Moins de portables plus de sérénité

Moins de portables plus de sérénité

Publié le 07/09/2018

Ruralite > Collectivités >

Éducation. Dans les 34 collèges haut-viennois, 14 398 élèves étaient attendus pour la rentrée. Jean-Claude Leblois a redit aux personnels (hors Éducation nationale) qu’il n’y aurait plus de remplaçants, contrainte budgétaire oblige.

Lors de la rentrée des classes dans les collèges haut-viennois, ce 3 septembre, chacun avait ses préoccupations. Les professeurs principaux, bien sûr, avaient en charge d’accueillir les nouveaux, tout droit arrivés des écoles primaires.

(De g. à dr.) Fabrice Escure, conseiller départemental, Jean-Claude Leblois, président du Conseil départemental, Christine Gavini-Chevet, rectrice, Chérifa Tlemsani, conseillère départementale, et Rémy Viroulaud, conseiller départemental et élu de la ville de Limoges, devant une classe de 6e au collège Bernart-de-Ventadour (Limoges). (Ph. Stéphane Monnet)

Les élèves s’inquiétaient : les téléphones portables étaient-ils désormais interdits dans l’enceinte de l’établissement ? À Ventadour, la réponse est venue de la rectrice d’académie, Christine Gavini-Chevet, en visite de rentrée avec le président du Conseil départemental, Jean-Claude Leblois, et le préfet de la Haute-Vienne, Raphaël Le Méhauté. « L’usage du téléphone portable est effectivement interdit, a-t-elle confirmé. Quand un élève lui a demandé pour quelles raisons, elle a expliqué aux 6e présents devant elle : « Vous allez voir, c’est un grand bonheur de passer un certain temps dans la journée sans regarder son téléphone. Le téléphone portable ça devient un peu comme une addiction, on a tendance à le regarder de plus en plus et après on ne peut plus s’en passer, et après on est malheureux et on apprend moins bien. Alors que là vous allez avoir toute la journée de travail sans téléphone, sans sonnerie, sans préoccupations qui viennent de l’extérieur, vous allez pouvoir apprendre en toute sérénité. »

45 nationalités

Le préfet de la Haute-Vienne avait lu que le collège Ventadour abritait 711 élèves de quarante-cinq nationalités différentes. « C’était l’an passé », a reconnu Florence Duverneix, principale adjointe, avant d’estimer que cela devrait être similaire cette année. « On a des élèves issus de quartiers, mais aussi des élèves à besoin particulier, des élèves qui viennent des communes voisines, il n’y a pas qu’une mixité sociale ; mais en tout cas leschoses se passent bien. »

À quelques kilomètres de là, au collège Pierre-Desproges de Châlus, les cuisiniers et les agents chargés du restaurant scolaire avaient la préoccupation de réussir le premier repas de l’année : cuisse de poulet fermier bio et frites. Beaucoup de viande restait pourtant dans les assiettes à la fin du repas. Les enfants d’aujourd’hui ne décortiquent pas le poulet qu’ils ont pris l’habitude de manger en nuggets...

Agrilocal

Le président du Département a d’abord vanté les mérites d’Agrilocal, la plateforme qui a permis à vingt-huit collèges de cuisiner des aliments produits localement : 155 000 e de produits ont ainsi été commandés en 2017. Le surcoût pour les établissements de 32 400 e a été pris en charge par le Département.

Il avait également deux messages à faire passer aux adjoints techniques territoriaux des établissements d’enseignement (ATTEE) : « Je suis venu pour vous dire toute l’importance qu’on accorde aux collèges et aux personnes qui y travaillent. Ce que vous faites ne passe pas inaperçu. Mais je ne vais pas vous surprendre en disant que le contexte budgétaire auquel est soumis le Département aujourd’hui est difficile. Quand quelqu’un manquera dans une équipe, il n’aura plus de remplaçant. La contrainte budgétaire imposée par le gouvernement actuel ne nous permettra pas de le faire. »

STÉPHANE MONNET

 

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Déjà abonné

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
bien ensoleillé

16°

Limoges

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -