Reconquérir des passagers pour Orly

Reconquérir des passagers pour Orly

Publié le 28/02/2019

Ruralite > Transports >

Transports. La compagnie Chalair a été choisie par le Smalb pour assurer les deux obligations de service public (OSP) sur les lignes Limoges-Paris et Limoges-Lyon. Les premiers vols pour Paris sont prévus le 4 mars.

Depuis quelques jours, il est à nouveau possible de réserver un billet d’avion pour se rendre à Paris depuis l’aéroport de Limoges-Bellegarde. Si les liaisons aériennes avec Orly ne reprendront effectivement que le 4 mars, les billetteries sont d’ores et déjà ouvertes.

« Notre territoire s’est donné les moyens de relancer la fréquentation de la ligne Limoges-Paris, s’est félicité Andréa Brouille, présidente du syndicat mixte de l’aéroport de Limoges-Bellegarde (Smalb), lors d’une conférence de presse de présentation des nouvelles liaisons, le 13 février, dans les locaux de l’aéroport. C’est la concrétisation d’une démarche collective pour le maintien de cette ligne aérienne d’aménagement du territoire. »

Alain Battisti, P-DG de la compagnie Chalair, tient la maquette d’un ATR 42, le nouvel avion qui va assurer les liaisons avec Paris-Orly dès le 4 mars. Andréa Brouille, présidente du syndicat mixte de l’aéroport de Limoges-Bellegarde (Smalb), était à ses côtés pour présenter les nouvelles liaisons aériennes au départ de Limoges, le 13 février, dans les locaux de l’aéroport. (Ph. Stéphane Monnet)

En décembre 2017, le Smalb avait saisi la ministre des Transports pour lui demander la mise en place de deux obligations de service public (OSP) sur les lignes Limoges-Paris et Limoges-Lyon. Élisabeth Borne avait annoncé en octobre 2018 que l’État participerait financièrement « de façon raisonnée » au subventionnement de ces lignes. Le 13 février, Andréa Brouille et Alain Battisti, P-DG de la compagnie Chalair, ont signé pour quatre années les OSP.

Pour Alain Battisti, qui a précisé que sa compagnie n’était pas une « low cost, même si nous maîtrisons nos coûts », l’objectif est simple : faire remonter en une année la fréquentation à 22 500 passagers sur Lyon et 29 000 sur Orly et permettre une « appropriation de l’avion par l’ensemble de la population»

58 euros l’aller simple

Ces derniers mois, les prix des billets A/R pour Orly proposés par la compagnie Twin Jet dépassant régulièrement les 500 euros, la fréquentation avait significativement chuté, s’établissant sous les 7 000 passagers annuels. « Le coût d’un billet était devenu rédhibitoire, a reconnu Pierre Massy, président de la CCI de Limoges, avant de se satisfaire des nouvelles conditions de vol annoncées : le confort et la taille de l’avion évoluent (d’un 19 à un 48 places) et le premier prix pour un aller simple s’établit à 58 euros. À ce tarif, le programme fidélité Flying blue d’Air France n’est pas disponible. Il faut compter un aller simple à 150 € pour commencer à cumuler des Miles.

Derrière ce tarif attractif de 58  se cachent des subventions publiques. Sur les deux OSP, pendant 4 ans, les collectivités et l’État vont dépenser 20 millions d’argent public. « La part mise par l’État nous a permis de passer à un avion de 48 places, avec un service à bord, une hôtesse, la garantie de deux aller-retour par jour », a indiqué Andréa Brouille. L’État doit mettre 7 millions et les collectivités 13 millions (49,6 % venant de la Région Nouvelle-Aquitaine, 25,2 % du Département de la Haute-Vienne, 25,2 % de la communauté urbaine).

Recruter des mécaniciens

Le maire de Limoges a rappelé que la Ville de Limoges (qui ne siège plus au Smalb) s’était engagée à verser à l’agglomération « de manière permanente une somme annuelle de 975 000 euros pour l’aéroport. »

Alain Battisti a également tenu à assurer les élus présents que sa compagnie comptait s’installer durablement à Limoges et qu’il envisageait d’installer « une base de maintenance permanente sur l’aéroport qui pourra employer jusqu’à une dizaine de mécaniciens. À condition de les recruter, car aujourd’hui, le problème, ce n’est pas d’offrir du travail, mais de recruter. »

Des discussions sont également engagées avec le constructeur ATR d’avion franco-italien basé à Toulouse pour la mise en place de formations pour le personnel navigant technique (PNT) et navigant commercial (PNC) à Limoges. « Une maquette d’avion à l’échelle 1, qui permettrait de faire des exercices grandeur nature, pourrait être construite ici. Un investissement qui va prendre un peu de temps, mais c’est une piste intéressante », a détaillé le P-DG de Chalair.

Pour Jérôme Decours, secrétaire général de la préfecture de la Haute-Vienne, la mise en place de ces deux OSP a pu aboutir car « toutes les collectivités se sont ardemment mobilisées sur le sujet et le député Djebbari a œuvré pour qu’on puisse aboutir à ce résultat. »

STÉPHANE MONNET

 

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Déjà abonné

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
bien ensoleillé

Limoges

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -