document de travail sur les alternatives aux phytosanitaires.

Après une visite aux Culturales à Poitiers, Éric Thirouin, président de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB) et secrétaire général adjoint de la FNSEA, a fait un détour par le Salon de l’agriculture de Nouvelle-Aquitaine, avec pour objectif de présenter le Contrat de solutions.

• Éric Thirouin, vous êtes président du comité de pilotage du Contrat de solutions, en quoi consiste cette démarche ?
Éric Thirouin : Le Contrat de solutions, ce sont d’abord quarante-quatre organisations, de la recherche-développement, des organisations agricoles, de la formation, etc. réunies autour d’un constat sur le sujet des produits phytosanitaires. Aujourd’hui, les interdictions sans solutions alternatives et qui mènent les agriculteurs dans des impasses, ça suffit. Toutes ces organisations se sont rassemblées pour trouver ensemble les solutions de demain et répondre à une attente sociétale très forte sur l’usage et l’impact des phytosanitaires. Le propos est le suivant : d’accord pour la réduction des phytos mais pas d’interdiction sans solutions alternatives. 
Le premier contrat a été passé il y a un an et comportait 36 fiches solutions. Il est complété tous les six mois. Un nouveau complément au contrat sera fait en juillet prochain. Durant ce laps de temps, nous travaillons sur de nouvelles solutions. Nous étudions leurs impacts, leur capacité de développement en termes de réduction d’usage, le rapport coût/gains. Il y a des solutions rentables, d’autres en revanche sont coûteuses. Il faut alors regarder comment lever les freins réglementaires ou financiers. Souvent, on s’adresse aux pouvoirs publics avec cette question : vous demandez des efforts aux agriculteurs mais que faites-vous pour les accompagner ?
Un exemple : une possibilité pour réduire les herbicides consiste à déchaumer plus souvent. Or la réglementation (SIE) interdit de toucher au sol. Peut-être faut-il assouplir cette réglementation. Autre exemple, il existe un outil d’aide à la décision pour la production de pommes de terre, Mileos, qui permet de réduire les passages de fongicides. Pour que cela fonctionne, l’outil a besoin de données météo. Nous avons donc demandé au gouvernement de pouvoir accéder aux données de Météo France. Ce sont ces actions toutes simples que l’on veut mettre en place pour répondre plus rapidement aux attentes de la société. Le Contrat de solutions nous permet aussi de communiquer en direction du grand public. L’agriculture souffre d’une mauvaise image. On a l’impression que nous ne faisons rien alors que nous travaillons depuis des années sur le sujet.
Propos recueillis par Pascale Dumont

Hors-Série

Hors-serie

Je commande le hors-série spécial championnat de tonte de moutons

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal Union & Territoires

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Déjà abonné

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
pluie modérée

14°

Limoges

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -