Environnement

Monter les machines

Haute-Vienne Communauté de communes Haut-Limousin en Marche
Au déconfinement, les transports et le chantier ont pu reprendre. En quelques semaines, les 24 éoliennes ont été montées sur les quatre parcs du projet porté par la compagnie Ostwind. La grue la plus impressionnante avait une flèche de plus de 100 m de long.

Les 24 éoliennes installées en Basse-Marche par la société Ostwind sont toutes identiques. Ces Vestas V-100 pèsent 300 t et culminent à 100 m de hauteur. Pour les monter, les bureaux d'études avaient mis au point une stratégie en plusieurs temps. Autour de chacune des fondations, des plateformes de stockage des différents éléments ont été réalisées (une fois le chantier terminé, elles sont d'ailleurs amenées à disparaître). Les éléments préfabriqués en usine arrivent par convoi exceptionnel depuis le port de La Rochelle et sont stockés près de la fondation. Les déchargements et le positionnement des deux premières sections du mât de l'éolienne sont effectués au moyen de deux grues télescopiques.

L'élément le plus bas, le bottom ("bas" en anglais) est posé sur la fondation et boulonné sur la cage d'acier prise dans le béton (voir Union&Territoires du 8 mai 2020). Un deuxième élément est ajouté au-dessus. À la fin de cette première opération, le mât mesure déjà 35 m de haut.

Une LG 1750

Il reste deux autres sections à monter, la nacelle et les trois pales. À ce stade du chantier, la grue télescopique n'est plus assez grande. Chez Dufour, société de levage, "quand on parle de la grue, on parle de la grue principale", confie Olivier Martinez, superviseur Dufour. La grue principale, c'est une Liebherr LG 1750, qui peut lever jusqu'à 750 t et surtout possède une flèche à mât en treillis qui peut dépasser les 100 m de long. Pour la déplacer et l'installer, il faut parfois trois jours. "Sur des transferts simples, on ne va pas tout démonter, par exemple on va laisser la tourelle sur la grue et rouler comme ça. Il y a eu des études de portance, on sait qu'on peut le faire, explique encore Olivier Martinez. Dans ce cas, on arrive à bouger la grue en une journée. Pour un déplacement avec démontage complet, il faut compter entre 2 jours et demi et trois jours."

Mais une fois installée, si les conditions météorologiques le permettent, le montage final d'une éolienne peut être achevé dans la journée. "La grue est dimensionnée pour lever le plus lourd de la machine qui est la nacelle de 86 tonnes, précise Mickaël Gaudel, chargé de construction chez Ostwind. Comme pour les fondations, nous sommes dépendants des conditions météo et principalement du vent. S'il y a trop de vent, il y aurait trop de risques de monter les éléments à l'aide d'une grue de ce style-là. À partir de 35 km/h de vent, on commence à ne plus pouvoir monter les éléments correctement, on préfère donc arrêter de travailler."

Le montage des éoliennes se termine toujours par les trois pales. "On va les monter une par une, c'est un choix technique que nous avons fait, poursuit Michaël Gaudel. On monte et on pose à l'horizontal une première pale. On fait tourner le moyeu, on en remet une, on refait tourner, on met la dernière".

Dans la même thématique

Nos poubelles finissent à la centrale énergie déchets de Limoges Métropole. Cette usine bien particulière propose au public des visites guidées.
Haute-Vienne
Visiter pour se rendre compte
L'ouverture de la chasse a eu lieu dimanche 13 septembre. La campagne s'annonce bien, le gibier étant au rendez-vous. Les chasseurs sont invités à ne pas se laisser démobiliser par la covid-19.
Haute-Vienne
Des chasseurs à mobiliser