Réfléchir à la question du retour du loup

Réfléchir à la question du retour du loup

Publié le 04/12/2018

Agriculture >

Projection-débat. L’association Préservons nos troupeaux des loups en Limousin a organisé le 23 novembre à l’Hôtel du Département la projection du documentaire L’Heure des loups, en présence du réalisateur Marc Khanne.

près la projection de son documentaire L’heure des loups, le réalisateur Marc Khanne a longuement discuté avec le public présent et donné sa vision du loup. (Ph. Stéphane Monnet)

Àl’invitation de l’association Préservons nos troupeaux des loups en Limousin, deux projections du film L’Heure des Loups ont été proposées en présence du réalisateur. Marc Khanne réalise des films documentaires depuis une quinzaine d’années. Dès 2007 il s’est intéressé aux Cévennes et à l’agropastoralisme*. En 2015, alors qu’il commence un nouveau film sur le sujet, l’un des éleveurs qu’il suit subit des attaques de loup, revenu en Lozère. Mark Khanne décide alors de se concentrer sur cette question. « Le film que vous allez voir est le résultat de trois ans de travail, de réflexions, d’enquête. C’est le temps qu’il faut pour avoir une image un peu objective, mais je crois qu’au bout de ses 52 minutes, le film apporte plus de questions que de solutions. »

Servi par de belles images et de très nombreux témoignages, le documentaire dresse un portrait clairvoyant de la situation actuelle : pendant 100 ans, le loup avait disparu de France et d’immenses espaces, non propices aux cultures, étaient désormais dévolus à l’élevage et au pastoralisme. Le retour du loup rebat les cartes. « Quand je tourne la scène où les éleveurs rassemblent 3 000 brebis pour montrer aux gens ce que représente le nombre de bêtes tués par le loup en quatre mois, s’est souvenu Marc Khannenous sommes en 2016. Cette année-là, le loup a officiellement tué 10 000 brebis. En 2017, nous sommes à 12 000. Une augmentation de 20 % en un an. Cette année, on compte 400 brebis de plus si on compare aux chiffres de l’an passé à la même période. »

Le loup tue mais ne se montre pas. Il est l’un des deux grands absents du documentaire. Il apparaît sous forme de dessins, mais peu en images. Filmer un loup est une gageure. « Jean-Michel Bertrand, pour faire son film La Vallée des loups, a passé trois ans à se cacher dans la montagne et finalement il a réussi à filmer des loups pendant dix minutes », a constaté Marc Khanne, dont le but n’était pas de filmer le loup mais bien l’impact de son retour sur des territoires habités et exploités par l’Homme.

Le second absent, comme l’a fait remarquer un spectateur, c’est l’État. « Pendant les trois ans que j’ai passés à faire ce film, a raconté le réalisateur, personne d’officiel n’a accepté de me parler, ni de la DDT, ni de l’Office national des forêts, ni des Cévennes, des Parcs alpins, ni la préfecture. Je n’ai pas eu le droit de filmer quand les gardes venaient constater une prédation. Il y a une très grande méfiance des autorités sur cette question. »

Le documentaire met également en avant les contradictions portées par les défenseurs du loup. Ils défendent souvent l’animal tout en dénonçant les méfaits de l’agrobusiness. Ils iront militer pour le retour du loup et contre la ferme des mille vaches. Mais pour un berger, pour un éleveur de brebis, le plus simple et le plus efficace pour se prémunir du loup, c’est de laisser enfermés ses animaux dans des bâtiments et de tirer un trait sur le pastoralisme dont tant de paysages ont magnifiquement bénéficié dans les Cévennes, comme ailleurs.

STÉPHANE MONNET

* Aigoual, la forêt retrouvée, 2007, Grand Prix du film nature environnement - Bergers de l’Aigoual, éleveurs des Causses et Cévennes, 2013, mention spéciale au Festival du pastoralisme.

 

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Déjà abonné

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
assez ensoleillé

Limoges

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -