Sécheresse 2015 : la Haute-Vienne reste dans l’attente

Publié le 26/02/2016

Agriculture >

La mission d’expertise des dégâts de la sécheresse de l’été dernier qui s’est rendue sur le terrain en février a rendu ses conclusions au ministre de l’Agriculture. Stéphane Le Foll a immédiatement décidé de revoir certains périmètres, notamment dans le Massif central. Pour la Haute-Vienne, le dossier est toujours « en cours d’expertise ».

En décembre 2015, suite au Comité national de gestion des risques en agriculture (CNGRA), le ministère de l’Agriculture avait annoncé que de nouvelles expertises des dégâts de la sécheresse de l’été dernier seraient conduites sur le terrain. En février, une mission a donc été conduite en Auvergne-Rhône-Alpes et en Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes. Stéphane Le Foll a pris connaissance des conclusions de cette mission le 19 février et a immédiatement annoncé que certains périmètres seraient revus et précisé que « dans les prochains jours une nouvelle proposition de reconnaissance, sur la base du rapport et des données complémentaires disponibles, sera examinée et validée lors du CNGRA du 16 mars. L’ensemble des reconnaissances représentera une aide globale de près de 180 millions d’euros ».

Si le périmètre a été favorablement revu dans une dizaine de départements (Allier, Ardèche, Aveyron, Cantal, Corrèze, Hérault, Haute-Loire, Lozère et Puy-de-Dôme), la Haute-Vienne ne figure pas dans les annonces ministérielles. Localement, la DDT n’a fait aucun commentaire. Le communiqué de presse du ministère indique pourtant que « ces évolutions de zonage et/ou de taux de perte seront examinées et validées lors du CNGRA du 16 mars 2016, ainsi que les nouveaux dossiers ou les dossiers révisés (en cours d’expertise) des départements de l’Aube, l’Aude, l’Isère, la Haute-Marne, le Bas-Rhin, la Saône-et-Loire, le Tarn et la Haute-Vienne ».

Joint par L’Union Agricole, le ministère de l’Agriculture a précisé que « le dossier concernant la Haute-Vienne était encore en cours d’expertise » mais n’a pas souhaité donner plus d’informations ni communiquer d’échéances.

Lire la suite

49 communes de la Haute-Vienne reconnues en zone de calamités agricoles pour perte de récolte sur les fourrages au titre de la campagne 2015

Publié le 23/12/2015

Agriculture >

La préfecture communique : "La vague de chaleur du début de l’été impacte le rendement des cultures fourragères dans plusieurs départements d’élevage sur le territoire national.

Au niveau départemental, les représentants professionnels agricoles, la chambre d’agriculture et la DDT réalisent des visites d’exploitations dès le 28 juillet afin de dresser un premier état des lieux de la situation.

La production de l’herbe se fait en plusieurs cycles et s’achève à la fin du mois d’octobre. Au terme de la période de production fourragère, des missions d’enquête sont diligentées le 14 septembre puis le 26 octobre afin de collecter les données techniques complémentaires issues du terrain.

Le comité national de gestion des risques en agriculture (CNGRA) est chargé d’examiner les demandes de reconnaissance du caractère de calamité agricole. S’appuyant non seulement sur les observations réalisées « in situ », il est également tenu compte de plusieurs autres données et notamment d’indicateurs de rendement des prairies par région fourragère permettant de déterminer la pousse de l’herbe par rapport à des périodes de référence.

Au vu de l’ensemble des résultats collectés, le CNGRA, réuni à Paris les 25 novembre et 9 décembre, a examiné le dossier haut-viennois et déterminé la zone du département présentant les caractéristiques réglementaires d’atteinte de seuil de perte sur les fourrages. Ce sont donc 49 communes de Haute-Vienne qui sont retenues au titre des calamités agricoles.

Dans un contexte où les filières d’élevage du département sont impactées avec des niveaux de prix de la viande et du lait qui peinent à se redresser, il importe de mobiliser les indemnisations au titre des calamités agricoles au côté des autres mesures conjoncturelles du plan de soutien à l’élevage initié par le gouvernement au cours de l’été."

