Agriculture

Une alternative multicasquettes

Haute-Vienne
Gérard et Chantal Renou devant un champ de miscanthus prêt à être récolté.
Si son implantation est coûteuse, son retour sur investissement ne fait pas de doute. Le miscanthus mêle intérêts et limites à prendre en compte avant de se lancer.

Avec les années de sécheresse qui se succèdent et les difficultés pour les éleveurs de trouver de la paille à des prix abordables, des alternatives voient le jour. Parmi elles, le miscanthus, une poacée originaire d'Asie, suscite un engouement certain. En Haute-Vienne, des essais fleurissent. Le premier à l'avoir testé sur le département est Gérard Renou, dont l'épouse Chantal est aujourd'hui gérante de l'EARL de La Luzernières, à Lessines, sur la commune de Couzeix.

Un challenge

« J'ai découvert le miscanthus en 2012, en Bretagne, grâce à un cousin adhéra...

S'abonner
Prolongez votre lecture !

Dans la même thématique

L'assemblée générale du Ligeral - Le livre généalogique collectif des races locales de porcs - s'est tenue à Saint-Yreix-la-Perche, au cœur du pays du porc cul noir.
France Haute-Vienne
Un livre qui ouvre des portes

Les dossiers