Isolées

Lionel Robin

Isolées. Triplement isolées. Qui ça ? Les femmes en milieu rural. Mais pas n'importe quelles femmes. Celles qui sont victimes de violences conjugales, de féminicides. En France, pour reprendre les mots de l'article de la sociologue de l'Université de Bordeaux, Johanna Dagorn, paru sur le site The Conversation, « 50 % des féminicides ont lieu dans ces territoires où réside un tiers de la population, soit 22 millions de personnes... ». Isolement géographique, isolement étatique, isolement moral. Aux coups, aux viols, pour celles qui s'en sortent vivantes, s'ajoute donc cet ostracisme. Ces femmes de la campagne sont loin de tout et cet isolement, géographique, confère à leurs tourmenteurs un pouvoir de nuisance encore plus fort qu'en ville. Ces hommes mauvais peuvent ainsi, en toute simplicité, contrôler le nombre de kilomètres parcourus par leurs victimes. La sociologue bordelaise, constatant le peu d'études sur le sujet en France, a mené une enquête cet été sous forme de témoignages dans dix départements de Nouvelle-Aquitaine et elle rend compte de ses travaux dans cet article de The Conversation. Bien sûr, il était facile d'imaginer que l'isolement géographique serait un facteur aggravant. De la même manière, la désaffection de l'État en milieu rural, de moins en moins de services publics avec des êtres humains, impacte forcément les possibilités de se sortir d'une situation de violence pour ces femmes. Le plus surprenant est peut-être cet isolement moral, pendant et après les faits, que subissent ces victimes. La culture du silence, le qu'en-dira-t-on, le fait que tout le monde se connaisse et le sempiternel « Non, mais il est gentil, il ne peut pas faire ça », les stéréotypes sexués plus accentués isolent encore plus la femme qui oserait prendre la parole, se protéger et protéger ses enfants. Il y a bien, en ce domaine aussi, une équité territoriale à conquérir.

Dans la même thématique

La FDSEA et JA 87 ont organisé une rencontre pré-législatives vendredi 3 juin, sur l'exploitation du Gaec Grangette à Rilhac-Rancon. Une dizaine de candidats ont exprimé leurs ambitions.
Les syndicats amorcent les législatives
Santé, sérénité, fraternité, c'est avec ces mots que le président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine Alain Rousset définit ses vœux pour l'année 2022.
Trois mots pour définir 2022

Les dossiers