Liste des communes en zone reconnue au titre des calamités agricoles :

Augne, Beaumont-du-Lac, Boisseuil, Bujaleuf, Champnetery, Château-Chervix, Châteauneuf-la-Forêt, Cheissoux, Domps, Eybouleuf, Eyjeaux, Eymoutiers, Glanges, Janailhac, La Croisille-sur-Briance, La Geneytouse, La Porcherie, La Roche-l’Abeille, Linards, Magnac-Bourg, Masléon, Moissannes, Nedde, Neuvic-Entier, Nexon, Peyrat-le-Château, Pierre-Buffière, Rempnat, Roziers-Saint-Georges, Saint-Amand-le-Petit, Saint-Bonnet-Briance, Saint-Denis-des-Murs, Sainte-Anne-Saint-Priest, Saint-Genest-sur-Roselle, Saint-Germain-les-Belles, Saint-Gilles-les-Forêts, Saint-Hilaire-Bonneval, Saint-Jean-Ligoure, Saint-Julien-le-Petit, Saint-Léonard-de-Noblat, Saint-Maurice-les-Brousses, Saint-Méard, Saint-Paul, Saint-Priest-Ligoure, Saint-Vitte-sur-Briance, Sauviat-sur-Vige, Surdoux, Sussac, Vicq-sur-Breuilh.

Lire la suite

Sécheresse : maintien de l’interdiction des vidanges et des remplissages des plans d’eau jusqu’au 30 novembre 2015

Publié le 19/11/2015

Agriculture >

La préfecture vient d'indiquer : "Les cours d’eau et les eaux souterraines du département de la Haute-Vienne présentent toujours des niveaux faibles et inférieurs à une situation normale.

Afin de préserver les milieux aquatiques et leurs peuplements piscicoles, l’interdiction des vidanges et des remplissages des plans d’eau est maintenue sur l’ensemble des communes du département jusqu’au 30 novembre 2015 inclus.

Cette mesure pourra être révisée en fonction de l’évolution de la situation."

Lire la suite

Sécheresse : Si vous avez implanté prairies et dérobées Demandez l’aide régionale !

Publié le 06/11/2015

Agriculture >

L’année 2015 est une année de revendications de la part de la profession agricole, dénonçant la situation critique de l’élevage limousin, affaibli par une baisse des cours de la viande ainsi que par une sécheresse au printemps qui a duré jusqu’au début de l’été. C’est dans ce contexte difficile pour les exploitants agricoles limousins que le Conseil régional du Limousin a décidé, lors de sa Commission permanente du 22 octobre, la mise en place d’un dispositif d’aide d’urgence concernant la sécheresse 2015 appelé « Aide à l’implantation de prairies et de cultures fourragères dérobées ». Ce dispositif, s’appuyant sur le régime de minimis agricole, permet de proposer aux éleveurs une aide pour les superficies implantées en prairies ou en cultures dérobées pendant la période estivale afin de pallier les pertes de fourrages dues à la sécheresse qu’a connue notre région en ce début d’année. Les grandes lignes de ce dispositif sont exposées ci-dessous.

Par internet, consultez les sites http:/www.limousinentreprise.fr ou http:/www.regionlimousin.fr et téléchargez les formulaires.

Lire la suite

Calamité sécheresse : modèles théoriques et réalités de terrain

Publié le 29/10/2015

Agriculture >

Face à la sécheresse exceptionnelle qui a sévi, nous avons dès le mois de juin sollicité le préfet pour obtenir la reconnaissance au titre des calamités agricoles. Douze visites d’exploitations, en juillet et en septembre, ont clairement montré des déficits fourragers supérieurs à 40 % et les différents rapports météorologiques ont confirmé un déficit pluviométrique exceptionnel.

Ces constats ont conduit le préfet à demander la reconnaissance du département entier au Comité national de gestion des risques en agriculture (CNGRA). Ce dernier, réuni le 14 septembre, a ajourné notre dossier dans l’attente d’informations complémentaires, en particulier du modèle théorique d’observation de la pousse des prairies, le fameux Isop, qui montrerait une situation quasi normale pour le Limousin.

Notre demande sera à nouveau analysée par le CNGRA le 25 novembre prochain. Pour l’étayer, une mission d’enquête a visité quatre exploitations le 26 octobre dernier. Eh bien, n’en déplaise à Isop, rien de théorique ni de bien nouveau dans ces visites mais, en pratique, de cruels manques de stocks de foin, d’enrubannage, d’ensilage d’herbe et de maïs, conséquences d’une vraie sécheresse estivale, et des exploitations en grande difficulté financière. Alors que cette situation est avérée, constatée même par l’Administration, nous ne comprendrions pas que le CNGRA, fondant sa décision sur des modèles théoriques au mépris des granges vides, rejette notre demande ou, pire, décide d’un zonage départemental. Une seule certitude : le département doit être intégralement reconnu en situation de calamité sécheresse.

Lionel Lachaud, président de JA87

Joseph Mousset, président de la FDSEA 87

Lire la suite

Hors-Série

Hors-serie

Je commande le hors-série spécial championnat de tonte de moutons

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal Union & Territoires

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
averses modérées

Limoges

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -