Réforme territoriale : le Limousin veut conserver de la proximité

Réforme territoriale : le Limousin veut conserver de la proximité

Publié le 08/11/2014

Ruralite >

Commission permanente du Conseil régional du Limousin :22 millions d’euros ont été attribués le 30 octobre sur différents axes stratégiques. « 22 millions, ce n’est pas rien, souligne le président. C’est six fois le budget de ma commune... »

Le 31 octobre, au lendemain de la commission permanente du Conseil régional, le président Gérard Vandenbroucke recevait la presse pour discuter de différents points d’actualité régionaux.

Le point le plus important, et de loin, est celui concernant « l’éducation, la formation et la recherche » avec une dotation d’un peu plus de 16,9 millions d’euros. Cette somme importante s’explique par le lancement de travaux sur certains établissements, précise Gérard Vandenbroucke. L’axe du « développement économique, emploi, transfert de technologie et tourisme » arrive en deuxième position avec près de 2 millions d’euros d’alloués, suivi de « l’aménagement durable des territoires » (un peu plus de 1,4 million d’euros). Ensuite vient en quatrième position « le développement culturel et sportif » (près de 814 000 euros) suivis du secteur de « l’agriculture, de la forêt et du monde rural » (581 358 euros exactement). Enfin, une dotation de 9 200 euros va au poste « transport et déplacements » en participant au financement d’aménagements routiers en Creuse. « La Région n’a pas vocation à financer les routes, mais un engagement de Jean-Paul Denanot a été pris pour intervenir sur des points cruciaux d’axes routiers si nécessaire. Nous devons le tenir », souligne Gérard Vandenbroucke.

Être à l’écoute des besoins

Il souligne également l’effort important réalisé au travers du fonds social régional lycéen qui est en hausse et atteint lors de la dernière commission 200 000 euros pour venir en appui aux étudiants défavorisés. L’action caritative de la Région ne s’arrête pas là. « Des aides supplémentaires à des associations comme le Secours populaire ou la Banque alimentaire ont été votées. Elles ne font pas partie des compétences de la Région mais elles nous sont apparues comme indispensables. » Ce sont les circonstances qui font que. Dans ce registre, Gérard Vandenbroucke évoque une autre aide exceptionnelle : « Nous intervenons à Sardent au travers d’une subvention supplémentaire à la communauté de communes Creuse Taurion Gartempe pour la mise en place d’un équipement culturel, car ce n’est pas une zone bien favorisée. » Et la culture doit être encouragée partout.

On entend parfois que les compétences de la Région devraient être recentrées, ce serait parfois utile. Mais « si on arrête tout, on arrête la vie culturelle, 600 emplois associatifs ne sont plus assurés. On crée ainsi un vide abyssal d’un seul coup et un dysfonctionnement de nombreuses structures portées par le Conseil régional », remarque le président. En résumé, « on peut appeler une clarification des missions mais avec des financements appropriés ». À suivre...

Fusion : « On est en phase d’attente »

La fusion des régions Aquitaine, Poitou-Charentes et Limousin se prépare. Gérard Vandenbroucke apparaît serein devant cette prochaine évolution des collectivités territoriales. « Les services commencent à discuter entre eux. » Les élus vont se rencontrer pour aborder les différentes politiques développées sur les trois régions et identifier les points de convergence et de divergence afin de définir des méthodes de travail (une de ces rencontres a eu lieu le 4 novembre, ndlr). Son souhait est de tout mettre en œuvre pour conserver de la proximité avec les usagers. Pour le moment, « nous sommes en phase d’attente ». Une fois les frontières calées, il sera temps de mettre en place une nouvelle organisation. Mais patience... « Ce changement est profond. S’il se fait en deux ans, ce sera rapide. La réforme induit une remise en cause des élus, des personnels et des structures administratives. C’est lourd », remarque le président.

LGV : ouverture aussi sur l’Atlantique

Le dossier LGV, qui a fait couler beaucoup d’encre, n’a pas été oublié. Gérard Vandenbroucke estime que le dernier rapport de la Cour des comptes a jeté un trouble. Quant à la DUP (déclaration d’utilité publique), « si c’est oui, on aura le feu vert ; si c’est non ce sera un feu rouge et on arrêtera tout. (...) Si c’est non, ce sera dommage pour le Limousin. Car il n’y a pas de territoire qui ne se soit pas développé avec le TGV. Par contre, il y a des territoires qui sont morts faute d’avoir des moyens de communication. »

La LGV est un projet coûteux. Soit. C’est dommage que le Limousin doive payer un équipement qu’il aurait pu avoir gratuitement. D’accord. Mais devant ces remarques, Gérard Vandenbroucke remarque : « Si on n’avait pas payé l’A20, on ne l’aurait pas. Et si on n’avait pas financé l’université de Limoges, on n’en aurait pas. »

La LGV est une ouverture sur Paris mais aussi – et cela n’a pas été assez dit à son goût – sur l’Atlantique. Le Limousin a mis un peu d’argent sur la ligne SEA (Sud-Europe-Atlantique) qui concerne notamment la région Poitou-Charentes alors que Poitou-Charentes refuse toujours de participer au financement de la ligne Poitiers-Limoges. Gérard Vandenbroucke reste confiant : « On peut arriver à faire comprendre les intérêts de cette liaison Poitiers-Limoges. Au sein de la grande région, ce sera plus facile. »

Bien d’autres dossiers brûlants sont en cours de traitement par le Conseil régional, dont le soutien d’Altia, où la collectivité territoriale n’a pas hésité à « mouiller la chemise ». Affaire à suivre.

N. P.

Hors-Série

Hors-serie

Je commande le hors-série spécial championnat de tonte de moutons

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal Union & Territoires

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Déjà abonné

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
pluie modérée

Limoges

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -