Une vocation touristique à renforcer

Une vocation touristique à renforcer

Publié le 13/12/2018

Ruralite >

Économie. Réunis pour des assises dédiées à leur secteur, les professionnels du tourisme ont pointé les atouts et handicaps du département pour developper son attractivité.

Le Conseil départemental organisait récemment les assises du tourisme. Il s’agissait de recueillir les attentes et retours d’expérience des professionnels du secteur réunis en groupes de travail. La journée a rassemblé 120 acteurs du tourisme. Leurs remarques et propositions feront l’objet d’une présentation aux élus et de décisions politiques en février, lors de la séance plénière du Conseil départemental (voir encadré ci-dessous). En application de la loi NOTRe, les départements ont désormais compétence pour la gestion des équipements touristiques, l’élaboration du schéma départemental du tourisme ou celle des itinéraires de randonnée. En ouverture de la journée d’assises, Jean-Claude Leblois, président du Conseil départemental, a fait remarquer que s’il considérait que le département possédait « un potentiel fort à développer » en matière touristique, il y avait « un enjeu d’équilibre et de développement des territoires pour que les retombées bénéficient à l’ensemble de nos communes ». L’intervention des collectivités doit d’ailleurs favoriser cet équilibre : « Il n’y a pas de développement touristique sans investissement préalable des collectivités », notait-il avant de citer l’exemple de Saint-Pardoux qui a enregistré 350 000 visiteurs cette année. Pour le président du Conseil départemental, le territoire doit avant tout « proposer une offre de séjour plus longue ».

Château de Chalucet (Ph. S. Monnet)

Sites emblématiques

Secteur important pour l’économie haut-viennoise, le tourisme génère environ 5 000 emplois directs (soit 4,1 % de l’emploi total) dont la majorité est basée à Limoges. On estime le poids économique du tourisme à 171 millions d’euros par an.

En 2017, le site le plus visité est, de très loin, le village martyr d’Oradour-sur-Glane (près de 197 000 entrées) avec le centre de la mémoire qui lui est associé. Arrivent ensuite le parc zoologique du Reynou (93 000 entrées), le centre international d’art et du paysage de Vassivière (54 000 entrées), l’aquarium du Limousin (43 000 entrées), le bateau-taxi de Vassivière et le parc de Bellevue à Limoges (30 000 entrées chacun) et le musée des Beaux-Arts de Limoges (26 000 entrées).

En 2017, les sites payants les plus fréquentés ont vu leur nombre de visiteurs augmenter tandis que les deux musées de Limoges (Beaux-Arts et Adrien-Dubouché) « enregistrent ensemble une baisse significative de fréquentation », note l’office de tourisme départemental. Le premier de ces musées a fortement chuté en nombre d’entrées depuis qu’elles sont devenues payantes.

6,5 millions de nuitées

Côté hébergement, l’hôtellerie enregistre le chiffre d’affaires le plus important (près de 62 millions d’euros pour un peu moins de 800 000 nuitées, soit 70 % des dépenses en hébergements commerciaux), essentiellement à Limoges.

Les gîtes ruraux et meublés de tourisme représentent 23 % de l’offre en lits et 16 % des dépenses. On en compte 864 dans le département et l’offre en lits se concentre dans quatre communautés de communes : Portes de Vassivière, Haut-Limousin en Marche, Limoges Métropole, Ouest Limousin. Dans la communauté de communes de Nexon - Monts de Châlus, 100 % de ces hébergements sont classés ou labellisés. L’office de tourisme souligne qu’en Haute-Vienne « des efforts restent à fournir sur la commercialisation en ligne (2/3 des établissements sont disponibles à la vente sur internet) et la fourniture d’un accès au web (40 % des établissements) ».

Les chambres d’hôtes sont les « Petit Poucet » de l’hébergement touristique commercial : 190 établissements représentent 6 % de l’offre en lits et 5 % des dépenses. Elles se concentrent sur le Haut-Limousin en Marche et Limoges Métropole. Leur fréquentation est en forte hausse en 2017.

ESTELLE DUESO

 

Hors-Série

Hors-serie

Je commande le hors-série spécial championnat de tonte de moutons

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal Union & Territoires

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Déjà abonné

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
averses éparses

Limoges

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -