Tensions à la Région sur la gestion de l’eau

Publié le 11/01/2019

Agriculture >

Environnement. Un projet de la région niortaise touchant à la politique de l’eau a été l’occasion d’une passe-d’armes en décembre au Conseil régional entre les élus écologistes et leurs amis de la majorité.

Sur le sujet de la gestion de l’eau, les élus écologistes du Conseil régional sont restés intransigeants et ont fermement combattu un protocole d’accord soumis à approbation lors de la plénière du 18 décembre dernier. Si le « Protocole d’accord pour une agriculture durable dans le territoire du bassin Sèvre niortaise – Mignon » a été finalement adopté, Nicolas Thierry (EELV, Gironde) renonce à sa délégation à la qualité de l’eau. Nicolas Gamache (EELV, Deux-Sèvres) a démissionné du bureau du Parc naturel régional du Marais poitevin. Et Léonore Moncond’Huy (EELV, Vienne) a étonné Alain Rousset par l’impétuosité de son intervention : « Bien sûr, nous avons besoin d’eau pour nous nourrir, et répondre aux besoins de l’agriculture, mais pour quelle agriculture ? Celle qui fait vraiment vivre les territoires, celle qui alimente les circuits courts dont nous avons tant besoin pour nos lycées, celle qui emploie ? Ou celle majoritairement dédiée à l’export et intrinsèquement adossée à l’usage des pesticides ? »

Plus d’une centaine d’anti-Bassines ont manifesté devant la préfecture lors de la signature de l’accord le 18 décembre 2018. (Ph. Anne Frintz / Agri 79)

Lire la suite

130 dossiers examinés, 30 retenus

Publié le 10/01/2019

Ruralite > Collectivités >

Développement. Limoges Métropole et Élan Limousin Avenir Nature signent avec la Région l’un des premiers contrats de solidarité et d’attractivité avec pour ambition de conforter Limoges comme pôle d’équilibre du territoire.

La contractualisation entre la Région et les territoires existe depuis longtemps. En 2005, en Limousin, on parlait de territoires de projets. Aujourd’hui, après la fusion, il a été décidé de revoir entièrement la politique contractuelle territoriale. Gérard Vandenbroucke, premier vice-président de Nouvelle-Aquitaine, avait la charge de ce dossier qui vient d’aboutir avec la signature des premiers « contrats de solidarité et d’attractivité. »

(De g. à dr.) Alain Rousset, président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, Gérard Vandenbroucke, président de Limoges Métropole, et Bernard Dupin, président de la Communauté de communes Élan Limousin Avenir Nature ont officiellement signé le 9 janvier un contrat de solidarité et d’attractivité. (Ph. Stéphane Monnet)

Téléchargez la liste des projets retenus.

Lire la suite

Accompagner les envies d’entreprendre

Publié le 14/11/2018

Ruralite > Emploi >

Économie. Un dispositif d’aides aux jeunes entrepreneurs qui existait en Limousin a été étendu à la Nouvelle-Aquitaine. Les 18-30 ans sont appelés à présenter leurs idées et à participer à « 110 initiatives pour les jeunes. »

Philippe Nauche, vice-président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine avait choisi l’entreprise Onegate, implanté à Ester, pour parler du dispositif « 110 initiatives pour les jeunes ». Benjamin Laporte et Arnaud Kazubek, cofondateurs de la société devenue aujourd’hui Neop, étaient entrés dans le dispositif existant en Limousin depuis 2009 et qui a vu passer plus de 650 jeunes porteurs de projets.

Benjamin Laporte, Arnaud Kazubek, cofondateurs de Onegate et de la solution Neop, Isabelle Briquet, vice-présidente de Limoges Métropole, Philippe Nauche, vice-président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine et Anne-Marie Almoster-Rodrigues, conseillière régionale, posent pour un petit selfie à la fin de la visite d’entreprise Neop. (Ph. Stéphane Monnet)


L’appel à idées « 110 initiatives pour les jeunes » s’adresse à tous les jeunes de Nouvelle-Aquitaine âgés de 18 à 30 ans. Pour postuler, il suffit d’avoir un projet à vocation économique et vouloir le mettre en place sur le territoire de Nouvelle-Aquitaine.

La pré-inscription à cet appel à idées s’effectue en ligne sur le site internet de la Région. L’entrée dans le dispositif offre : un accompagnement personnalisé ; l’accès à des aides financières pour affiner l’idée jusqu’à la création d’activité; une mise en relation avec le réseau de l’entrepreneuriat régional.

 

Lire la suite

Climat : « Nous ne pouvons plus faire ce que nous faisions hier »

Publié le 06/11/2018

Ruralite >

Région. Le rapport « Acclimaterra, anticiper les changements climatiques en Nouvelle-Aquitaine » opère une synthèse entre différents travaux sur l’existant et les prospectives pour le territoire régional. Ce diagnostic doit guider les orientations politiques du Conseil régional à brève échéance.

« Le problème du changement climatique aujourd’hui n’est plus de savoir s’il s’agit d’un risque réel, mais de savoir définir et engager des actions pertinentes dans un contexte marqué par la complexité d’enjeux qui sont souvent contradictoires. Ignorer cette complexité c’est souvent se résoudre à l’inefficacité. Mais il ne faut pas non plus en faire le paravent de l’inaction. » Le rapport Acclimaterra, fruit du travail d’un comité scientifique régional, s’ouvre sur ce propos d’Hervé Le Treut, directeur de l’étude.

Commandé par la Région Nouvelle-Aquitaine, ce rapport propose de mettre en œuvre des mesures de réduction des gaz à effet de serre mais aussi d’adaptation à une hausse des températures inéluctable que l’on ne peut plus que modérer. Le phénomène devrait être particulièrement sensible dans la région. « Au niveau national, la Nouvelle-Aquitaine est l’une des régions où le changement climatique est le plus prononcé, dont témoigne l’augmentation de 1 °C de température enregistrée au siècle dernier, selon les observations de Météo France. Les prévisions climatiques prévoient jusqu’à + 4 °C d’augmentation des températures moyennes à la fin du siècle, pour les scénarios socio-économiques du GIEC les plus pessimistes. »

Émissions de gaz à effet de serre (2016)

Lire la suite

Limoges-Angoulême au cœur des échanges

Publié le 23/09/2018

Ruralite > Transports >

Mobilité. Le comité de lignes TER organisé par la Région à Limoges a fait salle comble. Ils ont été nombreux à dénoncer la fermeture d’une partie de la liaison Limoges-Angoulême, sans pour autant obtenir de réponses.

(De g. à dr.) Richard Depuichaffray, responsable du bassin mobilité à la Région Nouvelle-Aquitaine ; William Jacquillard, conseiller régional ; Jacky Émon, conseiller régional en charge du TER et de l’intermodalité ; Alain Autruffe, directeur territorial SNCF Réseau. (Ph. Stéphane Monnet)

La phrase de trop a été prononcée par Alain Autruffe, directeur territorial SNCF Réseau. Le comité de ligne sur l’étoile ferroviaire de Limoges avait commencé depuis un petit moment déjà. Plusieurs personnes avaient dénoncé l’arrêt de la liaison TER Limoges-Angoulême (le train ne va pas au-delà de la gare de Saillat - Chassenon depuis mars). Joël Ratier, président de la communauté de communes de Porte océane du Limousin, s’était déjà emporté : « Il est difficile de positiver sur cette ligne. Je ne veux pas que chacun se renvoie le mistigri mais quand y aura-t-il des travaux ? De quelle nature ? À quelle date est prévue la réouverture ? En attendant, j’aimerais qu’on ait de l’audace et qu’on expérimente un vrai cadencement entre le bassin d’emploi de Saint-Junien, entre Saillat et Limoges. Et je note que le car qui se substitue sur la portion Saillat-Angoulême n’est pas fichu de tenir les horaires. » À toutes les questions soulevées, Alain Autruffe a répondu : « Quel est le projet de services ? Il n’est pas forcément pertinent de consacrer des dizaines voire plus de 100 millions d’euros pour quelques trains par jour... »

Il est possible de visionner le replay de ce comité de ligne.

Lire la suite

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
bien ensoleillé

Limoges

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -