Agriculture

Un marché dynamique

Nouvelle Aquitaine
Le bureau de la Safer Nouvelle-Aquitaine
La Safer Nouvelle-Aquitaine a présenté le bilan de ses activités en 2019 ainsi que les perspectives 2020.

Il y a un peu plus d'un an, les trois Sociétés d'aménagement foncier et d'établissement rural (Safer) régionales unissaient leurs forces pour ne devenir qu'une seule entité. Et 2019 restera « une bonne année » selon son président Patrice Coutin, malgré une baisse d'activité par rapport à 2018. La Safer Nouvelle-Aquitaine a comptabilisé 55 081 projets de vente (+ 6 %), pour 124 137 ha mis sur le marché et 4 974 ME de biens échangés (+ 8 %).

« La dynamique est encore assez forte, les surfaces sont plutôt stables. La valeur des biens échangés augmente, ce qui traduit une augmentation du nombre de biens vendus sur lesquels on trouve du bâti », analyse Yves Gaonach, directeur adjoint de la Safer Nouvelle-Aquitaine.

Sur le marché foncier agricole, la Safer Nouvelle-Aquitaine a enregistré 15 596 transactions (+ 4 %), 75 086 ha (+ 2 %), pour une valeur totale de 1 093 M€ (+ 16 %). Les prix restent stables : entre 3 000 et 3 500 euros par hectare dans les zones d'élevage,
9 000 €/ha en région céréalière au maximum. Des montants qui varient cependant selon les départements.

Le marché des maisons à la campagne connaît une hausse. Il représente, pour 2019, près de 11 000 ha (contre 10 000 ha en 2018). « Des surfaces vont quitter l'agriculture. Il va falloir gérer des conflits d'usages ou de voisinage. C'est quelque chose qu'on verra dans les années à venir de façon tendancielle vu ce qui se passe », indique-t-on. Le marché foncier destiné à l'urbanisation est pour sa part à la baisse, avec 4 033 ventes (+ 1 %) et 3 495 ha (- 20 %), pour une valeur totale de 505 ME (+ 1 %). Tout comme le marché des forêts : 4 349 transactions (+ 3 %), 25 073 ha (- 6 %) et 163 ME (- 28 %).

L'installation, une priorité

L'opérateur a réaffirmé son soutien en faveur de l'installation, « La moelle épinière de la Safer ». Ces cinq dernières années, plus de 29 000 ha leur ont été attribués. En 2019 : 4 700 ha pour 383 agriculteurs en cours d'installation.

Des solutions sont mises en place pour les aider. À l'instar du stockage, qui constitue de véritables réserves foncières fléchées vers l'installation (58 propriétés stockées dans l'attente d'une installation en 2019, soit 716 ha et 5,5 M€). Il existe aussi le portage foncier. En 2019, 140 jeunes agriculteurs en ont bénéficié (2 502 ha au total porté par la Safer, montant total de 14,6 M€). « Cela permet de différer l'acquisition des terrains agricoles afin d'alléger les investissements de départ », explique Philippe Tuzelet, directeur général de la Safer Nouvelle-Aquitaine. Enfin, un jeune qui s'installe pourra bénéficier du Fascina (Fonds d'aide Safer constitué pour l'installation en Nouvelle-Aquitaine) : les frais d'acte - dans le cadre d'une acquisition réalisée auprès de la Safer - sont pris en charge à 50 % (plafond à 1 500 €). L'an passé, 137 jeunes en furent bénéficiaires.

Dans la même thématique

Les Rencontres du Ciirpo se sont déroulées le 24 septembre, à la ferme du Mourier, à Saint-Priest-Ligoure. Parmi les thèmes abordés : les boiteries et leurs conséquences.
Haute-Vienne
Quand l'ovin boite, l'éleveur paye
La 57e foire nationale des reproducteurs ovins s'est tenue le 3 septembre, toujours au parc Charles-Silvestre de Bellac, mais avec masque et gel.
Bellac
"On a bien fait de la maintenir"