Disparition d'un grand ambassadeur du Limousin

Disparition d'un grand ambassadeur du Limousin

Publié le 21/02/2019

Ruralite > Collectivités >

Disparition. Limoges Métropole a annoncé, vendredi 15 février, le décès de son président, Gérard Vandenbroucke. De nombreuses personnalités ont salué l’action et la mémoire de cet élu du territoire.

Gérard Vandenbroucke fut le dernier président du Conseil régional du Limousin, le premier de la communauté urbaine de Limoges Métropole et l’infatigable président du Salon international de la caricature, du dessin de presse et d’humour de Saint-Just-le-Martel qui prépare donc sa 38e édition sans lui.

Gérard Vandebroucke, dernier président du conseil régional du Limousin, prend un selfie avec les élus lors de la dernière séance du Limousin en novembre 2015. (Ph. Stéphane Monnet)

À la Région, il accède à la présidence en mai 2014, lorsque le président en exercice, Jean-Paul Denanot, nouvellement élu au Parlement européen, lui cède son fauteuil. Il sait que sa présidence sera temporaire puisque la réforme territoriale et la réduction du nombre de régions françaises est annoncée.

« J’ai la délicate tâche d’assumer la transformation qui nous attend, la lourde tâche de valoriser nos atouts, et ils sont nombreux, et de faire gagner le Limousin » déclarait-il en novembre 2015. Entré au Conseil régional en 2004, vice-président pendant dix ans, il en connaissait bien les arcanes et a consacré beaucoup de temps pour que la fusion ne se fasse pas au détriment des personnels. « Je me suis engagé personnellement pour faire en sorte qu’il n’y ait aucune personne laissée sur le côté. Ce n’est pas la fin de l’histoire, c’est le commencement d’une autre. »

Dans la nouvelle organisation territoriale, à nouveau élu à la Région sur la liste conduite par Alain Rousset, il devient premier vice-président de Nouvelle-Aquitaine et rappelle dès qu’il le peut que le Limousin n’a pas disparu, que seul le Conseil régional du Limousin n’existe plus. Rapidement, il comprend que dans cette vaste région, Limoges et son agglomération peuvent et doivent jouer un rôle. Conseiller municipal de Saint-Just-le-Martel en 1982, cet ancien professeur de Français entre à Limoges Métropole au début des années 2000 comme maire de Saint-Just-le-Martel.

Un maire impliqué

« C’était l’un des maires les plus impliqués quand on a créé Limoges Métropole en 2002 et il m’a succédé en 2014 », s’est souvenu Alain Rodet, ancien député-maire de Limoges. La succession se passe alors que la gauche est battue à Limoges lors des municipales. Émile-Roger Lombertie, nouveau maire de Limoges, espère confirmer sa victoire à l’agglomération, mais le socialiste Gérard Vandenbroucke l’emporte de justesse.

Privé de son statut de capitale régionale, Limoges se voit attribuer (comme les autres communes dans ce cas) un lot de consolation : de façon dérogatoire, la communauté d’agglomération de Limoges Métropole peut accéder au statut de communauté urbaine. Dès 2016, Gérard Vandenbroucke se lance dans cette nouvelle transformation  : « Passer en communauté urbaine est une nécessité, le consensus est extrêmement large. Les choses sont en route. Elles me semblent inéluctables. »

Les élus de Limoges Métropole entourent le premier président de la désormais communauté urbaine. Le 21 décembre 2018, au Zénith de Limoges. (Ph. S.M.)

Lui qui n’aimait pas les « polémiques ou les chicayas politiciennes », qui répétait souvent « aide-toi et le ciel administratif t’aidera peut-être », a regretté l’opposition frontale du maire de Limoges sur ce dossier mais n’a jamais abandonné. Lors de ses derniers vœux aux agents de la désormais communauté urbaine de Limoges Métropole, en janvier, il voulait regarder de l’avant et oublier les mois d’affrontement, pour que l’agglomération trouve « la place qui doit être la sienne, la place d’une grande métropole d’équilibre au nord-est de cette grande, certains disent trop grande, région. Nous devons réaffirmer quelles sont nos valeurs, valeurs de solidarité, d’attachement à notre environnement, de défense de notre qualité de vie ».

Pour Marie-Françoise Pérol-Dumont, sénatrice de la Haute-Vienne, ancienne présidente du Conseil départemental, qui a confié au Populaire avoir adhéré au Parti socialiste à la même époque que Gérard Vandenbroucke, en 1975, « avec lui, c’est une page qui se tourne. Il incarnait l’ancien monde, celui où les élus étaient sur le terrain et écoutaient les gens. Pour notre famille politique et la vie politique locale, c’est une perte incontestable ».

Le plein d’humour

C’était enfin le président passionné du Festival du dessin de presse de Saint-Just-le-Martel. Né un peu par hasard, cet événement est devenu au fil des ans un lieu de rassemblement des dessinateurs du monde entier. Gérard Vandenbroucke s’y plaisait, chérissait les amitiés qu’il y avait nouées. L’attentat commis contre Charlie Hebdo l’avait profondément marqué, lui qui entretenait des relations privilégiées avec Cabu et Wolinski.

Le président du salon international de la caricature, du dessin de presse et d’humour de Saint-Just-le-Martel, au salon en 2016. (Ph. S.M.)

Gérard Vandenbroucke ne dessinait pas, mais maniait l’humour avec finesse. Alors qu’il visitait les nouveaux locaux de la direction de la propreté de Limoges Métropole, en octobre 2018, et qu’on lui expliquait comment le « relamping » a permis de faire des économies sur l’éclairage, s’amusant de l’anglicisme, Gérard Vandenbroucke avait lancé : « Si je change de godasse, ça devient du regodassing ? »

Lors de la dernière édition, la 37e à l’automne 2018, il avait ouvert le salon en parlant de lui, exercice auquel il ne se prêtait guère en public : « J’ai la glaise de Saint-Just collée à mes chaussures. J’ai la glaise du Limousin collée à mes chaussures. Je suis sur un territoire qui me tient à cœur et ce territoire est fait d’hommes et de femmes pour lesquels je travaille au quotidien. J’ai au cœur cette relation avec les habitants, avec ce territoire, ce paysage, et je porte en moi d’une manière évidente une grande reconnaissance, une éternelle reconnaissance à toutes celles et ceux qui avez contribué à faire de moi ce que je suis. »

STÉPHANE MONNET

 

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Déjà abonné

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
assez ensoleillé

17°

Limoges

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -