Un exercice nécessaire mais difficile

Le GLBV et Sofrelim œuvrent à établir une contractualisation avec leurs filiales et leurs clients privés. Mais l'exercice se heurte à de nombreuses difficultés.

Jeudi 13 janvier, les administrateurs du GLBV étaient réunis en bureau et l'ordre du jour a été, sans surprise, consacré à la mise en place de contrats comme l'exige la loi dite EGAlim 2.

"Les coopératives se substituent à l'éleveur adhérent pour signer les contrats avec les opérateurs dans le cadre d'une délégation de pouvoir commercial", rappelle en introduction Jean-Pierre...

S'abonner
Prolongez votre lecture !

Dans la même thématique

Jean-Pierre Raynaud, vice-président de la région Nouvelle-Aquitaine en charge de l'agriculture revient sur les nouveautés concernant la gestion des aides à l'installation dès 2023.
La promotion du métier d'agriculteur ou la formation professionnelle sont indispensables au développement agricole. À condition de pouvoir être remplacé sur sa ferme.
Le remplacement, solution du quotidien

Les dossiers