Portrait : Noémie Bourdiol, médiatrice cinéma

Portrait : Noémie Bourdiol, médiatrice cinéma

Publié le 01/03/2020

Ruralite > Collectivités >

 

Noémie Bourdiol, médiatrice cinéma en Haute-Vienne, travaille depuis deux ans à soutenir et mettre en valeur quatre salles de cinéma indépendantes menacées par une grande concurrence.

Noémie Bourdiol, médiatrice cinéma. (Ph. Noémie Bourdiol)

Noémie Bourdiol exerce en tant que médiatrice cinéma sur le territoire de la Haute-Vienne depuis deux ans. Son poste ainsi que celui de dix-neuf autres postes de médiateurs cinéma ont été créés il y a trois ans par le Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC) et la Région Nouvelle-Aquitaine. L'objectif est de venir en appui des salles de cinéma indépendantes menacées par la concurrence des multiplex, plateformes de streaming... Noémie Bourdiol est alors en appui des salles de Saint-Léonard-de-Noblat (Le Rex), Saint-Junien (Ciné-Bourse), Eymoutiers (Le Jean-Gabin) et Saint-Yrieix-la-Perche (Arévi).

Envie de voir autre chose

Originaire de la région parisienne, la jeune femme a commencé son parcours cinématographique en se lançant dans une licence de médiation culturelle : " À l'époque la spécialité cinéma n'existait pas dans cette licence, c'était plutôt pour les musées. Mais j'ai toujours su que je voulais travailler dans le cinéma, pas dans la création mais dans la diffusion, pour faire connaître, mettre en valeur..." Noémie a enchaîné avec un master en gestion du patrimoine audio-visuel à l'INA avec une orientation cinématographique. Elle a ensuite travaillé pour le festival documentaire " Les écrans documentaires " en région parisienne. Ayant envie de voir autre chose, c'est ainsi qu'elle est arrivé en Haute-Vienne pour ce poste de médiatrice cinéma.

Ça prend beaucoup de temps

Après deux années d'expérience, Noémie Bourdiol avoue que son travail prend du temps. Son but est de créer du lien entre les quatre salles de cinéma dont elle est référente. Un moyen d'augmenter leur visibilité, d'avoir plus de poids dans la communication, de créer des événements communs, de partager les frais lorsqu'ils font venir un réalisateur par exemple, d'échanger des bonnes pratiques... Elle constate tout de même une évolution au niveau des spectateurs avec une augmentation sur les films arts et essais et jeune public. Le message qu'elle veut faire passer au public est de " venir dans les salles soutenir la proximité. Ce sont des lieux plus intimistes, plus sympas, ce n'est pas juste aller voir un film, c'est voir des gens, des intervenants, c'est presque un acte militant. Et les tarifs sont bas ! "

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal Union & Territoires


Consultez les annonces légales

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Déjà abonné

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
en partie ensoleillé

16°

Limoges

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -