Dégâts de sangliers : Les contraintes des agriculteurs ne sont pas prises en compte

Publié le 03/09/2016

Agriculture > Cultures >

Frédéric Rattier, exploitant sur la commune de Vayres, parle de la « goutte d’eau qui a fait déborder le vase ». Dans une période difficile pour les éleveurs, la fédération de chasse locale a refusé, arguant de délais trop courts, de mandater un expert sur ses parcelles de maïs qui avaient été la cible des sangliers. Mais, travaillant en Cuma, Frédéric Rattier ne voyait pas comment il aurait pu modifier la date d’ensilage de ses parcelles. 

Fréderic Rattier exploite 85 ha sur la commune de Vayres avec un troupeau laitier. Il a commencé d’ensiler son maïs lundi dernier. L’une de ses parcelles laissaient apparaître d’importants dégâts de sangliers. Malgré ses démarches, il ne devrait pas être indemnisé car l’expert n’a pas pu faire son expertise avant la récolte. Pourtant, Frédéric avait été diligent dans ses démarches. Dès le 24 août, il a contacté la fédération de chasse, mais personne n’a répondu à son appel. Il a réussi à les joindre le lendemain matin, indiquant qu’il devait ensiler le 29 août. Pour l’interlocuteur de la fédération de chasse, il n’y avait pas assez de délai pour prendre en compte ce dossier, car il faut environ 8 jours. 

Fréderic Rattier fait son ensilage dans le cadre d’une Cuma qui récolte environ 500 ha de maïs avec 45 jours de travail non stop. Décaler est assez difficile car les pannes et parfois les conditions climatiques imposent déjà des contraintes fortes. Tenir compte des délais de procédure de prise en charge des dégâts obligerait à remettre sans cesse à plat le calendrier et pourrait mettre en danger cette importante Cuma.

Fréderic Rattier avait la faiblesse de penser que la fédération de la chasse pouvait dans certains cas mandater plus rapidement un expert ou même que celui-ci avait la possibilité d’estimer la surface de la culture détruite après récolte.

Bataille de chiffres

Un simple passage sur la parcelle concernée permet de voir nettement les endroits où les sangliers ont couché les plantes entières pour manger les épis. Pour estimer le potentiel de rendement, on pouvait se référer à des parcelles voisines. Les dégâts sur cultures sont très mal venus cette année où le volume et la qualité récoltés sont très en dessous d’une année normale et alors que la sécheresse actuelle fait fondre à grande vitesse les stocks nécessaires pour l’hivernage des animaux.

Une fois de plus les contraintes des agriculteurs ne sont pas prises en compte, seuls les délais d’instruction des demandes d’indemnisations et l’organisation de la tournée de l’expert le sont. En optimisant ainsi les frais administratifs et en imposant de telles contraintes aux agriculteurs touchés, on arrive assez facilement à réduire les dégâts éligibles à une indemnisation. Certains responsables de la chasse n’hésitent pas à se servir des statistiques sur les indemnités versées pour affirmer que la gestion du grand gibier est très bien maîtrisée.

Ce n’est pas le constat que font de très nombreux agriculteurs.

T. G.

Lire la suite

Les collèges commencent à utiliser Agrilocal

Publié le 02/09/2016

Ruralite > Collectivités >

Traiter les 34 collèges du Département de la même façon, telle est la volonté, à nouveau exprimée par le président du Conseil départemental de la Haute-Vienne à l’occasion de la rentrée scolaire. Comme l’an passé, Jean-Claude Leblois avait programmé deux visites : l’une dans un collège de Limoges et l’autre dans un collège situé en zone rurale : le collège Jean-Rostand de Saint-Sulpice-Laurière qui accueille 150 des 14 344 collégiens de la Haute-Vienne.

Lire la suite

L'Union Agricole se dote d'un drone : premières images

Publié le 30/08/2016

Agriculture >

Pour tester les capacités de notre drone, nous avons survolé le seul vignoble de Haute-Vienne : les vignerons de Verneuil.

Lire la suite

Les baronets d'or 2016

Publié le 14/08/2016

Agriculture > Ovins >

La cérémonie des Baronet d’or s’est tenue cette année au pôle de Lanaud. L’occasion pour les éleveurs présents de découvrir le Limousine Park et le restaurant Le Lanaud tenu par Anne Alassane et  Michaël Roper. Une vidéo de présentation de chacun des six éleveurs honorés a ponctué la remise des prix.

(De g. à dr.) Laurent Bré, Jean-Jacques Lamant et son fils, Daniel Pradier, Jean-Marie Grolleau, Didier Briantais, Claudine Pradier, Patrick Blancher, Josette Lazeiras, François Vannier et Serge Gogo   

Dernière vidéo postée : 

EARL Daniel Pradier

Voir les vidéos de :

Lire la suite

Dans la cuisine du Lanaud

Publié le 18/07/2016

Ruralite >

Petit tour dans la cuisine du Lanaud, le restaurant d'Anne Alassane et Michaël Roper, situé au pôle de Lanaud, au cœur du Limousine Park.

Lire la suite

Hors-Série

Hors-serie

Je commande le hors-série spécial championnat de tonte de moutons

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal Union & Territoires

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
pluie modérée

13°

Limoges

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -