Agriculture

Bovins Croissance se développe encore

Haute-Vienne
Arnaud Gaulupeau et Catherine Guyot, respectivement directeur et présidente de Bovins Croissance Haute-Vienne.
Sans jeux de mots, Bovins Croissance 87 croît régulièrement depuis plusieurs années. Malgré la Covid-19, l'association s'appuie sur une bonne activité et plus d'adhérents.

Décidément, quelle année étonnante. Pour Bovins croissance, 2020 était celle où elle agrandissait son périmètre d'action, un sujet qui devait être abordé en assemblée générale. L'occasion aussi d'évoquer une activité en augmentation constante et régulière. Comme chaque année à pareille époque, les responsables, c'est-à-dire les élus membres du conseil d'administration et les salariés, préparaient activement ce rendez-vous essentiel de l'association. Les comptes étaient faits, la plaquette présentant les résultats techniques était prête, les invitations bientôt lancées... Et puis patatras ! Quelques jours avant cette AG, le couperet tombe et le confinement est déclaré pour contrer la pandémie de la Covid-19.

Un exercice excédentaire

Pas d'AG au printemps 2020 pour Bovins Croissance 87 alors que les nouvelles sont plutôt bonnes. Qu'importe, les responsables s'efforcent d'en informer les éleveurs. « Pour nous, la bonne nouvelle, dans un contexte pas évident, ce sont évidemment les comptes puisque notre résultat 2019 s'élève à un peu plus de 8 000 euros », se réjouit Catherine Guyot, la présidente de l'association depuis 2015. Le budget est de 318 000 euros, avec un peu moins de 6 % provenant de subventions du Conseil départemental et de l'État. Ce résultat financier est également une traduction de la bonne santé de la structure. « Nous gagnons chaque année de nouveaux adhérents, se félicite Arnaud Gaulupeau, le directeur de Bovins Croissance 87. Comme nous n'avons en plus pas eu de démission, et bien, nous progressons. »

Ainsi, en 2019, l'association comptait 210 adhérents, quasi exclusivement en limousine. Cette année, ce nombre poursuit sa progression pour atteindre 228 éleveurs, dont une douzaine en Dordogne. Au-delà du nombre d'éleveurs, Arnaud Gaulupeau s'attarde sur celui des vaches facturées.  « En 2019, nous étions à un peu plus de 21 600 vaches », précise le directeur qui rappelle qu'en « 2003, nous étions à 14 000 ». La moyenne des troupeaux des adhérents est de 100 vaches.

Dorénavant et depuis le début de l'année, Bovins Croissance 87 étend ses services auprès des éleveurs de bovins viande de Dordogne. Entre l'augmentation régulière du nombre d'adhérents et de bêtes et ce surcroît d'activité vers le département voisin, les effectifs de la structure devenait un peu juste. Un jeune a donc été embauché en septembre et une jeune femme en alternance travaille à mi-temps pour la Haute-Vienne et pour la Corrèze. Bovins Croissance 87 emploie donc 6,5 équivalents temps plein.

Le déploiement en 2019 du logiciel Coclicow est aussi une grande satisfaction pour les responsables. D'ailleurs, la présidente se plaît à rappeler qu'il a été « conçu par les techniciens de Bovins Croissance France, dont Arnaud Gaulupeau ». Ce dernier précise qu'il s'agit « d'un outil donnant des éléments chiffrés aux éleveurs sur leur troupeau qui sont une aide à la décision ».

Dans la même thématique

Bertrand Guérin, président de l'Association des agriculteurs méthaniseurs de France, déplore le mauvais signal envoyé par le prochain changement de tarification du gaz.
France Nouvelle Aquitaine
" C'est un coup de frein à la filière "
Si en vaches tout se passe plutôt bien, les marchés en jeunes bovins et en broutards s'avèrent difficiles.
Haute-Vienne
Des marchés en demi-teinte