Limoges-Angoulême au cœur des échanges

Limoges-Angoulême au cœur des échanges

Publié le 23/09/2018

Ruralite > Transports >

Mobilité. Le comité de lignes TER organisé par la Région à Limoges a fait salle comble. Ils ont été nombreux à dénoncer la fermeture d’une partie de la liaison Limoges-Angoulême, sans pour autant obtenir de réponses.

(De g. à dr.) Richard Depuichaffray, responsable du bassin mobilité à la Région Nouvelle-Aquitaine ; William Jacquillard, conseiller régional ; Jacky Émon, conseiller régional en charge du TER et de l’intermodalité ; Alain Autruffe, directeur territorial SNCF Réseau. (Ph. Stéphane Monnet)

La phrase de trop a été prononcée par Alain Autruffe, directeur territorial SNCF Réseau. Le comité de ligne sur l’étoile ferroviaire de Limoges avait commencé depuis un petit moment déjà. Plusieurs personnes avaient dénoncé l’arrêt de la liaison TER Limoges-Angoulême (le train ne va pas au-delà de la gare de Saillat - Chassenon depuis mars). Joël Ratier, président de la communauté de communes de Porte océane du Limousin, s’était déjà emporté : « Il est difficile de positiver sur cette ligne. Je ne veux pas que chacun se renvoie le mistigri mais quand y aura-t-il des travaux ? De quelle nature ? À quelle date est prévue la réouverture ? En attendant, j’aimerais qu’on ait de l’audace et qu’on expérimente un vrai cadencement entre le bassin d’emploi de Saint-Junien, entre Saillat et Limoges. Et je note que le car qui se substitue sur la portion Saillat-Angoulême n’est pas fichu de tenir les horaires. » À toutes les questions soulevées, Alain Autruffe a répondu : « Quel est le projet de services ? Il n’est pas forcément pertinent de consacrer des dizaines voire plus de 100 millions d’euros pour quelques trains par jour... »

Suite aux vives réactions de la salle, il est revenu sur ses propos, assurant ne pas avoir évoqué la pertinence de cette ligne face à l’axe 2x2 voies RN 141. Jacky Émon, conseiller régional en charge du TER et de l’intermodalité, qui présidait la réunion, a dû intervenir plusieurs fois. Sur ce sujet, il a rappelé que la Région était « prête à participer à un plan rail, que chacun précise le niveau de ses engagements et qu’on planifie les travaux, en tenant compte des urgences, mais, à ce jour, nous n’avons pas eu de réponses du côté de l’État ».

L’élu a assuré qu’il allait suivre le dossier de près et se déplacer à Chasseneuil, interpellé par l’intervention de Nicolas Mazurier, proviseur du lycée des métiers Pierre-André-Chabanne : « Cette situation d’abandon de la ligne entre Angoulême et Chasseneuil impacte et va impacter l’avenir du lycée professionnel. À moyen terme, dans les 5 ans, il va perdre entre 25 et 35 % de son effectif. Les jeunes d’Angoulême sont obligés d’être internes dans mon établissement et du coup je ne peux plus prendre certains jeunes qui venaient de plus loin. Six ans que je fais des comités de ligne, six ans qu’on est dans une chronique annoncée de cette situation. »

Limoges-Poitiers

Sur Limoges-Poitiers, Samuel Roger, responsable du pôle études et développement de l’offre TER à SNCF Mobilités, a reconnu que la fermeture temporaire entre Limoges et Le Dorat, les travaux, les limitations de vitesse de circulation, une mauvaise gestion des bus de remplacement ont conduit à « une forte diminution de trafic sur la ligne en 2017. Mais pour 2018 les résultats sont meilleurs et semblent stabilisés ».

Tous les problèmes ne sont pas réglés, car si la partie Le Dorat-Poitiers a été rénovée entre 2007 et 2013, des mouvements de terrain sous la plateforme supportant le ballast ont été détectés. « On constate que ça bouge, a confirmé Alain Autruffe. On a des investigations délicates à mener pour essayer de comprendre ce qui se passe. En fin d’année, nous aurons un retour et ensuite on verra quelles mesures on peut prendre, nécessairement lourdes. Ces désordres étaient connus mais se sont aggravés. »

S. M.

Il est possible de visionner le replay de ce comité de ligne.

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Déjà abonné

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
bien ensoleillé

Limoges

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -