Rumex : des pratiques à combiner

Rumex : des pratiques à combiner

Publié le 25/10/2019

Agriculture >

Gestion d’adventice. Le rumex préoccupe les agriculteurs. Une journée lui a été consacrée le 10 octobre à Châteauponsac. De nombreux experts étaient présents pour parler de sa biologie mais aussi des travaux réalisés afin de développer des moyens pour limiter son impact.
La journée a été organisée par les Chambres d’agriculture de Haute-Vienne et de Creuse avec la Chambre régionale d’agriculture de Nouvelle-Aquitaine et Natéa. Elle s’inscrit dans le cadre des journées Ecophyto. Plus de 80 personnes y ont participé. (Ph. N. P.)

Le rumex est une adventice pluriannuelle de la famille des polygonacées contre laquelle il est difficile de lutter puisqu’elle se multiplie aussi bien par ses racines (le pied du rumex est un pivot qui présente des bourgeons à sa surface. Quand le pied est cassé, un individu donne deux individus), que par ses graines. Ces dernières sont très nombreuses (environ 40 000 par plante avec un taux annuel de décroissance  (TAD)  de 40 %) et leur faculté germinative est très importante (80 ans).
« Le rumex est présent partout. Avec plus de 80 % de sa surface en herbe, le territoire limousin est particulièrement touché », indique Hervé Feugères (Chambre d’agriculture 23). Une étude montre que sa propagation est en progression suite à la baisse de la main-d’œuvre au sein des exploitations – ce qui limite les travaux d’entretien (fauche des refus, arrachage manuel) –, au surpâturage ou encore à l’épandage direct de fumier sur les prairies, ce dernier étant susceptibles de contenir des graines.   
Cette propagation est aussi à rapprocher de l’évolution de la réglementation Pac qui incite les agriculteurs à retourner les prairies tous les cinq ans. Or, les prairies temporaires sont beaucoup plus contaminées que les prairies naturelles. L’accélération des rotations a le même effet, d’autant plus que l’emploi de phytosanitaires tend à diminuer.
Ce sujet préoccupant a fait l’objet de nombreuses études. Si le rumex restera toujours difficile à éliminer, sa pression peut toutefois être limitée.  

Désherbage mécanique sur jeunes pousses
Ainsi, Alain Rodriguez, de l’Acta, remarque que « des graines résistantes et une multiplication végétative demandent de s’organiser ». L’Acta a travaillé sur des stratégies adaptées à l’agriculture bio. Les observations ont porté sur la germination et la dormance des graines, la vitesse de développement de la plantule et de la régénération racinaire. Il en ressort que la profondeur de germination optimale est de 0 à 2 cm. Le désherbage mécanique est donc efficace sur des rumex jeunes.

Pas de herse étrille ou rotative sur plantes installées
Par contre, la herse étrille ou rotative est à proscrire sur des rumex qui présentent des racines ramifiées (elle favorise leur multiplication). Alain Rodriguez préconise alors l’emploi d’outils scalpeurs  afin de séparer la partie contenant les bourgeons de la partie inférieure contenant les réserves pour limiter la régénération via les racines. Guillaume Audebert, de l’Inra de Lusignan, a également suivi un essai basé sur les mêmes intentions. Le procédé : un passage de cover-crop sur prairie fin juin, puis plusieurs passages de déchaumeur à ailettes à 7-8 cm de profondeur,  semis du couvert végétal fin août puis broyage fin octobre avant semis de la céréale.

Être attentif à l’installation d’une prairie
Élodie Roger d’Arvalis, basée à la Ferme des Bordes (36) a quant à elle insisté sur les précautions à prendre lors de l’implantation d’une prairie : s’assurer que les semences sont propres, utiliser des fumiers compostés (à 50 à 55 °C de température, le processus bloque la graine – voir encadré), extraire manuellement les vieux rumex, pratiquer un labour simplifié ou du scalpage, faucher ou broyer les abords de champ avant le semis. Elle conseille aussi d’opter pour un mélange prairial contenant des plantes concurrentielles qui limitent le développement de cette adventice.
Afin de limiter les trous dans les prairies, elle recommande le sursemis. Le trèfle peut être utilisé à cette fin à la volée, assez longtemps après un désherbage chimique et derrière une première coupe, ou semé en ligne puis roulé. Les deux pousses suivantes doivent être exploitées très rapidement, souligne-t-elle.
Si la lutte chimique ne doit pas être systématique, elle est nécessaire sur de jeunes semis quand le risque de levée de rumex est élevé, remarque Élodie Roger. Elle poursuit : « La gestion mécanique montre que plus il y a de passages, moins il y a de rumex. Entre 2 passages et 4 passages, la différence est significative. Attention cependant à privilégier un travail du sol qui remonte les racines. » Elle rappelle que la herse rotative coupe les racines et favorise la multiplication végétative ; quant au labour, il les enterre.
Certaines observations laissaient penser que les cultures de luzerne « bloquaient » l’apparition de rumex. Ceci n’a pas été vérifié. Par contre, on peut compter sur les chèvres et les moutons qui apprécient cette plante et limitent de fait sa prolifération.
Nathalie Péneloux

Objectif : diminuer la pression du rumex
L’exploitation de Philippe Dumain, située au Peubuy sur la commune de Châteauponsac, a servi de base pour aborder la question du rumex.
Philippe Dumain est éleveur en système naisseur-engraisseur sur 110 ha. Il s’est engagé dans le réseau Dephy pour réduire l’usage des produits phytosanitaires, ce réseau permettant « d’essayer des alternatives, de partager des expériences et d’inciter les agriculteurs à se remettre en cause », dit-il. Cette démarche l’a poussé tout naturellement à s’intéresser à la question du rumex, fortement présent sur certaines de ses parcelles. Un travail a été mis en place avec Natéa et la Chambre d’agriculture il y a maintenant quatre ans.  
Dans un premier temps, des observations ont été réalisées pour identifier la corrélation entre sommes de températures et stades physiologiques. Elles ont permis d’évaluer un modèle : « La montaison se situerait entre 900 et 1 100 °C (somme de températures 1er février base 0). L’idée est donc d’intervenir au champ avant la montée en graines, soit vers 800 °C  (fauche) », explique Jérôme Gauchon de Natéa.
Suite à la mise en place de différentes techniques au champ, Philippe Dumain a considérablement réduit l’emploi de produits phytosanitaires. Néanmoins, « le désherbage chimique sur jeunes rumex à l’implantation reste la solution la plus efficace (maximum de 5 rumex/m2 contre un minimum de près de 10 rumex/m2 sur une parcelle avec un déchaumage et sans apport de fumier) », note Jérôme Gauchon.
Aujourd’hui, « la densité sur prairies temporaires de moins de 5 ans est régulièrement de 4 à 5 pieds par m2, parfois de 200 à 300 pieds par m2, indique Philippe Dumain. Quand la densité est élevée, l’impact économique est important » ajoute-t-il.

Hors-Série

Hors-serie

Je commande le hors-série spécial championnat de tonte de moutons

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal Union & Territoires

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Déjà abonné

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
averses éparses

Limoges

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -