Paris se dessine-t-il ?

Lionel Robin

Avant, on se faisait limoger, maintenant, on se fait parisianniser ! C'est ce qui vient d'arriver au dessin de presse. Depuis 40 ans, il avait fait son nid du côté de Limoges, à Saint-Just-le-Martel très précisément. Depuis deux générations, de nombreux bénévoles se sont attachés à lui construire son palais et, c'est dingue, mais les dessinateurs de presse, ceux qui prennent des risques pour faire rire avec l'actualité dans les journaux du monde entier, ces dessinateurs étaient heureux de venir en Haute-Vienne, ils ne trouvaient même pas que c'était trop loin. Et puis, avec le salon consacré aux dessins de presse, il y avait Justine la vache qui faisait son numéro et ça inspirait vachement les dessinateurs. Mais là, mardi, il y a un gars, du côté de l'Élysée, une grosse chaumière bien placée, qui vient de parisianniser le dessin de presse. Il paraît qu'ils vont lui faire une Maison européenne, à Paris. Ça veut dire que tous les dessins de presse, ils vont être obligés d'aller à Paris ? demande le gribouillard planqué près du radiateur. Non, bien sûr que non. Qui voudrait aller à Paris où ils ont déjà tout ? Ah oui, Paris... Point de salut si ça ne se passe pas dans la capitale. Quand on y réfléchit, heureusement que nos ancêtres Cro Magnon n'ont pas pensé à ça quand ils ont fait des dessins dans des grottes, comme à Lascaux en Dordogne, à Chauvet en Ardèche ou bien encore à Cosquer à Marseille, heureusement qu'ils se sont dit que c'était là où ils étaient qu'ils voulaient peindre sur des parois de pierre. À Saint-Just, il y a des gens qui se sont dit il y a 40 ans que c'était là qu'ils voulaient créer une capitale du dessin de presse. Ils ont eu raison et ils ont toujours raison. À Saint-Just et à Limoges, des dessinateurs continueront de venir croquer les travers de notre époque. Et ils seront toujours vachement bien reçus. Tant pis pour Paris.

Dans la même thématique

La fin du dispositif d'aide aux emplois associatifs développé par la Région Limousin depuis 2004 était annoncée. Des propositions ont été faites à la Nouvelle-Aquitaine qui restent sans suite.
Les ondes limousines en danger
Théo Chausse est un jeune musher qui a créé son entreprise, Skodenar, qui propose du cani-rando et du cani-kart dans les Monts de Blond.
L'appel des Monts de Blond