Une salle moderne et accueillante pour doper la fréquentation

Publié le 04/03/2019

Ruralite >

Acteurs de la ruralité. Les cinémas de campagne sont nombreux sur le département. Malgré des équipements de pointe et de nombreux efforts pour attirer les spectateurs, la concurrence est rude et les petites salles peinent à rivaliser avec les multiplex. Le point sur le Colisée, situé à Châteauneuf-la-Forêt.

Le Colisée – le cinéma de Chateauneuf-la-Forêt – fait partie de ces cinémas de campagne dont l’objectif est de proposer au plus grand nombre, sur grand écran, des films sortis récemment, que ce soit des films populaires ou classés Art et essai, ou bien des grands classiques. De nombreux documentaires, et parfois des conférences-débats en présence de réalisateurs ou autres personnalités y sont également régulièrement programmés. Le complexe, adossé à la bibliothèque, est financé à 100 % par la communauté de communes Briance-Combade.

Le hall a été réaménagé l’an dernier et les locaux mis aux normes pour faciliter l’accès aux personnes en situation de handicap. Bruno Laplaud est directeur du cinéma. Il assure l’accueil du public et gère les projections. (Ph. NP)

Lire la suite

14-18 : comment mangeaient les soldats

Publié le 14/02/2019

Ruralite >

Histoire. L’exposition « Nourrir au front » raconte la première guerre mondiale au travers de l’alimentation des soldats français, allemands et britanniques.

Centrale pour l’armée, la question de l’alimentation des soldats de 1914-1918 a été assez peu étudiée. Avec l’exposition « Nourrir au front », réalisée par l’association Comme en 14 et le ministère de l’Économie et des Finances, les idées reçues tombent une à une. Elle se tient au musée de la Résistance, à Limoges.

Nicolas-Jean Brehon, commissaire de l’exposition. (Ph. E. Dueso)

Lors de la première guerre mondiale, les belligérants ne sont pas tous logés à la même enseigne. « Dans l’armée française, le repas est important. Les poilus reçoivent des colis de leur famille alors que les Allemands en ont très peu », explique Nicolas-Jean Brehon, commissaire de l’exposition. La poste française achemine pendant la guerre 200 000 colis par jour et 600 000 en période de fêtes. Partout en France, on se soucie de l’ordinaire des soldats. Les mères, les épouses et même les voisines préparent des paquets qui contiennent chaussettes, cache-nez, pâtés, charcuterie, confiture et riz au lait. « C’est le dessert de l’époque. »

Lire la suite

Porcelaine : premières certifications

Publié le 13/02/2019

Ruralite >

Économie. Pour protéger leur production, les acteurs de la filière de la porcelaine de Limoges ont choisi de s’inscrire dans la labellisation IGP. Cette possibilité ne leur est ouverte que depuis peu.

Depuis quelques mois, la porcelaine de Limoges peut être certifiée par une IGP (Indication d’origine protégée). Le chemin fut long pour arriver à cette reconnaissance d’un savoir-faire unique.

Une dizaine de fabricants peuvent désormais apposer le label officiel de la porcelaine de Limoges (Ph. E. Dueso)

Lire la suite

« Février sans supermarché »

Publié le 07/02/2019

Ruralite >

"Vendredi dernier, le relèvement du seuil de revente à perte est entré en vigueur. Il est le fruit de longues et âpres négociations avec la grande distribution et vise à améliorer la rémunération des producteurs. Jusque-là, le consensus régnait : le revenu des agriculteurs devait être décent et on attendait du législateur qu’il mette bon ordre dans les relations forcément inégales de ceux-ci avec les distributeurs. 
Le 1
er février, certains ont, semble-t-il, changé d’avis.

Les médias se sont largement fait l’écho des hausses qui seront répercutées sur le prix payé par le consommateur, notamment sur les produits dits d’appel comme le Nutella ou le Coca-cola (dont la consommation pourrait d’ailleurs être largement réduite sans dommage pour la santé de nos compatriotes et celle de l’environnement). Les distributeurs leur ont évidemment emboîté le pas. Le plus virulent d’entre eux – et aussi le plus médiatique – a tempêté sur l’antenne de France Info en se demandant tout haut comment l’argent gagné par les distributeurs sur ces fameux produits pourrait bien finir dans les poches des producteurs. Gageons que de nombreux agriculteurs français auraient des suggestions à lui faire.

Mais la société est plurielle et tous nos concitoyens ne vouent pas un culte aveugle aux méthodes de la grande distribution. Alors que certains débutaient le mois en déplorant, avec raison ou non, la cherté de leur alimentation, d’autres ont discrètement lancé l’opération « Février sans supermarché » qui incite les consommateurs à retrouver le chemin de leurs petits commerces de centre-ville ou à s’adresser directement aux producteurs. La face du monde ne devrait pas s’en trouver changée, ni Michel-Édouard Leclerc réduit pour autant à l’indigence, mais ce petit pied de nez aux vents dominants montre que généraliser et parler au nom « des gens » est un exercice pour le moins périlleux."

Estelle Dueso, rédactrice en chef

 

Lire la suite

Grand débat : Autant de monde, autant de doléances

Publié le 04/02/2019

Ruralite >

Grand débat. La première réunion de Haute-Vienne s’est tenue à Aixe-sur-Vienne le 26 janvier. Devant une salle bondée, le député Djebbari a souvent tenté d’apporter quelques réponses aux nombreuses problématiques posées.

Pour la première réunion publique organisée dans le cadre du grand débat national, samedi 26 janvier à Aixe-sur-Vienne, la salle Yves-Montand était pleine. Des participants étaient venus parfois de loin, de Bellac par exemple, pour s’exprimer, car, après avoir consulté le site internet du grand débat, seule cette date était facilement visible.

Malgré les mouvements d’humeur parfois bruyants de la salle, le député Jean-Baptiste Djebbari a tenté plusieurs fois de défendre la politique menée par le gouvernement, lors de la première rencontre organisée à son initiative en Haute-Vienne dans le cadre du grand débat national. C’était à Aixe-sur-Vienne le 26 janvier. (Ph. Stéphane Monnet)

Lire la suite

Hors-Série

Hors-serie

Je commande le hors-série spécial championnat de tonte de moutons

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
assez ensoleillé

23°

Limoges

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -