Mortalité en hausse sur la route en 2018

Mortalité en hausse sur la route en 2018

Publié le 04/01/2019

Ruralite > Transports >

Sécurité routière. Information, sensibilisation et sanction, tels sont les outils pour réduire les accidents corporels et la mortalité routière.

L’année 2018 aura été meurtrière sur les routes haut-viennoises. Le document général d’orientation de la sécurité routière 2018-2022 était présenté le 18 décembre à Limoges en même temps qu’un bilan provisoire faisant état d’une augmentation du nombre de morts sur la route. « Nos chiffres ne sont pas bons », a regretté Seymour Morsy, préfet de la Haute-Vienne, avant de rappeler que les accidents ne sont « jamais la faute à pas de chance » mais des erreurs humaines et bien souvent de coupables imprudences. « Ce sont avant tout des drames humains, pas des statistiques. »

Des brochures font le point sur certains risques ou catégories d’usagers. (Ph. E. Dueso)

Constats nationaux et locaux

Signé entre les différents partenaires impliqués dans la sécurité routière, le document d’orientation définit les axes prioritaires d’action, nationaux et locaux. Le risque routier professionnel est la cause principale d’accident mortel du travail et représente la moitié des personnes tuées (dont le trajet est connu) en Haute-Vienne sur la période 2012-2016 (soit dix points de plus que la moyenne nationale). « Parmi les risques routiers, les accidents liés aux trajets effectués en mission sont moins nombreux et moins meurtriers que ceux liés aux trajets domicile-travail. À noter que les trajets professionnels ont lieu majoritairement en agglomération », souligne le document. « L’unité urbaine de Limoges (composée des communes de Condat-sur-Vienne, Couzeix, Feytiat, Isle, Limoges, Le Palais-sur-Vienne et Panazol) représente 47 % de la population et correspond à plus de 70 % de l’accidentalité routière de celle-ci avec la commune de Limoges qui comptabilise 79 % des accidents de l’unité urbaine et 58 % des accidents dans le département. »

Cependant, l’espace rural reste le théâtre des accidents les plus graves. « Sur la période 2012-2016, le milieu « en agglomération » représente les deux tiers des accidents corporels. Par contre la mortalité de ce milieu n’est que de 19 %, ce qui représente à peine un tué sur cinq. En revanche, la mortalité est sur-représentée dans le milieu « hors agglomération et hors autoroute » avec trois tués sur quatre pour seulement un accident corporel sur quatre.»

« Presque la totalité des accidents mortels on lieu en zone rurale et le problème principal, c’est souvent la vitesse », déplorait Daniel Boisserie, président de l’Association des maires ruraux avant de saluer les efforts déployés par les municipalités pour financer des ronds-points. « L’avantage, c’est de casser la vitesse. » Pour les plus petites communes, la compétence voirie est toutefois difficile à assumer : elle représente « la plus grosse partie du budget, voire la totalité pour certaines ». Pour Daniel Boisserie, l’irrespect des règles et en particulier de la priorité aux piétons est une spécificité française et il a constaté, même en Europe du Sud, une plus grande prudence à cet égard. Bruno Robinet, procureur de la République par intérim, a fait le même constat : « La culture de la priorité aux piétons n’est pas intégrée chez nous », avant de rappeler que la délinquance routière était traitée comme telle. « Dans le parcours pénal des conducteurs meurtriers, on s’aperçoit qu’il y a eu de multiples avertissements. Au parquet, nous n’hésitons pas à déférer pour des infractions routières. Quand une personne se fait prendre pour la troisième ou quatrième fois, nous considérons que nous avons affaire à une personne dangereuse. » Toutefois, les mesures pénales « trouvent rapidement leurs limites » et interviennent « quand l’irréparable est fait ». L’alcool est présent dans plus d’un tiers des accidents mortels en Haute-Vienne. Il est aussi à noter que le département affiche un taux d’accidents corporels avec consommation de stupéfiants de 21 %, deux fois plus élevé que la moyenne nationale.

Publics prioritaires

L’accent est donc à mettre sur l’information et la prévention, notamment auprès des jeunes et des seniors, sur-représentés dans les accidents corporels. Les jeunes âgés de 18 à 24 ans sont impliqués dans plus du tiers des accidents en Haute-Vienne tandis que les seniors de plus de 65 ans représentent 23 % des accidents corporels et 21 % des personnes tuées, soit en tant qu’automobiliste, soit en tant que piéton.

Ces constats interviennent alors que de nouveaux modes de déplacement (trottinettes électriques ou rollers) empiètent sur les trottoirs. Les principales victimes d’accidents en tant que piéton sont les enfants et les personnes de plus de 75 ans. Le document d’orientation prévoit de multiples actions d’information et de sensibilisation en direction des publics et en particulier des plus touchés par l’accidentalité.

ESTELLE DUESO

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Déjà abonné

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
bien ensoleillé

Limoges

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -